Le 6-8

Plus d'infos

"Wat zeg je ? Ik begrijp niet", tous ces dialectes flamands...

"Wat zeg je ? Ik begrijp niet", tous ces dialectes flamands...
4 images
"Wat zeg je ? Ik begrijp niet", tous ces dialectes flamands... - © Tous droits réservés

Ca faisait longtemps qu'il n'était plus venu dans le 6-8, mais Diego Smessaert est de retour pour son coup d'oeil vu de Flandre ! Au programme du jour : les dialectes flamands !

Pour les francophones, le néerlandais, ce n’est pas facile ! Surtout parce que la langue de Vondel dénombre énormément de patois aux Pays-Bas et en Flandre : plus de 600 patois différents en tout ! 

Par exemple, dans le village de Maldegem où Diego est originaire, il existe déjà 5 variantes du "Ma'dehems" (le dialecte local) pour quelque 23.000 habitants. Il existe même un dictionnaire avec… 3.000 mots, soit quasiment une langue à part entière ! Certains de ces mots sont d'ailleurs en français.

 

Autre exemple, le mot balançoire peut être exprimé de dizaines de façons différentes, et ce sont souvent des termes qui n'ont rien avoir ensemble : schommel, jokkel, wipper, zwok, biezabijs, etc. 

Malgré que parfois le patois flamand soit plus simple pour les francophones car le vocabulaire est en français, il faut souvent apprendre le mot ou l'expression tel quel ! Une expression simple à retenir : " Oewist ? " qui peut s'utiliser partout en Flandre de façon informelle au lieu de " hoe gaat het ? ". Les termes d'un dialecte varie également selon la grammaire. Un très bon exemple est avec le " ja " ! 

Ajouter tout cela aux différents accents et le francophone est définitivement perdu !

Des dialectes vivants !

En Flandre, de par le nombre de patois différents, les interviews aux journaux télévisés sont très souvent sous-titrées. Sinon les Brugeois ne comprennent pas les Anversois, et inversement ! Cela renforce l'utilisation et la mise en avant des patois locaux. 

C'est le même cas de figure dans les séries flamandes où le patois est régulièrement utilisé. La série " Bevergem " est même complètement en patois et cartonne. 

Côté musique, les chansons en dialectes cartonnent aussi. L'une des plus populaires est " Ploegsteert " de Het Zesde Metaal et est entièrement chanté dans le dialecte de la côte. D'autres comme Flip Kowlier ou Fixkes passent régulièrement à la radio.

De manière un peu insolite, la Flandre Occidentale a son propre Google nommé " Hoehel ". La raison : les habitants de Flandre Occidentale ont un problème avec les " g " dans les mots ! 

Fiers de leurs dialectes

Les Flamands sont très fiers de leurs patois. Des enquêtes ont d'ailleurs révélé que dorénavant, les parents attachent une importance à ce que leur enfant parle le dialecte local alors qu'auparavant, ils souhaitaient davantage que leur enfant parle le " beau néerlandais ".  

Malgré tout, les dialectes disparaissent peu à peu. La tendance est à parler du " tussentaal ", soit quelque chose entre le vrai néerlandais et les patois. Ce qui revient à ce qu'un peu partout en Flandre, ce soit davantage un dialecte uniformisé.

Dans le but de maintenir les dialectes, l’Université de Gand a d'ailleurs constitué " het dialectloket ". Il s'agit d'une carte en ligne de la Flandre sur laquelle les internautes peuvent zoomer et entendre un très grand nombre d’extraits, souvent de personnes âgées, qui racontent l’une ou l’autre histoire dans leur patois.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK