Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

À écouter absolument : la voix angélique de Sarina a cappella

La chanteuse belge Sarina était l'invitée du "8/9" ce 7 février pour son premier album, "Première". Elle a interprété un extrait a cappella et a subjugué tout le plateau de l'émission.

Sarina a écrit cet album dans sa chambre d'adolescente, comme une invitation aux voyages et à la découverte.

Oasis et Song For A Broken Heart en sont les deux premiers extraits. 

Sarina, c'est un univers musical à part et une voix qui semble venir d'ailleurs. Un univers qu'elle vous invite à découvrir.

Un album totalement à part

Sarina se distingue de beaucoup d'autres artistes. Son premier album en est la preuve, tant dans son fond que dans sa forme. Il est présenté comme un carnet de voyage "pour que vous puissiez partir en voyage avec" atteste la chanteuse.

Le format est déjà incomparable. Il se présente en un livret de format proche du A5, loin des standards actuels. Étonnant encore, la chanteuse propose une suggestion de boissons différentes à consommer avec chaque chanson. Ainsi, le titre Song For A Broken Heart doit être dégusté "avec un bon thé noir bien fort, à la cannelle et aux épices" d'après les indications figurant dans l'album.

Sarina revient sur cette idée originale : "J'avais vraiment envie que vous puissiez vous plonger, avoir plus que juste une musique, et que vous puissiez prendre un moment pour vous. Et je suis une énorme fan de thé, Sara le sait je pense". De fait, l'animatrice avait reçu la chanteuse lors de la dernière édition de Viva for Life. Sara De Paduwa se rappelle de cette rencontre : "un moment suspendu et elle m'a offert plein de thé parce que je bois aussi du thé le matin".

La chanteuse poursuit : "J'avais envie de faire partager cette passion et cela permet d'avoir une expérience, après vous pouvez le déguster avec ce que vous voulez".

L'idée est sûrement une première. Sarina explique d'où lui est venue cette inspiration : "Je me suis un peu inspirée des plats gastronomiques que vous dégustez au restaurant où il est marqué "à déguster avec". J'avais vraiment envie que les gens dégustent et donc j'ai pensé reprendre l'idée et placer mes petits thés".

Sarina chante dans plus de 7 langues

Autre particularité, la chanteuse est connue pour pouvoir chanter dans plus de sept langues. "J'aime beaucoup chanter en plusieurs langues" assure-t-elle d'ailleurs. Une prouesse qui s'explique par sa formation au Conservatoire. "Ce qui est rigolo c'est que je ne les parle pas toutes ces langues. J'ai des bases" avoue-t-elle ainsi.

Elle explique : "J'ai appris cela au Conservatoire parce que j'ai eu la chance de faire le Conservatoire en même temps que mes études à l'UCL. En fait, on vous donne des cours d'accents, de prononciations. Ce ne sont pas des vrais cours de langue, mais des cours pour respecter la langue dans laquelle on chante. De cette manière, quand on chante en allemand, cela ressemble à de l'allemand". En bref, une méthode qu'utilisent les chanteurs d'opéra, un genre musical dont elle se rapproche par son chant céleste.

Cette situation crée évidemment des moments cocasses dans sa jeune carrière : "J'ai parfois des gens qui viennent à mes concerts et me disent "tu chantes super bien en telle langue, tu la parles bien", alors que non je ne parle pas du tout. Je leur dis que je ne sais pas, cela passe toujours".

Prolonger la musique

Une autre idée caractérise le premier album de la chanteuse. On y trouve des pages pour prendre des notes. Sarina justifie cette intention : "C'est pour faire des dessins et continuer votre propre voyage. J'avais envie qu'on puisse continuer le voyage, noter ses impressions, et que cette musique puisse vivre aussi. J'avais une image, quand on a eu l'idée du carnet. Je me suis dit : "si un jour vous vous baladez et que vous avez le carnet dans votre sac, et que vous avez besoin de noter votre liste de course ou de caler une table bancale avec une feuille vous arrachez une page". Du coup quelques minutes plus tard ou quelques années plus tard on retrouvera la feuille on se dira "tiens c'était quoi ce truc ?" et la musique continuera à vivre à travers le papier aussi".

Un choix qui prouve toute la réflexion artistique de la chanteuse, et amène à la participation collective, tel un peintre qui laisserait sa toile inachevée.

Un crowdfunding qui a marché

Son album, Sarina l'a publié grâce à un crowdfunding qui a dépassé toutes ses attentes. "On me demande souvent si c'était un stress d'avoir le crowdfunding, le financement participatif avec les gens, et que ça dépende de plusieurs personnes. En réalité, je n'ai pas du tout eu le temps de stresser et j'ai constaté à un moment que les fonds grimpaient. C'est chouette, les gens sont super réceptifs".

Elle ajoute d'ailleurs :

J'en profite aussi pour remercier le public parce que c'est super précieux et grâce à eux j'ai pu continuer l'aventure et cela va de plus en plus loin, c'est génial.

La chanteuse a ensuite démontré toute l'étendue de son talent et a laissé pantois l'équipe du 8/9, mettant d'ailleurs la pression à Jean-Luc Fonck avant sa traditionnelle chanson du vendredi.

Elle a interprété Song For A Broken Heart en a cappella, d'une voix puissante, claire et douce à la fois. Une future collaboration serait-elle possible entre les deux artistes aux univers diamétralement opposés ? Sarina est en tout cas fan de notre Jean-Luc : "Je lui ai dit tout à l'heure quand on s'est croisés "j'admire vraiment ce que vous faites parce que je mets des jours à composer, à trouver la bonne phrase". Je ne pourrais pas du tout composer comme cela".

Retrouvez-la dans tous les cas en show-case à Bruxelles le 11 mars dans l'expo Love. Hate. Debate. à l'ING Art Center, l'entrée est gratuite mais sous inscription, et le 2 avril au Loft 58, dans un concert organisé par le magazine web "Brussels is yours" et mettant en valeur trois musiciens bruxellois.