Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Gaëtan Roussel : "La guitare acoustique, c’est mon ADN, mon outil de travail"

Gaëtan Roussel était l’invité du 8/9 pour présenter son nouvel album Est-ce que tu sais ?, paru depuis le 24 mars et centré sur la guitare acoustique. L’artiste français a abordé ses collaborations et son envie de partager sa musique.

En parallèle de son groupe, la voix de Louise Attaque poursuit sa route solo et signe son retour avec un nouvel album au titre interrogatif.

On ne meurt pas (en une seule fois) et Je me jette à ton cou sont les deux premiers singles extraits de ce nouvel opus. Deux des onze nouveaux titres enregistrés entre Paris et la Provence.

Gaëtan Roussel nous offre aussi deux duos inédits. Le premier sur Sans sommeil en collaboration avec Alain Souchon. Dans ce titre, les deux chanteurs parlent des rues vidées à cause du confinement.

Le second, aux côtés de Camélia Jordana sur le titre La photo. Quelles relations se cachent derrière les photographies ? Que racontent-elles ?

Des envies et des contraintes

Sur ce quatrième album solo, Gaëtan Roussel souhaitait revenir à ses fondamentaux et s’est imposé certaines contraintes. Les chœurs sont très peu présents, on ne retrouve pas d’anglicisme et la guitare acoustique prédomine.


►►► À lire aussi : Noé Preszow bouleverse Le 8/9 avec une version acoustique de "Cette route-là"


L’auteur-compositeur-interprète de 48 ans explique ce choix : "J’avais utilisé ces outils de chœurs ou de phrases en anglais et utilisé la langue française plutôt comme un instrument plusieurs fois, sur les disques précédents. Ce sont donc des petites contraintes mais des envies aussi : l’envie de retrouver la guitare acoustique avec laquelle j’ai composé tout l’album. C’est mon outil de travail, mon ADN. Je ne lui tournais pas le dos mais je l’utilisais moins. Cela a créé des contraintes".

Du donnant-donnant

Pas de chœurs mais des invités de prestige sur cet album comme Daniel Auteuil qui joue dans le clip de Je me jette à ton cou.

Cette collaboration est en réalité double car Gaëtan Roussel a prêté main-forte à l’acteur sur un projet de spectacle musical avec des poèmes mis en musique. "Je l’ai aidé à les mettre en musique et à arranger ce spectacle qui était dans les tuyaux et qui verra le jour bientôt car on sort du confinement, et on a enregistré un disque entre les deux confinements l’an dernier. Le disque arrive et le spectacle sera présenté en septembre aux Francofolies de La Rochelle. Cela fait un an que je le côtoie, que je l’aide sur son projet musical je lui ai donc demandé si gentiment il ne voulait pas remettre sa casquette d’acteur pour deux jours pour marcher à mes côtés dans ce clip pour mon plus grand bonheur" savoure-t-il.

L’artiste français est un vrai bourlingueur et hyperactif de la musique puisqu’il continue de travailler sur plein de projets différents comme Tarmac ou Lady Sir avec Rachida Brakni. "Je suis intimement convaincu que comme les vases sont communicants, travailler sur mon album solo me permet d’écrire pour d’autres. En France, je fais une émission de télé de 8 épisodes où je pars en vadrouille dans un van avec des artistes qui me font découvrir un coin de leur région. J’aime bien cette idée-là. Ce n’est pas que je ne m’arrête pas mais chaque moment me donne de l’élan".

1 images
© Joel Saget / AFP

Le travail de son producteur

Gaëtan Roussel a donc pris le temps nécessaire pour travailler sur son nouvel album solo dans les studios provençaux de La Fabrique, où il est possible d’enregistrer dans chaque pièce de cette ancienne bâtisse. D’autres grands noms s’y sont produits comme Radiohead, Rammstein, Morrissey, Jean-Louis Aubert ou encore Julien Doré. Le fait que ce lieu n’est pas destiné au départ à être un studio intéressait le chanteur et son producteur Maxime Le Guil l’a incité à s’y rendre pour enregistrer.

Ce dernier a aussi eu son importance sur son duo avec Alain Souchon, qui a accepté de chanter sur des paroles qui n’étaient pas vraiment les siennes, fait plutôt rare pour l’artiste très attaché à ses propres textes. "Cette chanson, Sans sommeil, me trottait dans la tête et j’ai pensé à Alain Souchon car je me suis dit que s’il m’aidait à la chanter elle serait complète. Et il y avait cette phrase, 'Rien ne vaut la vie' qui est une phrase d’Alain Souchon (NDLR : dans La vie ne vaut rien). J’ai demandé s’il voulait bien chanter juste cette phrase-là et grâce au producteur, qui a proposé plutôt qu’on partage le texte, on est allé jusqu’à faire un duo et j’en suis très heureux" confie Gaëtan Roussel.

L’écriture et l’atmosphère acoustique

Outre le travail de son producteur, Gaëtan Roussel continue d’écrire lui-même ses textes. "C’est quelque chose qui me tient à cœur, cela fait partie de mon métier, de ce que j’ai envie de raconter de la manière dont j’ai envie de le raconter" avance-t-il. "Par contre je n’ai pas tout sur les épaules et j’adore l’idée d’aller à la rencontre de producteurs, de musiciens, d’arrangeurs que j’appelle parfois des dérangeurs parce qu’ils bousculent un peu et que c’est ce qui est intéressant".

Si le travail en studio paraît conséquent, l’atmosphère intimiste et acoustique se ressent dans Est-ce que tu sais ?, une ambiance que compte bien reproduire sur scène l’auteur-compositeur-interprète français qui sera en concert le 28 avril 2022 au Botanique à Bruxelles. Il annonce un combo rock classique : chante, guitare, basse, batterie et claviers. "J’ai envie de cela, pas d’avoir d’ordinateurs et de machines" précise-t-il, tout en indiquant qu’il ne tourne pas le dos à celle-ci pour ses prochains albums.

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK