Le 6-8

Plus d'infos

Un roman "feel good" sur fond de révolte sociale : "Requiem pour une Apache"

C’est un livre tout mignon avec en filigrane la trame de notre société, on y évoque les laissés pour compte. C’est un roman feel good sur fond de révolte sociale qui met la banane tant les personnages sont superbes. Michel Dufranne nous invite à la découverte de ce bouquin fort du personnage Jolene, l’héroïne.

"Requiem pour une Apache"

Nous sommes à Paris dans un hôtel miteux qui est en train de devenir une sorte de pension de famille. Des personnes désœuvrées y élisent domicile. On y rencontre par exemple une personne qui a fait un unique succès musical, il y trouve refuge. Un vieux couple quant à lui s’est retrouvé dans cet hôtel tenu par le dit Jésus. Et puis, y apparaît un jour une femme. Elle y prend quotidiennement un verre et est une fervente utilisatrice du juke-box. Elle y sélectionne Jolene. Son nom fut dès lors tout trouvé pour les pensionnaires de cet hôtel singulier. On l’appelle désormais Jolene.

C’est alors qu’un employé du gaz fait son entrée en cet hôtel. Il ne dit pas bonjour, il n’en fallait pas davantage pour que notre Jolene s’insurge du fait. La jeune femme trouve consistance aussi à sa révolte en raison du badge de caissière qu’elle doit arborer et sur lequel on lui demande d’inscrire son prénom. Pour elle, c’est une incitation au tutoiement qui insupporte la femme. Celle-ci fera de ces quelques étincelles une révolte générale mais qui s’inscrit dans un roman feel good, avec une écriture poétique.

Ce livre a un côté mignon et en filigrane : la trame de notre société, un focus sur ces personnes laissées pour compte. Un roman d’actualité qui met la banane car les personnages sont super.

"Apaches" étaient les salles gamins dans le Paris du 19e siècle, c’était les rebelles, on les nommait ainsi : les apaches.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK