Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

A quelques jours du duel des Sporting, Anderlecht contre Charleroi c'est comme si on avait inversé les rôles

Thibaut Roland revient ce matin l'actualité sportive du weekend et principalement sur deux clubs, deux Sporting, qui ne sont pas à la place où on les attendait.

Nous sommes à six jours du duel des Sporting, Anderlecht contre Charleroi.

Je demande officiellement à tous les Anderlechtois de se bouger  parce que sinon Monsieur Cyril ici présent va faire le kéké pendant un mois et va démarrer toutes ses émissions en chantant "Pays de Charleroi". Non mais ça nous pend tous au nez si on ne fait rien...

Et pourtant, quand on regarde la situation des deux Sportings, c'est comme si on avait inversé les rôles.

Avant le début du championnat, on annonçait un chemin de croix pour Charleroi, ils avaient perdu Felice Mazzu qui était le "Merlin l'Enchanteur du Mambourg", l'homme qui transformait l'eau en vin. On doutait des transferts. On les voyant naviguer entre la 8 et la 12e place. Et de l'autre, on nous promettait à Anderlecht où le football champagne allait couler à flot et pour l'instant, on se dit qu'on nous a trompés sur la marchandise et qu'on nous a mis du Kidibul à la place d'un magnum de Laurent Perrier.

Alors, vous avez tous les docteurs Knock du foot qui sont en train de nous poser leur diagnostic et qui nous disent:

Le problème, ce n'est pas Vincent Kompany

Parce qu'il ne reste plus beaucoup de fusibles au président Coucke.

Je ne sais pas si vous avez vu ces images extraordinairement émouvantes

Toute la direction du Sporting a été rendre une visite surprise à l'ancien attaquant Victor Osimhen qui explose en France. Emu aux larmes parce que Charleroi a cru en lui alors que le joueur s'était fait rembarrer à Bruges et à Zulte Waregem à cause de ses tests physiques. Le talent d'Osimhen était connu du monde entier mais tout le monde se disait "avec ses problèmes de santé, c'est scientifiquement impossible qu'il soit performant".

A Charleroi, on a compris que le football n'était pas écrit en langage mathématique et qu'avec de l'humain, tout était possible. Et quand on voit un Medhi qui est resté ami avec Cyril Théreau, à qui Victor Osimhen fait une déclaration d'amour, on se dit que Mehdi, ce n'est pas juste le roi de la com et du relationnel,

c'est le roi des relations mais surtout des relations humaines

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK