Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Fondé en 1845, les chocolats Meurisse font leur grand retour avec toute une gamme de produits bio

Après dix ans d’absence, la marque de la première chocolaterie de Belgique est relancée par les descendants du fondateur. Meurisse avait disparu des rayons il y a un peu plus de dix ans. Voici la marque de la première chocolaterie belge, fondée en 1845, désormais ranimée. 

C'est l'un des sujets du quotidien l'Echo que Cyril à choisi de développer dans la revue de presse du 8/9 ce mardi.

Le moment est historique pour Meurisse

"En effet, après avoir disparu une bonne dizaine d’années des rayons du pays, la première chocolaterie (industrielle)  de Belgique , fondée en 1845, renaît officiellement de ses cendres ce mardi" commente Cyril. Selon le quotidien, des partenariats avec des restaurants et des hôtels, de même que des épiceries fines, des concept stores et des magasins de mode, devraient permettre à sa production de 20.000 tablettes pour l’heure et d’essaimer d’ici la fin d’année . En parallèle, un fort accent sera aussi mis par la marque sur le créneau des cadeaux d’entreprise. 


►►► A lire aussi le chocolat fait partie des aliments qui remontent le moral


 

Sixième génération avec l'ambition bio et demain

Le projet est porté sur fonds propres par les arrière-arrière-arrière-petits-enfants (6e génération) du fondateur, le Montois Adolphe Meurisse, soutenus par leurs parents rappelle l'Echo. L’un d’eux, Henry Van Vyve, CEO, raconte: " tout a commencé autour d’un dîner de famille, où l’en est venu à rêver du projet. Puis, l’idée a mûri. Jusqu’à ce qu’on en arrive à se dire “allons-y”". La décision est alors prise: Meurisse fera son grand retour écrit le quotidien l'Echo.

Sauf que , voilà, vouloir n’est pas pouvoir .

Car, de par les aléas de l’histoire (rachat par General Biscuits – né de la fusion des biscuiteries Parein et De Beukelaer , déménagement de la production à Herenthals à l’appui, avant de passer aux mains de Lu, puis de Danone, puis de Kraft Foods), la marque était passée dans le giron de Mondelez (Côte d’Or, Milka, Toblerone, Lu, Tuc, Philadelphia...). "Alors, avant de se relancer, il aura fallu négocier à Malines avec le géant américain, pour récupérer ce nom, "Meurisse", qui n’était plus utilisé. "Ils nous ont demandé de faire une offre, ce qu’on a fait, et ils ont accepté", se réjouit Henry Van Vyve. 

L'ambition d'une production certifiée fairtrade

En guise de conclusion, Cyril explique qu'en fait, "Meurisse entend faire un projet authentique, à taille humaine ". "C’est pour cela d’ailleurs qu'ils ont été chercher des partenaires les plus locaux possibles et pas un géant à la Barry Callebaut (premier fabricant mondial de cacao) par exemple". 

Plus d'infos dans le 8/9

L'article complet est à découvrir dans le quotidien l'Echo de ce mardi 29 septembre.

La revue de presse, c’est tous les jours de la semaine à 8h30 dans Le 8/9 en radio et en télé sur la Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK