Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Avec ces informations, vous réfléchirez à deux fois avant de tirer la chasse d'eau

C'est une action que nous effectuons plusieurs fois au quotidien : tirer la chasse. Pourtant, l'urine a de nombreuses vertus et nous consommons beaucoup trop d'eau en l'évacuant aux toilettes comme le souligne Alyssia Delré dans Le 8/9 continue.

Fluide corporel qui permet d'évacuer les déchets liquides de notre organisme, l'urine dégoûte au premier abord mais possède en réalité de nombreuses qualités pour notre planète, d'autant plus que tirer la chasse d'eau n'est pas du tout un geste écologique.

L'urine, un engrais naturel pour le potager

L'urine sert d'engrais naturel pour nos potagers comme le rapporte le journal Le Monde. Nos ancêtres à l'Antiquité s'en servaient d'ailleurs déjà et nul doute que son utilisation devrait se répandre et s’épandre sur les terres agricoles informe le quotidien.

"Notre urine est composée de 95% d'eau mais aussi de 3000 substances chimiques dont de l'azote, du phosphore et du potassium, des substances que les plantes adorent" précise Alyssia Delré. Ces molécules permettraient un meilleur développement de la terre travaillée par les agriculteurs.

Ainsi, si vous souhaitez faire pousser abondamment des légumes comme des aubergines ou des concombres, "les spécialistes recommanderaient de diluer 3 litres d'urine dans de l'eau" à répandre sur un mètre carré de terre. Pour des carottes, navets ou salade, un litre d'urine suffirait même.

Il est donc utile de 'conserver' l'urine pour utiliser ses propriétés à bon escient, notamment pour l'agriculture à petite échelle, mais est-ce possible à grande échelle ?

Aussi utilisable à grande échelle

Le procédé doit être un peu différent. Une société à Bordeaux, Toopi Organics, utilise déjà cet épandage dans ses champs informe la chroniqueuse : ils récoltent de l'urine dans des tonneaux et développent des bactéries utiles pour une meilleure croissance des plantes et fertiliser dès lors des hectares de terres agricoles. Avec ce travail, on retrouve cette fois un milliard de bactéries par litre.

D'une part, cette méthode ne contient pas d'odeur, et d'autre part, elle ne présenterait pas de risques pour la santé puisque l'urine est fortement diluée dans de l'eau. Ce produit est néanmoins encore en phase de test selon Alyssia.

Si cette société utilise ces bactéries provenant de l'urine, c'est parce qu'elles aideraient à augmenter le taux de phosphore contenu dans le sol. Or, le phosphore, on l'extrait pour le moment de gisements se trouvant dans des pays plus lointains comme le Maroc. Ces exportations traduisent évidemment un grand impact écologique et économique car il faut le rapporter mais en plus, il se raréfie. Autant donc utiliser celui de notre urine préconise Alyssia Delré.

Ne tirez plus la chasse d'eau

Autre fait important lié à l'urine, et qui vous fera décider de conserver votre urine pour les agriculteurs, c'est la consommation d'eau qu'engendre une simple chasse d'eau.

En Europe, on gaspillerait en moyenne 3 à 6 litres d'eau à chaque tirage de chasse, "ce qui représente 20 à 30% de notre consommation d'eau". Au total, ce sont pas moins de 2900 milliards de litres d'eau potable utilisés chaque année uniquement pour faire disparaître notre urine et autres excréments. En effet, la plupart de l'eau des toilettes en Europe est de l'eau potable selon Alyssia Delré. Un désastre sanitaire tant on sait que certains pays n'ont pas accès à l'eau potable mais aussi une fois de plus écologique puisque l'on consomme aussi beaucoup d'énergie pour faire fonctionner des stations d'épuration qui assainissent nos urines.

Perspectives pour le futur ?

Comment solutionner ce problème ? Pour le moment, certaines cabines de toilettes à Paris promues par l'entreprise Ecosec récupèrent déjà l'urine pour la transmettre à des sociétés qui la traiteront mais elles seraient encore peu nombreuses selon la chroniqueuse.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK