Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Ce week-end, la neige s'est invitée au championnat de foot et a donné lieu à des situations épiques

L’hiver est bel et bien là et ce week-end il était possible d’apercevoir la neige tombée sur plusieurs terrains. C’est ainsi que les terrains de football ont vu la neige jouer le rôle du douzième homme.

Glissades, blessures… Fallait-il reporter les rencontres ? C’est le regard sport de notre journaliste sportif et chroniqueur du 8/9 Eby Brouzakis qui analyse cet épisode à la belge. Enfin, le championnat de Hockey va recommencer : c’est la bonne nouvelle de ce week-end sportif.

La neige s’en est mêlé solidement alors question

Fallait-il jouer samedi soir ?

Selon Eby Brouzakis, la réponse est pour les matches à Ostende, Mouscron et Charleroi "NON". Trop de neige, visibilité compliquée, dangerosité etc. Tout ceci a donné des situations épiques. "Le gardien d’Ostende qui se troue sur un but, glissades… Il y a quelques saisons encore on aurait remis ces matches. Mais ici on est passé à 18 équipes au lieu de 16. Ça multiplie les rencontres, il y a eu le Covid-19 qui induit la remise de beaucoup de rencontres, on a maintenu des Play off" ajoute Eby.

Tenir compte des spectateurs

Car le public aurait évité de se rendre en masse sur des routes glissantes ; mais crise oblige, il n’y a pas de public donc moins de risques. Par ailleurs, certains clubs ont placé des terrains chauffés à disposition, d’autres comme Charleroi, Mouscron ou Ostende disposent d’une bâche. "Mais une fois qu’on l’enlève et qu’il neige à nouveau on est reparti pour les ennuis. Et hier on a appris que KVK portait réclamation car les Courtraisiens estiment qu’Ostende n’a pas tout mis en œuvre pour déneiger le terrain." Une chose est certaine : les joueurs ne voulaient pas jouer.

Pourquoi ne pas avoir remis ces matches au dimanche ? "Tout simplement car il y a une autre journée de championnat qui commence ce mardi et les délais de préparation auraient été amoindris."

Résultat, des matches moyens, des joueurs qui se blessent, des gardiens qui se trouent. Un championnat sans public et faussé de partout. Le Covid a vraiment tout pourri.

Vincent Kompany : très fort sur le plan mental

Et pourtant, avouons-le, cela fait 2 semaines de suite qu’il n’est pas verni. "Quand nous n’étions pas d’accord avec Vincent Kompany, nous l’avons dit mais la situation actuelle, les suiveurs s’accordent à dire que son équipe propose sans doute le foot le plus séduisant du royaume (avec Bruges et Ostende)."

Un jeu léché, des occasions, mais une absence d’efficacité devant. Et là Vincent Kompany ne peut rien faire. "Ses avants sont bons mais à force de bien jouer sans marquer la confiance finit par disparaître. Et cela, c’est évidemment impossible à travailler à l’entraînement… Il faut du dialogue et Vincent Kompany le fait très bien. Il a surmonté des tonnes de blessures et il transmet ça a ses joueurs. Mais après c’est à eux de jouer. Et puis, derrière ces jeunes joueurs sont bons mais à chaque fois il y en a un qui commet l’erreur inutile." Donc là a aussi c’est une question de confiance et on ne peut pas incriminer Vincent Kompany pour ça.

Peut-être devra-t-il réinjecter un peu d’expérience un moment mais c’est un autre débat.

Bonne nouvelle en sport amateur : le hockey reprend doucement

Après l’arrêt du basket une bonne nouvelle. Le hockey reprend chez les jeunes de 12 ans inclus et moins. Le 30 janvier des voix se lèvent pour que les adolescents suivent : en tout cas pour les sports extérieurs. "Où il est prouvé que la transmission du virus pendant les matches est quasi nulle mais bien les rassemblements avant et après les matchs qui posent questions. La semaine dernière nous évoquions une mauvaise nouvelle avec l’arrêt partiel du basket."

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK