Le 8/9

Du lundi au vendredi de 08:00 à 09:00 sur Vivacité

Plus d'infos

" Aya " de Marie-Virginie Dru, le livre a ne pas manquer pour les vacances

Lucille POULAIN nous propose un livre pour les vacances

" Aya " de Marie Virginie Dru

C'est le temps des origines qui s'écoule, tranquille, sur la petite île de Karabane. Il aurait pu y faire bon vivre pour Aya, jolie fillette de douze ans qui rêve d'Ousmane, son amoureux " pour la vie " en gardant les chèvres du voisin...L'ombre au tableau, c'est son oncle. S'il la viole, ce doit être sa faute à elle, alors elle prie la Vierge Marie pour se faire pardonner. Et quand elle se retrouve engrossée et obligée de s'enfuir à Dakar pour trouver refuge à la Maison Rose, qui soutient des jeunes filles enceintes comme elle, c'est sa foi indéfectible en la vie qui l'aide à aller de l'avant, à apprendre à aimer son fils et se prendre de passion pour le cirque.Pendant ce temps, son frère, parti tenter sa chance en Europe pour que sa mère soit fière de lui, est devenu ce qu'on appelle un migrant, station Stalingrad, avec un numéro d'immatriculation. Sous le regard indifférent des passants, sa fierté, son nom, il les a oubliés. Reste la honte de n'avoir plus ni rêves ni espérance.

On se s'en enrichi et on sort de notre zone de confort

L’Histoire difficile d’Aya, jeune karabanaise, abusée sexuellement par son oncle à l’âge de 12 ans, qui va donner naissance à un fils.

e sera pour elle, l’apprentissage de la vie et une renaissance, qui lui donneront les outils et le courage pour échapper à une vie de misère et réaliser son unique rêve, vivre enfin le destin qu’elle s’est choisi. 

Une belle leçon de courage racontée avec pudeur et humanité. L’auteur nous décrit avec poésie ce pays envoûtant et ensorcelant, au travers de son texte, c’est toutes les senteurs et saveurs épicées de l’Afrique qui nous transportent et nous émerveillent. 

J'ai beaucoup moins aimé l'autoflagellation récurrente du personnage Camille, photographe, et la culpabilité à peine voilée qu’elle ressent. Chaque vie est différente que l'on soit au Sénégal, en Chine, en Finlande ou en France, les comparaisons peuvent se faire, un cheminement personnel qui peut nous permettre d'avancer et de voir la beauté dans chaque chose, ou le verre à moitié plein, mais de là à créer une sorte de malaise, à se dire nous avons la chance de... C'est vrai, mais d'autres ont encore plus de chance que nous. A nous de faire la part des choses, nul besoin qu'un écrivain quel qu'il soit, talentueux ou pas, ne nous le pointe du doigt. L’empathie est une chose, la culpabilité en est une autre, l’une est belle, l’autre n’amène à rien qu’au déclin de celui qui la ressent.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK