Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Florence Foresti revient sur la cérémonie mouvementée des César 2020 : "On ne pouvait pas faire semblant"

La cérémonie des César 2020 avait fait couler beaucoup d’encre. Florence Foresti critiquée à plusieurs reprises sur ses blagues et ses actes en pleine affaire Roman Polanski, elle s’est confiée sur ce moment pour la première fois dans C à vous, un an et demi après cette soirée. Sara De Paduwa revient sur son interview dans le Zap Télé.

Ce n’est un secret pour personne, présenter la cérémonie des César reste un exercice ô combien périlleux. Il l’est davantage encore quand plusieurs semaines avant, la sélection suscite la polémique, comme en 2020.

Cette année-là, Florence Foresti avait été désignée maîtresse de cérémonie. Elle avait tenté de divertir l’assistance alors que de nombreuses tensions étaient apparues autour du film J’accuse de Roman Polanski. Ce film concourait pour 12 nominations, malgré les accusations de viols dont il fait l’objet, entraînant la colère des associations féministes et divisant l’opinion publique et le cinéma français.

Suite de l’élection du film du cinéaste franco-polonais en tant que meilleure réalisation, la comédienne de 47 ans n’est pas remontée sur scène pour terminer la présentation des César. Elle avait publié dans la foulée un mot porteur de sens sur son compte Instagram : Écœurée. Dégoûtés également, Adèle Haenel et une quantité d’autres employés de l’industrie cinématographique avaient aussi quitté la salle Pleyel.

Une avalanche de critiques

Florence Foresti a fait l’objet de vives critiques à son égard pour ce geste fort posé le 28 février 2020. Cyril Hanouna a notamment décrié le salaire et le travail de l’humoriste durant cette cérémonie mais aussi Lambert Wilson, Richard Anconina ou encore Yann Moix qui a déploré "une mise en scène de l’indignation".


►►► À lire aussi : Michel Drucker : découvrez pourquoi il ne veut pas prendre sa retraite


La comédienne n’avait jusqu’alors pas réagi à tous ces reproches. Invitée sur le plateau de C à vous ce 13 septembre, elle a répondu pour la première fois à ses détracteurs, un an et demi après les faits.

"On ne peut pas faire l’impasse sur ce sujet"

Elle a d’abord défendu son bilan humoristique en assurant : "Je suis très fière de mes textes, très contente de ce que j’ai fait".

Florence Foresti a poursuivi en rappelant l’ambiance électrique qui pesait sur la cérémonie. "Comment voulez-vous que je ne la sente pas ? C’était… Vous ne pouvez pas savoir ce par quoi on est passés. Moi on essayait de m’épargner, on ne me disait rien, mais il y avait des manifs dehors, et moi on me maquillait : 'Tout va bien !' C’était une armée d’angoissés autour de moi, de gens qui ne savaient pas si elle aurait lieu, cette cérémonie, si elle ne serait pas interrompue… C’était chargé !".

Elle ne regrette également nullement son choix de ne pas avoir achevé la présentation de la cérémonie, estimant avoir rempli sa part du contrat. "J’ai tenu, je voulais divertir les spectateurs" a-t-elle déclaré, ajoutant qu’il lui était impossible de ne pas évoquer le cas Polanski.

Si je n'en avais pas parlé... On ne peut pas faire l'impasse sur ce sujet qui était devenu un sujet de société dont s'étaient emparées les féministes. Chacun avait son avis j'en avais un aussi, on ne peut pas faire semblant.

La comédienne a aussi nuancé sa prestation : "Je vis dans un monde où je ne suis pas là pour servir les gens qui étaient dans la salle à tout prix. […] J’ai certainement fait preuve de maladresse ou de mauvais goût mais c’est le risque à prendre pour un humoriste. On doit essayer, au risque de se tromper, mais on doit essayer d’être intègre et d’amuser".

1 images
© Julien Hekimian / Getty Images Europe

Plus d’infos sur la télévision dans le Zap télé

Pour plus d’informations sur les buzz ou les flops en télévision, suivez le Zap télé dans Le 8/9 tous les jours de la semaine en radio sur VivaCité et en télévision sur La Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK