Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

"Benedetta", "Respect" et "Boîte Noire" : un seul de ces trois films sort du lot selon Cathy Immelen

Cathy Immelen livre sans langue de bois, son analyse sur les trois sorties ciné phares de la semaine. Au programme deux femmes de caractère avec Virginie Efira dans Benedetta et l’histoire d’Aretha Franklin dans le biopic Respect et le thriller Boîte Noire.

Il y a du bon à voir au cinéma cette semaine mais aussi, il faut bien le dire, du moins bon. Sur les trois grosses sorties dans les salles obscures, une seule a réellement emporté les faveurs de la chroniqueuse du 8/9.

"Boîte Noire" : le film de la semaine

Le lauréat de Cathy Immelen de la semaine s’intitule Boîte Noire, un thriller avec André Dussollier et Pierre Niney au casting.

Le film plonge le spectateur dans le milieu de l’aviation civile. On suit le travail des enquêteurs de la BEA après un crash d’avion.


►►► À lire aussi : "Un triomphe", une comédie feel-good, coup de cœur de Cathy Immelen


Comment récupère-t-on une boîte noire, comment les enquêteurs tentent d’imaginer ce qu’il s’est passé dans le cockpit grâce aux sons perçus par ce fameux enregistreur ? Ce long-métrage lève le voile sur cet univers peu connu, ce qui en donne un film original. "Je trouvais cela absolument palpitant même si le jargon n’est pas toujours évident à suivre" résume la chroniqueuse ciné.

"Benedetta" : décevant sauf les scènes d’amour

Très attendu, Benedetta, thriller érotico-spirituel de Paul Verhoeven, avec Virginie Efira dans le rôle principal, déçoit comme l’avait déjà annoncé Cathy lors de son avant-première au Festival de Cannes.

L’histoire, basée sur de faits réels, reste intéressante. On retrace un pan de la vie de Benedetta Carlini, une nonne italienne mystique du 17e siècle, qui découvre son homosexualité en pleine Contre-Réforme. "Mais on est plus proche du nanar, de la série Z, avec un second degré c’est vrai assumé mais qui fait que l’ensemble est une farce. Je trouve que cela ne fonctionne pas. Les scènes d’amour sont très jolies et érotiques, pas vulgaires, mais pour moi c’est un ratage de la part de Paul Verhoeven" lâche la chroniqueuse.

Le réalisateur néerlandais, auteur notamment du sulfureux Basic Instinct, aurait dû trancher : choisir soit un film de genre qui tourne la religion en dérision, soit un film plus historique, pas un mélange des deux.

Manque de "Respect" pour Aretha Franklin

L’autre sortie attendue de début septembre se nomme Respect, un film biographique sur Aretha Franklin du même titre qu’un des grands tubes de la reine de la soul.

C’est Jennifer Hudson qui campe le rôle de la diva, choisie par Aretha Franklin elle-même pour l’incarner à l’écran, avant son décès survenu en 2018. L’actrice et chanteuse de 39 ans, découverte dans American Idol, est déjà lauréate en 2007 d’un Oscar du meilleur second rôle pour Dreamgirls.

Cette dernière est d’ailleurs l’éclaircie dans la grisaille de ce film long de 2h25 et qui élude parfois le destin hors-norme de la reine de la soul. Aretha a connu une vie terriblement compliquée : mère d’un enfant à seulement 12 ans, elle sombre dans l’alcool, le tabac, la mégalomanie au cours de sa carrière. Tous ces aspects sont assez gommés dans Respect, qui se présente plutôt comme "un hommage très sage et très lisse", d’autant plus qu’il ne retrace que 20 ans de la carrière de la diva, entre 1952, l’année de ses débuts dans le chant à l’âge de 10 ans et 1972 avec l’enregistrement de son album Amazing Grace. La carrière d’Aretha Franklin a pourtant duré plus de 60 ans.

Autres notes positives : les décors, les costumes et les scènes musicales à couper le souffle. Il plaira aux amateurs de musique en général mais les fans de la reine de la soul resteront sur leur faim.

Les 'sorties ciné' de Cathy Immelen, c’est tous les mercredis dans Le 8/9 en radio sur VivaCité et en télévision sur La Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK