Le 6-8

Plus d'infos

Réinventer les métiers de la forêt, revenir à une forêt plus mixte : c'est une question d'équilibre

Virginie, notre Dame nature, nous invite à une petite balade en forêt pour s’émerveiller de ses charmes certes avec les feuilles des arbres qui se parent de sublimes couleurs mais aussi pour découvrir tout ce qui contribue à ce système forestier complexe. Petit détour au cœur de nos forêts ardennaises, pour le plaisir et pour la surprenante découverte de cet éco système.

Plongée au cœur de la forêt, si belle dans sa parure automnale !

Connaissez-vous vraiment la forêt ?

La forêt, c’est véritablement un milieu dynamique qui résulte d’évolutions naturelles, mais aussi de l’exploitation de l’homme. C’est un milieu passionnant, un lieu de toute grande richesse. Il y a des étangs, des rivières, des milieux ouverts, des milieux fermés, … Elle est organisée en plusieurs strates : on a d’abord la couche du petit tapis de sous-bois puis une couche herbacée ensuite la couche arbustive et enfin les arbres. Tous ces niveaux vont interagir. La composition du sol est très importante aussi, ainsi que les animaux qui jouent un rôle dans cet équilibre. Tout est lié.

 

La forêt c’est avant tout la lutte pour la lumière ! Les arbres vont aller chercher cette première source d’énergie qu’est le soleil, il y a parfois une lutte assez rude d’ailleurs.

Le cycle forestier, comment ça marche ?

Une fois les arbres arrivés à maturité, ils vont dépérir, ils vont tomber au sol. Les troncs vont pourrir à même le sol et le régénérer. En tombant, les arbres rouvrent le milieu : ils remettent de la lumière en quelque sorte en cet endroit et là les nouvelles essences d’arbres vont tenter d’y faire leur place. Et le cycle est reparti.

 

Les forêts se régénèrent sans cesse, grâce au vent, aux animaux sauvages, etc.

L’écureuil par exemple en oubliant certaines de ses cachettes y laisse des graines qui peuvent alors se développer et participer ainsi à l’élaboration de la forêt.

Nos forêts en quelques chiffres :

En Wallonie c’est 33% du territoire qui est occupé par les forêts, à Bruxelles, c’est 10%. On a relativement une forêt constituée moitié-moitié de résineux et une forêt qui est moitié publique et moitié privée.

 

 

Nos forêts d’hier à aujourd’hui

Nos Ardennes n’ont pas toujours été aussi forestières. Il y a eu de grandes périodes de déboisement massif !

Ce n’est qu’au début du 20e qu’il y a eu une réelle prise de conscience de laquelle découlera alors une nouvelle politique de reboisement. On voit ainsi la reconstitution des forêts avec la plantation massive d’épicéas en monoculture pour être le plus retable possible.

Aujourd’hui, on se trouve face à un paysage qui pose un certain problème avec le réchauffement climatique et les arbres en prennent un grand coup. Imaginez qu’un chêne a besoin de 4 ans pour se régénérer après une période de sécheresse. Comme il est plus faible, le ravageur a plus d’emprise sur lui. Aussi, en raison des périodes de sécheresse à répétition, nos arbres déclinent, ils ont vraiment la vie dure. Les insectes ont eu plus de facilité de s’attaquer à ces arbres fragilisés et la monoculture aussi favorise la pullulation. 

Vers un meilleur équilibre

Il faut réinventer les métiers la forêt, il faut revenir à des forêts plus mixtes en espèces d’arbres, en espèces d’âge, …

Plus une forêt retrouve les étages évoqués, plus elle sera résistante et pourra se régénérer, se prémunir du vent, des ravageurs.

En fait les métiers de la forêt doivent être reconsidérés, c’est une chaîne : TOUT EST LIE !

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK