Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

"Femme au volant, mort au tournant" ? : un cliché qui se révèle totalement faux

"Femme au volant, mort au tournant". Cette expression machiste n’a jamais été aussi fausse, si l’on se réfère aux statistiques de la sécurité routière Vias. Les femmes seraient notamment presque deux fois moins impliquées que les hommes dans les accidents mortels de la route.

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes ce 8 mars, l’institut Vias a analysé le comportement des hommes et des femmes au volant. Des résultats, rapportés par Sud Presse, qui tentent à faire reculer le cliché.

Tendance des années précédentes, les statistiques sont basées sur les chiffres de 2019, ceux de 2020 n’étant pas représentatifs en raison de la crise sanitaire.

"En 2019, les femmes ont été impliquées dans 31.627 accidents corporels (tués ou blessés) tandis que les hommes l’étaient dans 52.067, ce qui donne en termes de proportion 36% contre 59% pour ces messieurs", rapporte Benoît Godart de l’Institut Vias dans les colonnes du quotidien. Un écart particulièrement marqué chez les jeunes (15-24 ans) et chez les trentenaires.


►►► À lire aussi : Femme au volant, danger au tournant ? En 1971, Féminin-présent démontre l’absurdité de cet adage


"En cas d’accident, les femmes sont moins gravement atteintes que les hommes, preuve de leur plus grande prudence", continue-t-il.

Des chiffres qui étonnent sans étonner Jérôme De Warzée, autrefois instructeur de conduite : "Il est tout à fait acquis que les hommes sont plus dangereux au volant, c’est évident. Ils ont le pied lourd, ils ont plus tendance à boire avant de prendre le volant. Deux fois, ça m’étonne même que ça ne soit pas plus", analyse-t-il dans la revue de presse du 8/9.

1 images
© Getty Images

Les femmes plus prudentes

"De toute évidence, le comportement féminin au volant est plus prudent, plus responsable et plus respectueux des autres usagers. À l’inverse, l’homme tend davantage à relativiser ses fautes et semble moins conscient des dangers qu’il court (et fait courir), notamment en matière de vitesse", avance à nouveau Benoît Godart dans les colonnes du quotidien.

Au vu de cette analyse, on comprend mieux pourquoi plus de 90% des conducteurs qui participent aux formations que Vias dispense dans le cadre des peines alternatives sont des hommes, conclut La Meuse.

L’article et les chiffres complets sont à découvrir dans La Meuse (Basse-Meuse, Sud Presse) de ce lundi 8 mars.

La revue de presse, c’est tous les jours de la semaine à 8h30 dans Le 8/9 en radio et en télé sur la Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK