Le 8/9

Plus d'infos

Dormez-vous bien les soirs de pleine lune?

Cyril a épluché les magazines comme tous les vendredis matins dans Le 8/9. Parmi les différents titres , Flair Magazine pointe un sujet sur une étude suisse qui a révélé que les soirs de pleine lune, nous mettons 5 minutes de plus en moyenne à nous endormir. Dans ce cadre, la durée du sommeil profond est réduite de 30 % et le temps de sommeil général, de 20 minutes.

PLEINE LUNE, SOMMEIL TROUBLÉ ?

"Flair Magazine" rappelle que la pleine lune, est ce phénomène pendant lequel la Lune se situe à l’opposé du Soleil par rapport à la Terre.

Si elle semble entière, c’est parce que sa surface renvoie la lumière du Soleil et que sa luminosité nocturne est donc au maximum.

Depuis toujours, on raconte que la pleine lune aurait le pouvoir d’agir sur le sommeil. Mais peut-on l’affirmer scientifiquement parlant ? l’hormone liée au sommeil et au rythme biologique, sont plus basses, prouvant une perte de la qualité du sommeil.

Les conclusions de cette étude expliquent que les nuits de pleine lune, notre sommeil se trouve au total cinq fois plus perturbé que d’habitude. Pourtant, le mystère demeure sur ce phénomène, très peu d’études ayant été menées sur le sujet.

Quand il se produit quelque chose d’inhabituel une nuit de pleine lune, les gens le remarquent et s’en rappellent

À découvrir également dans vos magazines

Dans le "Femme d'aujourd'hui" de cette semaine , il est question de "Morpho-coiffure"

Une dégradé subtil pour adoucir une mâchoire anguleuse, quelques longueurs préservées pour affiner des joues un peu rondes, une frange qui harmonise le visage tout entier… les coiffeurs-visagistes savent ce qui nous sublime. 

Selon les Inspirations ?

Envie de court, un carré ultracourt un rien plongeant pour structurer le visage tout en camouflant légèrement les pommettes qui seraient trop proéminentes. J’ai le visage plutôt rond. Un carré cranté pour apporter un peu d’angles et de structure là où le visage est le plus lisse. Les coupes qui allongent le visage et privilégient le volume sur le haut de la tête.

"Femme d'aujourd'hui" vous dit tout sur la coiffure qui s'adaptera a votre morphologie.

"Le Vif, l'express" épingle un festival "Apocalypse now" où tout le monde doit être déguisé où tout le monde dit "Fuck You" explique encore Cyril.

Chaque année, le festival de Wasteland rassemble des milliers de participants décidés à dénoncer, avec humour et dérision, la fin annoncée de notre civilisation.

En cette fin septembre, comme chaque année à pareille époque, une ville éphémère vient de sortir du sable, en plein désert du Mojave, en Californie. Bienvenue à Wasteland ! Non sans ironie, ce festival déjanté a pris ses quartiers entre Hollywood et un site d’essais nucléaires. Ici, des constructions en tôle rouillée jouxtent des tentes recouvertes de filets militaires. D’étranges véhicules, plus surréalistes les uns que les autres, se fraient un passage parmi une foule digne d’un film de science-fiction. Pour sa dixième édition, le plus important rassemblement " postapocalyptique " a réuni 4 300 aficionados en cinq jours. Des fans venus des quatre coins de la planète pour vivre une expérience immersive totale, dans une atmosphère de fin du monde. Les festivaliers qui ne respecteraient pas le dress code imposé sont d’ailleurs redirigés illico vers le centre d’accueil... ou vers un salon de coiffure hors norme proposant crêtes colorées ou tontes radicales. Des maquilleuses professionnelles sont là pour achever la métamorphose.

Paradis pour tous

Dans "Le Moustique" on vous parle d'une machine qui va révolutionner la vie de personnes âgées ou de personnes handicapées.

Façon Total Recall, une start-up propose des capsules de voyage en réalité virtuelle. Pour faire triper les seniors, les personnes souffrant de handicaps, et bientôt tous les autres. Immersion au cœur de cette machine à rêves. 

Le voyage peut commencer.Au  cœur de l’anneau et on met le casque de réalité virtuelle. On sélectionne ensuite le rêve souhaité d’un mouvement de la tête. Direction le pays des neiges éternelles. Survol de glaciers, de mers polaires, d’icebergs… On s’y croirait. D’autant que le vent froid nous balaie le visage tandis que le soleil nous réchauffe la nuque. À mesure que l’on se déplace du littoral vers les forêts, l’odeur d’iode cède sa place à des senteurs de pins et de terre humide. A lire dans "Le Moustique" de cette semaine conclut Cyril.

La revue de presse, c'est tous les jours de la semaine à 8h30 dans Le 8/9 en radio sur VivaCité et en télé sur la Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK