Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Le Kakigōri fait doucement son nid chez nous !

Le Kakigōri est un dessert typique du Japon où il est une star de la street-food, il fait doucement son nid chez nous.

C'est déjà marqué dans l'essai "Makuranososhi" de l’ère Héïan. C'est à dire que ça existe au moins plus que 1000 ans. A l'époque d'Edo, les Shoguns la mangeaient aussi. 

Le Kakigōri se compose de glace râpée, et non pilée, en fins copeaux, agrémentée de sirop aux fruits, parfois du lait concentré est également ajouté.
À l’origine, ce délice était réservé aux nobles. En effet, avoir de la glace en été était un privilège que seuls pouvaient se permettre les gens aisés. Comme il n'y avait pas de congélateur à cette époque, il recevait des glaçons par ses serviteurs de la campagne.

Les blocs de glace servant à la confection de ce rafraîchissement étaient stockés hors de la ville, dans des glacières nommées Himuro.

En été, ceux-ci étaient rapatriés à la cour de l’Empereur pour le bon plaisir de l’aristocratie.

Le Kakigōri est devenu populaire en 1869 avec l'ouverture du premier glacier au Japon.

Aujourd'hui, on peut manger le Kakigōri dans les fêtes d'été qui ont lieu partout au Japon pendant la période d'été et dans les cafés ou les pâtisseries japonais (wa-café).

La glace râpée pour la confection du Kakigōri doit avoir une consistance proche de la neige fraîchement tombée. Pour cela, cette glace très populaire est réalisée à partir d'un bloc de glace rasé très finement à l’ide d’une trancheuse à glace manuelle ou électrique. La manière dont la glace est réalisée change tout. En effet, c’est cela qui donne à ce dessert toute son originalité, sa légèreté sans pareil et son goût si unique.

La glace est traditionnellement arrosée de sirop de thé vert, de sésame ou de haricot rouge, mais Il existe plusieurs parfums de sirops – à la mode européenne, il est remplacé par un coulis d’ananas ou de mangue.

Outre le Café Coutume et la pâtisserie Toraya, rares sont les adresses parisiennes à proposer ce dessert nippon. Pierre Hermé réinterprète le Kakigōri au Royal Monceau Paris.

Vous pouvez acheter des machines manuelles ou électriques Ici

 

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK