Le 6-8

Plus d'infos

The Voice : comment les deux versions belges de l’émission révèlent les plus belles voix du pays

Répandue un peu partout dans le monde, la franchise The Voice bat toujours bien son plein. En Belgique, le programme se décline en deux versions : The Voice Belgique, que l’on connaît bien, mais aussi The Voice van Vlaanderen, au nord du pays.

Diffusée actuellement tous les mardis soir sur La Une, l’émission The Voice Belgique n’est pas unique en son genre dans notre plat pays. Côté flamand, The Voice van Vlaanderen rencontre aussi son succès, à l’instar de "De Mol", véritable phénomène télévisuel en Flandre.

Dans Le 6/8, Gilles Delvaulx, chroniqueur francophone installé en Flandre depuis quelques années, nous parle des différences entre les deux versions du télécrochet.


►►► À lire aussi : Orlane et Jonas de The Voice Belgique révèlent les meilleurs enseignements de leurs coachs


"La plus grande différence déjà, c’est sans doute le titre. The Voice van Vlaanderen, c’est juste. The Voice Belgique, ça l’est moins. Mais en même temps, c’était sans doute un peu plus compliqué parce que The Voice Fédération Wallonie-Bruxelles, ce n’est pas hyper sexy non plus", sourit le chroniqueur.

Lors de cette 9e saison de The Voice Belgique, Maureen Louys, complètement fan des coaches, est l’unique présentatrice du show. Côté flamand, An Lemmens et Sean D’hondt sont les deux présentateurs aux manettes de l’émission, constate aussi Gilles.

Non pas quatre… mais cinq coaches !

Cette saison, The Voice Vlaanderen propose une nouveauté : un cinquième coach ! Koen Wauters, Niels Destadsbader, Tourist le MC et Natalia, tous quatre chanteurs belges, extrêmement populaire en Flandre, sont rejoints par Laura Tesoro, ayant représenté les couleurs de la Belgique en 2016 avec son morceau What’s The Pressure.

La chanteuse anversoise partage d’ailleurs aujourd’hui le titre Strangers avec Loïc Nottet tournant sur les ondes de Vivacité.

"Quand aucun des quatre coaches ne buzzent pour un candidat, elle peut décider de le récupérer juste à la fin. Il y a donc une cinquième équipe, mais cette équipe est surtout mise en avant en ligne et sur les réseaux, totalement en marge de l’émission", explique Gilles.

Plus de chansons en français

Coachés cette saison par Henri PFR, Typh Barrow, Loïc Nottet et BJ Scott, les talents de The Voice Belgique chantent également davantage dans leur langue maternelle, le français.

"Ici, c’est pour moi l’une des différences les plus flagrantes. La langue choisie. Dans The Voice Belgique, c’est aussi beaucoup d’anglais, mais les talents chantent aussi en français. En Flandre, plus de 95% des chansons sont chantées en anglais. Et c’est marrant parce que quand ils chantent en néerlandais, ce qui est rare, les coaches disent "schattig" (mignon) alors que trois d’entre eux chantent habituellement en néerlandais", ajoute Gilles.


►►► À lire aussi : Henri PFR et BJ Scott rassurent sur le futur musical des talents éliminés de The Voice Belgique


Dernière différence notable, particulièrement en lien avec la crise sanitaire : la présence (ou non du public). On remarque étonnamment la présence d’un public en masse lors des Blind Auditions diffusés depuis février sur VTM. Tournés il y a plus d’un an, il en sera peut-être tout autre pour la suite de l’émission qui devra se calquer sur son homologue grâce à un public virtuel !

Retrouvez le point de vue du francophone en Flandre Gilles Delvaulx et bien d’autres chroniques tous les jours de la semaine dans Le 6-8 sur la Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK