Le 6-8

Plus d'infos

Quels sont les gestes de premiers secours à adopter pour nos chiens et chats ?

Que faire face à un chien qui s’étouffe ou à un chat victime d’un accident ? La situation peut être extrêmement stressante pour l’animal et tout autant pour son maître. Dans Le 6/8, la vétérinaire Bénédicte Flament vous livre les réflexes à adopter si vous êtes face à un animal en détresse.

Souvent pris de panique, et à juste titre, lorsque nos animaux de compagnie sont confrontés à ce que l’on peut imaginer de pire, nous sommes cependant prêts à tout pour que notre toutou ou notre petit chat soit en meilleure santé possible. Il est donc important de codifier au mieux notre comportement afin de se poser au plus vite les bonnes questions et d’adopter les premiers gestes de secours en attendant l’arrivée du vétérinaire.

La majeure partie du temps, rappelle Bénédicte Flament, il faut dans un premier temps évaluer la situation dans son ensemble pour ensuite évaluer les paramètres d’urgence de l’animal. Il est important de garder en tête que nous sommes confrontés à un animal : "Même si c’est le nôtre, il peut avoir des réactions qui sont parfois imprévisibles, car causées par la douleur, mais aussi la peur parce que l’animal se sent en danger", explique la chroniqueuse, "en général, s’il se sent en danger, il va mordre. Il ne va pas mordre par agressivité, mais par peur", enchaîne-t-elle.


►►► À lire aussi : Effectuez les bons gestes et détectez tout problème de santé chez votre animal


Il est donc important de rester vigilant par rapport à sa propre sécurité. Afin d’éviter la morsure, la vétérinaire conseille donc de poser une muselière à l’animal, "ou une muselière de fortune, comme une chaussette, par exemple". Attention tout de même à ne pas préconiser ce geste dans le cas où l’animal s’étouffe : "Dans ce cas-là, on ne fera qu’empirer les choses. Mais ça reste tout de même une des premières choses à faire : penser à sa propre sécurité et à la sécurité de l’animal", prévient Bénédicte Flament.

1 images
© Getty Images

Les questions indispensables à se poser

Plusieurs paramètres sont à prendre à compte avant l’arrivée des secours. La vétérinaire dresse la liste :

  • Est-ce que mon animal perd du sang ?

Pour pouvoir évaluer le volume sanguin chez le chien notamment, Bénédicte Flament suggère de soulever la babine et de regarder si la muqueuse est rosée. Appuyez ensuite 2 secondes avec votre doigt jusqu’à imprimer un point blanc, puis relâchez et comptez le temps qu’il faut pour que la muqueuse redevienne rosée. S’il faut plus de 2 secondes, il y a un problème au niveau de la perte de sang, "qui parfois ne se voit pas puisque l’animal peut avoir aussi une hémorragie interne", avertit-elle.

  • Mon animal est-il en état de conscience ? Réagit-il aux stimuli externes ?

Pour déterminer ce paramètre, un claquement de doigts au-dessus de la tête suffit pour voir si l’animal, même en état de stress ou choqué, réagit. "Ses oreilles vont frémir en tout cas, car c’est un stimulus auquel il n’est pas habitué. S’il est calme et se laisse faire, on peut regarder le coin de l’œil. Et si ses paupières bougent, cela veut dire qu’il est dans un état de conscience", conseille Bénédicte.

  • Mon animal respire-t-il normalement ?

Pour ce faire, nous allons "compter ses pulsations en mettant la main à plat sur la face interne de la cuisse et en avançant avec la main jusqu’au niveau de l’aine où on y trouve l’artère fémorale", explique-t-elle en montrant une vidéo d’illustration à l’écran. Pour les chiens, la moyenne est située à 100 battements par minute, mais peut varier selon la taille de la bête.

Un bon moyen mnémotechnique, c’est le rythme de la chanson "Stayin' Alive" des Bee Gees

Et s’il s’étouffe ?

Si votre animal de compagnie venait à s’étouffer, la première chose à faire consiste à tenter d’identifier l’objet qui obstrue les voies respiratoires : "Il faut être vigilant parce qu’on aura tendance à vouloir extraire l’objet, mais certains objets, comme une branche avec des épines, par exemple, peuvent aussi être dangereux à retirer, ça peut blesser les voies respiratoires."


►►► À lire aussi : L'arbre à chat est-il vraiment indispensable ? Oui, mais des alternatives existent


Si l’animal est coopératif et accepte votre intervention, le mieux est de se munir d’un gant et de tenter d’aller rechercher l’objet dans sa gueule. Cela "uniquement si le chien a suffisamment confiance et qu’il va comprendre que vous faites ça dans son intérêt". Dans le cas où l’animal est pris de panique, la vétérinaire conseille de prendre l’animal par les pattes arrière et de le secouer quelques fois pour débloquer l’objet sans pour autant le faire pendant 15 minutes, ce qui pourrait être dangereux aussi.

Si cela n’est pas possible, une compression sèche sur la cage thoracique de l’animal de part et d’autre de ses flancs permettra à l’animal de déglutir et éventuellement recracher l’objet obstrué.

Enfin, une fois avoir pris ces paramètres en compte, il est aussi important de placer l’animal dans une situation de sécurité. "Veuillez à ne pas lui donner à boire ou à manger parce qu’on ne sait pas ce qui peut se passer au niveau des organes à l’intérieur et surtout, appelez le vétérinaire le plus rapidement possible", finit par conclure Bénédicte Flament.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK