Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Charleroi peut-il rêver du titre ? "Oui" pour Eby Brouzakis !

Eby Brouzakis a posé son regard sur l'actualité sportive de cette fin août 2020 avec de nombreuses compétitions qui retiennent déjà l'attention comme le Grand-Prix de Belgique, le Tour de France ou le championnat de football belge avec une question à la clé : Charleroi peut-il gagner la Pro League ?

Le journaliste sportif de la RTBF pointe d'abord Lewis Hamilton qui a remporté son 89ème Grand Prix à Spa-Francorchamps et a posé en wakanda, en hommage à l'acteur Boseman Chadwick à Francorchamps.

Mais outre la Formule 1, ce sont deux autres compétitions qui ont fait les gros titres ce week-end : le Tour de France et la Pro League.

Un Tour de France qui fait peine à voir

Les deux premières étapes du Tour se sont déroulées ce week-end dans un contexte particulier estime Eby Brouzakis. Le Tour se déroule déjà à une date tout à fait nouvelle, crise sanitaire oblige mais la pluie a aussi marqué la première arrivée.

Si la pluie est un facteur classique d'une course, outre la date, le coronavirus a livré des conséquences nouvelles au sein même du Tour. "Ce qui a frappé c’est une présentation des coureurs vendredi qui faisait vraiment peine à voir avec des coureurs masqués et une assistance clairsemée. Pour éviter que le public ne vienne, on a mis des bâches lors de la présentation" déplore le journaliste.

Or, le cyclisme est le sport gratuit et ouvert à tous par excellence

Que l'émotion prenne le pas sur la modération

S'il comprend évidemment la raison tout à fait justifiée et que pour la survie de certaines équipes, il était indispensable que ce Tour ait lieu au vu des rentrées financières qu'il génère, en tant qu'amateur du Tour de France, Eby s'interroge tout de même : "Ce Tour avait-t-il une raison d’être dans ce contexte ou les coureurs sont cloîtrés chez eux, masqués, ont l'interdiction de se moucher ou de cracher dans le peloton ? Cela peut paraître anodin mais je peux vous assurer qu'après 150 bornes en vélo c'est très compliqué".

D'autant plus que les coureurs traverseront des zones rouges avec comme risque de voir toute une équipe exclue sur deux membres sont touchés par le covid.

Pour Eby Brouzakis, voir le Tour sans toutes ses manifestations folkloriques, "c'est triste de le voir comme cela". Les enjeux financiers sont tels qu'une annulation pure et simple était vraisemblablement compliquée mais dans tous les cas, l'émotion reste avec les larmes du vainqueur de la seconde étape et maillot jaune Julian Alaphilippe qui a dédié sa victoire à son papa décédé l'an dernier. Le journaliste sportif espère que ce genre de vibrantes émotions comblera l'absence de ferveur populaire causée par le coronavirus.

Charleroi, le nouveau Leicester ?

Autre sport qui n'est pas avare en émotions, le football. Après quatre journées de championnat, Eby Brouzakis pose à ce sujet une question qui fait déjà rêver les supporters carolos : Charleroi peut-il être sacré champion de Belgique pour la première fois de son histoire ?

Pour Eby, c'est "oui" ! Il explique : "Ce qui se passe là-bas n'est pas le fruit du hasard. Déjà la saison dernière ils ont terminé troisième. Et ici, en perdant des joueurs comme Nurio notamment, ils refont le coup (d'être dans les trois premiers)". En effet, avec un 12 sur 12, Charleroi est leader en ayant battu Bruges à l'extérieur et l'Antwerp à domicile, en ayant pris un seul goal en quatre matches.

"Alors pourquoi ne pas y croire ?" se demande le journaliste. Rappelez-vous, il y a quatre ans, Leicester, entraîné par Claudio Ranieri, crée l'exploit en triomphant en Premier League pour la première fois de son histoire face aux cadors que sont Manchester United, Manchester City, Liverpool, Arsenal et Chelsea.

Les raisons de croire au sacre

Charleroi a tout pour le faire pense le chroniqueur :

  • La direction est incarnée par Mehdi Bayat "qui connaît très bien son boulot" et qui dispose d'un réseau puissant (incarné par son frère et agent de joueurs Mogi Bayat).
  • Un coach qui colle au projet en la personne de Karim Belhocine. "Hier encore il sort Shamar Nicholson du banc et c’est lui qui met les 2 buts".
  • La défense est solide et Nicolas Penneteau le gardien aussi malgré ses 39 ans.
  • Au milieu, Guillaume Gillet et Marco Ilaimaharitra cartonnent avec Ryota Morioka
  • En attaque, Mamadou Fall, outre sa vitesse, a augmenté sa palette, Ali Golidzadeh n'est plus un joueur personnel mais brille dans ce collectif bien huilé et devant Kaveh Rezaï est impressionnant.

Physiquement, les joueurs de Belhocine semblent au-dessus du lot actuellement comme le pointait Thomas Chatelle dans Complètement Foot

"Si ce n'avait été le fruit que de cette saison-ci, j'aurais été dubitatif. Mais comme ils ont déjà été très forts la saison dernière..." pense Eby Brouzakis. Attention pour les Carolos toutefois au réveil de Bruges et du Standard et le championnat ne fait que commencer. Qui a le plus de chances de sacre en 2021 ? Réponse dans les prochaines journées du championnat !

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK