Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Bérangère Mc Neese, l’hyperactive du cinéma belge, dans une série policière drôle et déroutante

La comédienne Bérangère Mc Neese était l’invitée du 8/9 pour évoquer la nouvelle série policière HPI, Haut Potentiel Intellectuel diffusée ce mardi 20 avril dès 20h30 sur La Une. Elle est revenue sur son parcours et son double métier d’actrice-réalisatrice.

Haut Potentiel Intellectuel, Morgane Alvaro (Audrey Fleurot) est une écorchée vive, spontanée et impulsive qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Mère célibataire, elle enchaîne les petits boulots dont celui de femme de ménage dans un commissariat de police.

Alors que Morgane tombe par accident sur le dossier d’Antoine Levasseur, retrouvé assassiné, ses capacités de déduction hors-norme sur l’enquête vont attirer l’attention de la commissaire Hazan, du commandant Karadec et de ses équipiers, Gilles Vandraud et Daphné Forestier (Bérangère Mc Neese).

Grâce à Morgane, parviendront-ils à coincer le véritable coupable ? Réponse ce mardi 20 avril dès 20h30 sur La Une.

Une équipe de choc

HPI, Haut Potentiel Intellectuel est une série policière mais tournée vers l’humour. Le scénario de départ offre déjà au public une situation assez cocasse : Bérangère Mc Neese joue la policière Daphné Forestier qui travaille dans un commissariat de la PJ de Lille et qui se retrouve à faire équipe avec… une femme de ménage sur une nouvelle enquête.


►►► À lire aussi : Boulevard des Airs revient avec "un album concept qui s’écoute comme on regarde un film"


L’actrice belgo-américaine explique cette association étonnante : "C’est un personnage joué par Audrey Fleurot qui débarque comme femme de ménage au commissariat sauf qu’elle est HPI, qu’elle a 160 de QI. La nuit, lorsqu’elle fait le ménage, elle se rend compte qu’il y a quelques éléments de l’enquête qu’elle parvient à mener à bien toute seule. Elle intègre donc la police".

4 images
© Manuelle Toussaint

Une apparition dans une pub pour Barbie

À 32 ans, Bérangère Mc Neese, a déjà réalisé un parcours étonnant. Possédant la nationalité belge et américaine, sa carrière semblait toute tracée puisqu’elle provient d’une famille déjà très artistique : son père était bassiste et sa grand-mère mannequin par exemple. "Cela n’a pas été une grande révélation ni un traumatisme quand j’ai dit que moi-même je voulais être comédienne puis réalisatrice" se souvient-elle ainsi.

Dès la fin de ses études de secondaire, elle part vivre à Paris pour ce travail, un choix qu’elle ne regrette pas puisqu’elle reste toujours proche de son pays natal. De nature hyperactive, en parallèle de sa vie artistique, elle suit également des études en journalisme.

Bérangère possédait déjà une petite expérience avant ses 18 ans puisque lorsqu’elle était encore enfant, son premier travail était de jouer une petite fille dans une publicité pour Barbie. Elle raconte : "Je faisais des cours de théâtre et une directrice de casting cherchait des filles pour une pub pour Barbie. J’ai été recrutée ainsi en agence […] Je suis arrivée sur cette espèce de podium rose fuchsia avec le grand B de Barbie derrière et je me suis dit : 'Je vais faire cela toute ma vie'".

4 images
© Philippe Le Roux/Itinraire Productions/TF1
© Manuelle Toussaint

Une réalisatrice récompensée

Après plusieurs rôles dans des séries et des films, Bérangère Mc Neese devient également réalisatrice de courts-métrages après ses études en journalisme. Cette double casquette actrice-réalisatrice l’aide désormais davantage dans son travail : "J’avais envie d’écrire des histoires, ce sont beaucoup des parcours de personnages féminins qui m’intéressent. C’est très pratique d’être comédienne quand on réalise, parce qu’en direction d’acteur, on connait bien le métier et on peut se mettre à la place des gens avec qui on travaille. Les deux se nourrissent beaucoup".

Elle remporte d’ailleurs le Magritte du meilleur court-métrage en 2020 pour Matriochkas, et obtient même une présélection aux César. "Je ne m’y attendais pas, c’est toujours une belle surprise, et c’est un film qui a eu une super carrière en festival et qui m’a ouvert beaucoup de portes donc je suis très reconnaissante qu’il ait été si bien reçu" savoure-t-elle encore aujourd’hui.

Entre ces deux métiers, le cœur de Bérangère balance plutôt pour celui de réalisatrice, pour une raison bien précise : "Quand on joue, on ne sait pas jusqu’à ce qu’on voit le produit fini qui est le travail de quelqu’un d’autre. Étant un peu maniaque du contrôle, je trouve cela moins difficile de regarder mon film que de me regarder jouer".

4 images
© Laurie Dieffembacq / Belga

Plusieurs projets en cours

La comédienne belgo-américaine enchaîne en 2021 les productions cinématographiques. Elle a notamment réalisé des épisodes pour la série Baraki qui débarque prochainement sur Auvio, en tant que comédienne elle tourne actuellement dans la série RTBF Fils de, ainsi que dans une série d’une célèbre plateforme de streaming américaine, et elle écrit un long-métrage.

Découvrez-la sans plus attendre dès ce mardi 20 avril à 20h30 sur La Une dans HPI, Haut Potentiel Intellectuel.

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK