Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Inondations : Bouli Lanners loue l’entraide entre pompiers et bénévoles : "C’était humainement très fort"

Une grande partie de la Wallonie a été frappée de plein fouet par les inondations historiques de ce mois de juillet 2021. La solidarité s’est rapidement organisée entre concitoyens. Le cinéaste Bouli Lanners s’est lui aussi mobilisé en bord de Meuse.

Après les intempéries qui ont semé le chaos et la désolation en Belgique, les Belges sinistrés ont pu compter sur l’entraide et la solidarité de leurs voisins par l’intermédiaire de nombreux groupes Facebook.

La RTBF vous informe aussi de la situation heure par heure, alors que la décrue de la plupart des cours d’eau s’amorce lentement. Le 8/9 vous proposait donc une édition spéciale ce 16 juillet pour recueillir des témoignages et relayer l’aide qui s’organise entre concitoyens. Même les personnalités de notre plat pays se sont mobilisées, comme le comédien et réalisateur Bouli Lanners, qui habite sur les hauteurs de Liège.

Rendez-vous d’ailleurs sur le groupe Facebook Météo-RTBF, ciel partagé pour proposer votre aide aux sinistrés.

L’entraide avec les pompiers

Bouli Lanners a aidé les pompiers toute la nuit du 15 juillet pour secourir les personnes sinistrées vivant dans des bateaux, au Port des yachts sur la Meuse. Il avait normalement une journée de tournage, qui a été annulée à cause des intempéries. Le cinéaste ne pouvait donc pas rester les bras croisés toute la journée et s’est décidé à aider ses amis en ville.

"Je suis parti avec mes amarres, mon sac à dos et ma combinaison de plongée. Je me suis rendu au port de yacht où j’ai de nombreux amis sachant qu’ils étaient tous en détresse. Là-bas la situation s’est détériorée très vite. Les pompiers sont venus et on a travaillé ensemble avec des bénévoles, des sauveteurs et les pompiers toute la journée pour évacuer les gens prisonniers des péniches et sauver un maximum de bateaux" raconte-t-il.

Comme à de nombreux endroits en province de Liège, Namur et Luxembourg, le danger était bien évidemment présent constamment. "Il y avait de vraies urgences, des gens pouvaient mourir" assure-t-il. Si les pompiers disposaient d’une grande expertise et d’un courage sans faille, "ils ne sont pas assez riches en matériel pour pallier à ce genre de situation" souligne-t-il, d’où l’importance de faire appel à des bénévoles qui comme Bouli, disposaient de bateaux et matériel de plongée pour leur prêter main-forte.

Un sauvetage exposé sans cesse au danger

Concrètement, les pompiers et autres bénévoles présents sur place ont dû secourir les gens pris au piège sur le cours d’eau en lançant les amarres au-dessus du torrent depuis le ponton afin d’accéder aux bateaux qui menaçaient de chavirer.

Ils ont ensuite tracté un bateau à moteur Zodiac dans des courants violents jusqu’aux embarcations afin de faire descendre les gens le long de la coque. Avec la force du courant, personne n’était à l’abri d’une noyade, comme on l’a vu avec ce bateau de sauvetage qui a chaviré dans la Vesdre à Pepinster.

"C’était humainement très fort parce qu’il y avait une vraie solidarité entre tous les mecs. Des gars risquaient tout le temps leur vie" témoigne ainsi Bouli Lanners, soulignant leur courage et rapportant aussi qu’un énième drame a été évité de justesse. "Les péniches passaient au-dessus du mur de soutien, puisque la Meuse débordait de son lit. À quelques centimètres près, si elles se détachaient, elles venaient s’écraser sur les pontons et les yachts. Il faut savoir qu’il y a une population paupérisée qui vit dans les bateaux parce qu’ils n’ont pas d’autre choix et qui n’ont rien d’autre. Il y a des gens qui ne voulaient donc pas quitter leurs bateaux et si les péniches passaient de l’autre côté, il y aurait eu une catastrophe humaine énorme".

5 images
© Bernard Gillet / Belga
© Bernard Gillet / Belga
© Bernard Gillet / Belga
© Tous droits réservés
5 images
© Stéphane De Sakutin / AFP
Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK