Le 6-8

Plus d'infos

Quels aliments boostent le cerveau et peuvent ralentir les maladies neurodégénératives ?

Eau, protéines, oléagineux, légumes verts,… Chantal van der Brempt, nutritionniste, livre les ingrédients nécessaires pour tenir le cerveau en éveil et entretenir sa mémoire dans Le 6-8.

Un esprit sain dans un corps sain : pas toujours facile de se conformer soigneusement à ce dicton. Réveils difficiles, manque de sommeil ou d’activité physique : le cerveau humain peut rapidement devenir moins alerte et peut vous jouer des tours dans le travail ou la vie quotidienne.

Il est néanmoins aussi possible de le nourrir grâce à des produits naturels réputés pour leurs effets bénéfiques sur la mémoire et la concentration. L’être humain a la chance d’avoir une neuroplasticité, qui stimule et crée des neurones peu importe l’âge. Celle-ci est liée non pas aux gènes mais au mode de vie et à l'alimentation. Ainsi, seulement 3% de patients atteints d’Alzheimer ont développé ce trouble à cause de leurs gènes.

Découvrez les conseils pour ne pas avoir plus qu’un petit pois à la place du cerveau.

Booster le cerveau des bébés

Dès les premiers instants de vie, un humain doit développer son cerveau. C’est pour cette raison que l’on suggère souvent aux femmes enceintes d’ingurgiter de la vitamine B9 qui agit sur le développement de tout le système nerveux.


►►► À lire aussi : Comment soulager son foie après les excès des vacances ?


Le lait maternel est aussi riche en protéines et graisses adéquates pour le cerveau et moins pour l’ossature, contrairement au lait de vache qui joue l’effet inverse, ce qui entraîne une perte de neurones.

Un cerveau bien hydraté, c’est un cerveau réveillé

Une fois enfant, il faut entretenir l’activité du cerveau et ensuite adulte, il faut préserver celle-ci pour éviter toutes sortes de démences.

Et l’ingrédient numéro qui agit avec succès sur le cerveau ne surprendra personne, c’est l’eau ! Elle agrandit la taille du cerveau alors que l’alcool produit l’effet inverse pour cet organe composé de 85% d’eau.

Il s’agit même de la première partie du corps qui subira les effets néfastes de la déshydratation avant les reins, le foie ou les muscles.

Faire le plein de protéines (viande, poissons, œufs) est aussi indispensable. Si vous êtes vegan ou végétarien, privilégiez la vitamine B12. Elle est présente dans les algues par exemple, mais en nombre insuffisant. Il faut donc dans ce cas ajouter des compléments pour garantir un apport convenable.

2 images
© iStock / Getty Images Plus

Le rôle important des Omega 3

Le fer joue aussi un rôle déterminant pour oxygéner le cerveau tout comme les Omega 3. Ces graisses insaturées se trouvent dans les oléagineux (noix et graines), ou les poissons gras (sardines, maquereaux),…

Ces Omega 3 n’agiront pas directement sur notre corps mais se décomposent en molécule dont la DHA, un des constituants principaux du cerveau et de la rétine.

Elle joue aussi un rôle déterminant de protection des cellules nerveuses du cerveau et assurera la bonne transmission entre celles-ci et les neurones informe Chantal van der Brempt : mémorisation, apprentissage, concentration, et même bonne humeur.

Il est cependant possible de prendre ces Omega 3 en compléments alimentaires aujourd’hui plutôt qu’à la cuillère de l’huile de foie de morue comme à l’époque.

4 ingrédients spécifiques bénéfiques pour le cerveau

  • Au rayon fruits et légumes, les légumes verts comme les choux sont aussi un allié de taille. Une étude a démontré que la consommation quotidienne de légumes verts pourrait retarder les signes de démence de… 11 ans.
  • Les myrtilles auraient un effet semblable, ralentissant ces signes de deux ans et demi. Mais petit conseil de notre nutritionniste : mangez-les naturellement, sans cuisson, au risque de perdre leurs effets protecteurs.
  • Plus étonnamment peut-être, le café, en dehors de la caféine, contient plus de deux cents molécules chimiques actives qui aideront à retarder de 65% les maladies de démence dont l’Alzheimer. Pour rappel, il doit cependant être consommé avec modération, sinon sa consommation pourrait apporter l’effet inverse.
  • Le curcuma est connu pour ses effets anti-inflammatoires. Les maladies dégénératives étant souvent liées à des inflammations du cerveau, son usage est essentiel pour prévenir tout trouble
2 images
© Cathy Scola / Getty Images

L’importance d’agir aussi sur les intestins

Le cerveau et les intestins sont étroitement liés, renvoyant chacun des signaux de l’un vers l’autre. Garder ses intestins en bonne santé sera dès lors important pour la préservation de votre encéphale.

Les probiotiques comme le kéfir, les yaourts, légumes fermentés et fromages doivent aussi être consommés.

Retrouvez les conseils nutrition de Chantal van der Brempt et bien d’autres chroniques tous les jours de la semaine dans Le 6-8 sur La Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK