Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

André Manoukian : "La musique, c’est Dieu et le sexe mélangés"

André Manoukian était l’invité du 8/9 pour présenter son album Les Pianos de Gainsbourg et son livre Sur les routes de la musique qui harmonise l’histoire de la musique, sous toutes ses formes.

À l’occasion du 30ème anniversaire de la mort de Serge Gainsbourg, André Manoukian nous offre un album aux ambiances piano bar, feutré, élégant et sensuel.

Dans ce disque, de nombreuses interprètes féminines reprennent les chansons de Serge : Isabelle Adjani pour laquelle Gainsbourg avait signé Pull Marine et Ohio, Camélia Jordana, Camille Lellouche, Elodie Frégé

André Manoukian nous y propose aussi des versions instrumentales des classiques de Gainsbourg au piano, l’instrument grâce auquel il composait.

L’actu d’André Manoukian se trouve aussi en librairies avec son livre : Sur les routes de la musique. De Beethoven à Miles Davis en passant par la World Music, il nous explique les ponts qui existent entre les différents courants musicaux.

Les débuts de la musique

Dans son livre Sur les routes de la musique, André Manoukian parcoure des siècles de création musicale. Il évoque notamment les origines du système musical occidental avec une fameuse légende sur Pythagore qui aurait inventé notre gamme. "Un jour qu’il s’ennuyait et avait le blues, il a tendu une corde contre une planche de bois : il l’a fait sonner et a eu une note, il a divisé la corde par deux, il a eu l’octave, il la redivise par trois il obtient la quarte, et par quatre, la quinte" explique-t-il.


►►► À lire aussi : Tatiana de Rosnay sort un roman écrit il y a trente ans : "Mes éditeurs sont tombés amoureux de ce livre"


Le pianiste et auteur-compositeur de 64 ans entame son histoire musicale avec le récit de son premier cours de piano à 6 ans. Cet épisode l’a marqué car lors de ce cours, son professeur ne lui fait pas toucher la moindre note du piano. "Pendant les 30 minutes du cours, le prof nous a fait lever les bras et poser sur les genoux en disant : 'Ouf'. C’était un coup de génie parce que cela a créé une frustration et une envie d’y aller. J’ai aussi compris 20 ans plus tard qu’il s’agissait de respiration et que chaque note jouée doit en être accompagnée".

Le paradoxe musical

André Manoukian nous emmène aussi à travers les méandres de la musique dans son nouvel ouvrage, notamment d’un point de vue philosophique. Il évoque par exemple le conflit musical entre les dieux grecs Apollon et Dionysos.

C’est la meilleure manière de dire que la musique est un paradoxe qui a à la fois de la spiritualité et un Eros très fort. La musique je dis que c’est Dieu et le sexe mélangés.

"C’est pour cette raison que les moines ont inventé la portée au 11e siècle en disant : 'On va essayer de mettre de l’ordre dans tout cela car la musique vous fait faire des trucs, vous n’appartenez plus à vous-même, cela vous met en transe, vous avez des poils qui se dressent'" ajoute le musicien et auteur.

La musique se caractériserait selon ces personnes parfois par une énergie apollinienne qui "serait plutôt spirituelle et dans l’élévation", et parfois une énergie dionysiaque qui nous met en transe, où "on oublie son individualité, on se fond dans le groupe et on retrouve son animalité". Si ces observations sont faites sans jugement par les Grecs selon André Manoukian, "cela dégénère chez les chrétiens car cela devient la musique de dieu et la musique du diable". Il prend l’exemple du gospel, une musique dite de Dieu et le blues, une musique qui proviendrait du diable pour les chrétiens. Pas étonnant donc que Ray Charles ait été pris pour un fou à ses débuts lorsqu’il ajoutait des paroles profanes sur du gospel.

Un album en mode piano-bar

Mais Sur les routes de la musique n’est pas la seule actualité d’André Manoukian. L’auteur-compositeur sort un album de reprises de Gainsbourg dans une ambiance piano-bar, qui lui rappelle ses premiers pas sur scène.

"Les seules personnes qui me parlaient c’étaient le maître d’hôtel pour me dire de baisser un petit peu ou une mamy qui voulait que je lui joue Le Pont de la rivière Kwaï" se souvient-il. "C’est très ingrat […] mais c’était le métier de Gainsbourg" observe-t-il, soulignant l’intérêt du piano-bar : rejouer des thèmes connus et transposer le chant au piano.

Avec Les Pianos de Gainsbourg, il s’éloigne des thèmes des grands titres de l’homme à la tête de chou, sans toutefois les dénaturer, grâce à la pratique du jazz. "On m’a demandé de faire un disque pour la commémoration des 30 ans de la disparition de Gainsbourg, avec ces chansons 'première période', mais simple. Je l’ai donc joué comme si c’étaient des standards et je me suis aperçu que c’étaient vraiment des standards. Le génie de Gainsbourg c’est qu’il avait des accords jazzy car le jazz et le classique sont sa culture, mais c’était un très bon mélodiste. J’adore aussi les mélodies : pour moi, faire une ritournelle c’est l’art le plus compliqué du monde et avec lui, je me suis bien régalé". Le chant est d’ailleurs assumé par de grandes voix féminines. Parmi elles, celle de Melody Gardot pour La Javanaise.

Nouvelle punchline d’André Manoukian

Enfin que serait une interview d’André Manoukian sans ses incroyables punchlines ? On se souvient de phrases comme "Vous chantez comme un ténor italien, mais plutôt pizzaïolo" ou "Vous chantez comme une vieille péripat'. Comme les professionnelles qui font l’amour sans prendre de plaisir" lors de sa participation dans le jury de la Nouvelle Star.

Le pianiste a cette fois égratigné ses compatriotes en saluant l’interview menée par Cyril et ses chroniqueurs. "Quand on fait des interviews des artistes français, on s’aperçoit que les Belges s’intéressent plus à la musique que les Français" a-t-il déclaré avant de lâcher.

En Belgique on vous parle de musique, en France on vous demande avec qui vous couchez. C’est donc vachement plus cool de faire des interviews avec vous.

Voilà qui est lancé, mais c’est bien connu, la musique adoucit les mœurs : la solution idéale pour enfin changer de refrain sur cette querelle franco-belge ?

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK