Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Adrien Devyver, atteint du trouble de l'attention : "On a besoin d'un cadre tout le temps"

Adrien Devyver était l'invité du 8/9 pour présenter son nouveau livre On m’appelle la tornade qui propose des solutions mais aussi des avantages à avoir un trouble du déficit de l'attention au départ de son expérience.

"J’ai dû apprendre à fonctionner, à maîtriser l’ouragan qui se déchaîne fréquemment dans ma tête" : depuis tout petit, Adrien Devyver est atteint de TDA/H, trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité. Dans ce livre, l'animateur veut prouver qu'il est possible de vivre avec cette maladie chronique. Le tout, c'est d’apprendre à la maîtriser.

Pour y arriver, Adrien a puisé dans ses atouts : la créativité ! En tirant des leçons de sa propre expérience, dans On m'appelle la tornade : parcours de vie d'un créatif encombrant, il vous livrera des clés et des mécanismes qui vous aideront à mieux vivre avec un TDA/H.

Le jour où Adrien a compris qu'il était TDA/H

Adrien Devyver a mis du temps à mettre un nom sur le trouble qui l'atteint depuis l'enfance puisqu'on ne parlait pas encore de TDA/H mais plutôt d'hyperkinétique.

"J'ai appris à vivre avec cela, à créer un peu mes armes pour essayer de lutter notamment face à cette problématique à l'école. Puis petit à petit, au fur et à mesure que la vie avance et que je devais être de plus en plus indépendant, notamment professionnellement aussi, je me suis rendu compte en regardant autour de moi, en discutant, en lisant pas mal d'articles que ce TDA/H existait. Et cela correspondait beaucoup aux problèmes que je rencontrais au quotidien" dévoile-t-il.


►►► À lire aussi : Chimène Badi sur son duo avec Johnny : "Un des plus beaux souvenirs de ma carrière"


Et cette révélation elle arrive lorsqu'il travaille à la RTBF alors qu'un directeur d'une école interdit à un enfant porteur de ce trouble de venir en visite sur le site des médias du service public : "La maman m'a envoyé un message de détresse, je lui ai répondu en disant venez avec le petit sur le plateau d'Un gars un chef, on court-circuite la direction, cela me fait toujours bien rire. il est arrivé sur le plateau de l'émission et je me suis reconnu dans ce petit personnage, Nathan, qui est vraiment un super bonhomme. Cela a été un déclic. Je me suis dit : 'Il faut vraiment que je puisse apporter ma petite pierre à l'édifice à l'association TDA/H Belgique'".

Les caractéristiques

Mais quel est vraiment le problème de ce trouble de l'attention ?

Adrien Devyver compare le cerveau d'un TDA/H à un aéroport dont la tour de contrôle ne fonctionne pas. "Toutes les informations qui arrivent comme les avions sur la piste d'atterrissage, on ne leur donne pas le signal pour arriver et pour leur signaler le hangar dans lequel ils doivent se ranger. Il y a donc toutes les informations qui arrivent et je ne sais pas où je dois les stocker. Je reçois plein d'infos et je ne sais pas quoi en faire. Même chose pour les avions qui décollent, ils ne reçoivent pas le signal de la tour de contrôle pour pouvoir partir et du coup les avions partent à n'importe quel moment, comme les paroles, comme mon flux qui est hyper rapide" précise l'animateur. Un exemple concret ? Lorsqu'il dépose ses clés quelque part, une minute plus tard, il ne sait plus où elles sont car son attention a été attirée ailleurs.

Si les soucis engendrés par ce trouble peuvent être réparés rapidement, il arrive à Adrien de s'embrouiller avec des gens "parce que je dis des choses que je ne dois jamais dire, que je suis impulsif, no limit".

L'animateur concède ainsi avoir du mal à écouter les autres car il les interrompt tout le temps, pensant à une information en lien avec leur discours, mais à l'inverse un TDA/H est très empathique. "Par rapport au relationnel et à l'humain il y a une caractéristique qui est très importante, c'est cette empathie. En revanche dès que c'est contraignant, ennuyant ou quelque chose qui ne me booste pas (je n'écoute plus)" explique-t-il.

Canaliser son énergie

Malgré ce trouble de l'attention et cette hyperactivité, Adrien Devyver jouit d'une carrière professionnelle accomplie et ses collègues comme Jérôme de Warzée, travaillent sans problème avec lui.

L'animateur fournit dans son livre des conseils pour justement canaliser cette énergie. Il fait ainsi beaucoup de sport avant un tournage du Grand Cactus.

C'est l'objectif de ce bouquin, pas de raconter ma vie mais surtout de donner plein de pistes aux personnes qui ont ce TDA/H qu'elles soient adultes ou enfants pour montrer ce qu'il y a moyen de mettre en place pour pouvoir être concentré.

Mais comment Adrien fait-il alors pour ne pas poser de problème en étant enfermé plusieurs jours dans le Cube de Viva for Life ? L'équipe dispose déjà d'un vélo d'appartement dans une pièce à l'abri des caméras mais surtout, l'énergie que les animateurs de l'opération doivent donner sur 144 heures de direct n'est pas la même que celle dépensée au quotidien.

"Il y a vraiment un objectif à atteindre et à la limite c'est super intéressant pour les TDA/H parce qu'il y a un vrai cadre et on a besoin d'un cadre tout le temps. Ici il y a un cadre dans lequel on ne peut pas sortir et donc toute cette énergie est focalisée là-dessus" révèle-t-il. Un autre cadre abordé dans son livre, c'est celui de la naissance de son fils pour lequel il est resté concentré pendant des semaines ce qui a permis à son cerveau de ne pas être attiré par d'autres stimuli. 

Bien diagnostiquer et gérer ce trouble au travail

Pour également bien appréhender le quotidien professionnel, Adrien Devyver explique systématiquement à ses collègues son trouble, ce qui lui permet de créer rapidement des liens avec certains et pas avec d'autres. "Il y a donc des projets qui n'ont pas vu le jour car des personnes ne savaient pas travailler avec moi et d'autres personnes comme Marie Iker (NDLR : productrice du 8/9 et du Grand Cactus) qui elle a tout de suite cerné le personnage et a mis en place un système de fonctionnement qui me convient à moi et à toute l'équipe" atteste l'animateur.

Adrien insiste également au quotidien ainsi que dans son livre pour ne pas établir un auto-diagnostic d'un enfant qui semble hyperactif : "Allez faire un diagnostic chez une personne compétente comme un pédopsychiatre".

Dans tous les cas, soyez rassurés, un tel trouble comporte de nombreux avantages que démontre Adrien Devyver dans On m'appelle la tornade. Outre l'empathie, l'intuition tant avec un projet qu'avec des personnes, ou la créativité sont des qualités indéniables pour un parcours de vie.

La tornade Adrien vous entraînera dans ce récit truffé de conseils pour lequel une partie des bénéfices est reversée à l'association belge des TDA/H.

Du lundi au vendredi, retrouvez l’invité du jour dans Le 8/9 à suivre sur VivaCité et en télé sur La Une. Pour connaître le programme de la semaine, c’est par ici.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK