Le 6-8

Plus d'infos

Tom Jones sort son 40e album à 80 ans, Eddy de Pretto poursuit sur la voie du rap sensible

Bruno Tummers vous fait découvrir les nouveaux albums de deux artistes que tout oppose, tant dans l’univers musical que dans l’écart générationnel : Tom Jones et Eddy de Pretto.

On continue de parcourir les genres musicaux avec des sorties d’albums encore aussi variées que celles des nouveaux Gaëtan Roussel, Charles et Jean-Michel Jarre avec cette fois l’album de Tom Jones et d’Eddy de Pretto.

Tom Jones, encore numéro un à 80 ans en Angleterre

À 80 ans, Tom Jones est toujours en forme. En presque 60 ans de carrière, le chanteur britannique a enchaîné les tubes : Delilah, It’s Not Unusual, She’s a Lady, Sexbomb ou encore Thunderball, la bande originale de James Bond Opération Tonnerre.

Le voilà de retour avec un 40e album rien que ça, et quel retour ! "Il est numéro un en Angleterre et devient le plus vieux chanteur à être numéro un dans ce pays" indique, impressionné, Bruno Tummers. Il faut préciser que le chanteur jouit encore d’une grosse exposition puisqu’il prend place dans le jury de The Voice UK depuis dix ans.


►►► À lire aussi : Noé Preszow, la dernière révélation belge, sort son premier album aux textes profonds et écorchés


Ce nouveau disque est un album de reprises populaires, notamment de Cat Stevens ou de Bob Dylan.

"C’est un album populaire mais qui tient très bien la route" assure le chroniqueur musical, toujours subjugué par sa voix et agréablement surpris par l’album. "Il a pris des graves avec les années mais il arrive encore à assurer et on sent bien que celle-ci n’est pas trafiquée par les ordinateurs".

Eddy de Pretto égal à lui-même dans son second album

Lui, il se distingue dans un registre plus aigu et opte pour le rap : on découvre Eddy de Pretto il y a trois ans avec son album autobiographique Cure, qui traitait de son enfance et son identité sexuelle notamment sur le titre Kid.

Il revient depuis quelques jours avec un second album, À tous les bâtards, "à nouveau en lien avec tous ceux qui se sentent en marge de la société", comme sur le titre Freaks, observe Bruno Tummers.

Sur ce disque, il chante encore sa banlieue de Créteil, mais aussi sa famille ou son expérience de chanteur débutant sur les bateaux-mouches à Paris.

"Eddy de Pretto, c’est un physique, un phrasé et un son qui ne ressemblent à personne d’autre, la conjonction de tout ce qu’il a écouté dans son adolescence" analyse le chroniqueur musical.

"Ma mère écoutait beaucoup de chanson française et en bas (dans le quartier) c’était plutôt du rap. C’était donc quelque chose qui susurrait à mon oreille constamment et qui a participé à mon ADN musicale" racontait d’ailleurs l’artiste.

Ce nouvel album se vend bien malgré le peu d’exposition dont il bénéficie, celui-ci s’adressant à un public restreint. "L’album n’est pas d’une très grande variété musicale car c’est quand même rap. Il y a 15 titres et si vous n’êtes pas familier avec cet univers cela sera peut-être un peu redondant mais c’est très intéressant avec des textes bien écrits" conclut le chroniqueur.

Retrouvez l’actualité musicale avec Bruno Tummers, et bien d’autres chroniques dans Le 6-8 en semaine sur La Une et sur Auvio.

4 images
© Valery Hache / AFP
© Tim P. Whitby/Getty Images
Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK