Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Est-ce juste une impression ou paie-t-on nos courses plus cher ?

Statbel (l’institut belge des statistiques) a sorti son indice des prix et donc comparé les prix entre août 2019 et août 2020. Glaces, fruits, légumes, fruits de mer sont plus cher… à cause de la chaleur aussi. Les fruits ont augmenté de plus de 10 % : la faute à la sécheresse.

C'est l'un des sujets que Cyril a développé dans la revue de presse du 8/9 ce mardi.

Augmentation des prix, tout n’est pas dû au virus !

Selon le quotidien, " Oui mais pas que ", nous dit Claude Boffa, spécialiste marketing chez Solvay, " c’est tout simplement le jeu de l’offre et de la demande. Le Corona, oui parce que le Belge a consommé chez lui et a mieux consommé, optant pour des produits de qualité. Et pour vous donner un exemple, la fraise de Wépion va coûter plus cher que la fraise de Murcie en Espagne ". Et tant mieux, ça profite aux producteurs locaux.

En cause : le jeu de l’offre et de la demande

Ce qui a fait monter les prix, c’est aussi la température et la sécheresse, toujours parce que nous sommes dans l’offre et la demande. Boissons, alcoolisées ou non, fruits, légumes, glaces… c’est tout ce qu’on a envie de consommer quand il fait chaud : "du coup, il y a moins de promotions sur ces produits puisqu’ils vont être achetés d’office" complète Cyril. Mais n’oubliez pas que les promotions ont été interdites à un certain moment la faute au covid " écrit Sud Presse.

Quelques chiffres

Les éditions Sud Presse expliquent également que tout ne grimpe pas. "L’électricité coûte désormais 6,0 % moins cher qu’il y a un an. Le gaz naturel coûte 15,8 % de moins en glissement annuel. Le prix du gasoil de chauffage, lissé sur 12 mois, a reculé de 14,6 % en l’espace d’un an. Les carburants coûtent désormais 6,5 % de moins qu’un an auparavant ", explique Stabel. 

Ce qui coûte plus cher ? Ce que l’on consomme au quotidien : le pain, les fruits, les glaces, les fruits de mer, les boissons, alcoolisées ou non…

Cyril quant à lui ajoute : "il y a tout de même des produits qui ont explosé à cause du virus et des blocages aux frontières. Cela a été le cas des crevettes décortiquées, introuvables en rayons… parce que nos crevettes grises belges sont décortiquées…au Maroc où la main-d’œuvre est moins chère." 

Plus d'infos dans le 8/9

L'article complet est à découvrir dans les éditions Sud Presse de ce mardi.

La revue de presse, c’est tous les jours de la semaine à 8h30 dans Le 8/9 en radio et en télé sur la Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK