Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Guérir sa peur de l'avion en quelques heures !

Petit détour par la librairie avec Audrey qui épingle pour nous les faits d'actualité qui font la Une des journaux. 

Dernière Heure: 'Guérir sa peur de l'avion en quelques heures' 

 

Environ 20 % de la population belge a peur de l’avion, ce qui peut se manifester par une anxiété, de l’angoisse en vol, ou carrément une impossibilité à prendre l’avion. Ce qui est pénalisant lorsque l’on souhaite partir en vacances loin ou arriver rapidement à destination.

Et pourtant, il suffit de quelques heures pour pouvoir retrouver la sérénité par rapport à un trajet en avion. C’est ce que nous a expliqué Pierre Van Malleghem, fondateur et manager de Brussels Flight Simulators à Zaventem, une société qui a mis sur pied une méthode personnalisée et individuelle pour surmonter sa peur de l’avion.

 

L’aviophobie, c’est un grand sac dans lequel on met des millions de peurs toutes différentes parce qu’elles naissent de votre expérience, de votre personnalité, même si elles portent les mêmes étiquettes globales” : la peur du crash, la claustrophobie (espaces clos), l’acrophobie (hauteurs), l’agoraphobie (foule/endroits non-familiers), la misophonie (germes), l’astraphobia (tempêtes), la phobie sociale (comme manger en public) et l’emetophobia (vomissements),…

Et au coeur de vos quotidiens

Sud Presse "Les ronds-points sont trop dangereux pour Touring"

Les chiffres en attestent, ce sont dans les ronds-points que se produisent le moins d’accidents avec lésions corporelles. Ce qui ne signifie pas qu’il n’y a pas d’accidents. Selon Vias, en 2017, il y a eu 1.028 accidents (et 1.194 blessés) avec lésions corporelles dans des ronds-points en Belgique. Ce qui ne représente que 2,6 % de l’ensemble des accidents. On a aussi déploré 13 tués dans des ronds-points, soit 2,2 % des accidents mortels. C’est sur section (78 %) et dans les carrefours (19 %) qu’on dénombre le plus de morts. 

La nouvelle gazette: "Nicole, 60 ans et… sapeur-pompier !

À tout juste 60 ans, cette femme atypique n’a pas sa langue en poche. Véritable pionnière au sein de sa profession, elle fait partie des premières femmes qui se sont engagées chez les pompiers. Si l’environnement était au départ machiste, Nicole et ses amies ont révolutionné les mentalités dans les casernes. Avec un humour décapant et une sensibilité à toute épreuve. 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK