Le 6-8

Plus d'infos

Pourquoi les Italiens devraient apprécier les pâtes "belges"

L'équipe du "6-8" revenait sur les meilleures recettes de pâtes ce 14 janvier. Carlo De Pascale a lui aussi donné ses conseils pour un bon macaroni et a parlé de plats de pâtes qui font débat : les pâtes à la bolognaise et celles à la cassonade.

Ces plats ont de fait des saveurs qui ne sont pas au goût des puristes et des Italiens. Le pays de ces derniers est indissociable de la cuisine italienne où trônent fièrement en tête les pâtes et les pizzas.

Carlo De Pascale annonce pourtant : "​​​​en Belgique et à l'étranger, hors Italie, on a nos propres recettes de pâtes qui ont le don de parfois énerver un petit peu les italiens. Ont-ils des raisons de s'énerver ? Pas forcément".

Il est d'accord sur le fait qu'il n'est pas normal de manger des pâtes trop molles et qui collent. "Les codes de cuisson, il faut les respecter" affirme-t-il ainsi. Mais il pense que plusieurs plats de pâtes "belgicisés" doivent être acceptés par tous.

Les pâtes au beurre et à la cassonade

Le premier exemple que nous donne notre cuistot est un classique pour les Belges, ce sont les pâtes au beurre et à la cassonade. Les Italiens ont-ils raison de ne pas aimer ?

Carlo donne son avis : "si on regarde dans la culture italienne, il y a historiquement une recette de pâtes à la ricotta, au sucre et à la cannelle qui existe dans le Latium. Elle existe depuis très longtemps". Cette recette est même mentionnée par "La cuillère d'argent". Il s'agit du "grand livre de recettes de la cuisine italienne".

Le chroniqueur cuisine explique l'origine d'une telle recette : "à la Renaissance, quand on a commencé à produire du sucre, on en a mis partout. On n'avait pas assez de distinction du sucré-salé. Vous avez Bartolomeo Scappi, l'un des plus grands chefs italiens de la Renaissance, qui a écrit des livres de cuisine (…) qui recensent des pâtes. On (y apprend qu'on y) mettait de la cannelle, mais aussi du sucre et du parmesan. Tout était compris dedans".

Carlo ne voit donc pas le problème de cuisiner un plat comme les pâtes au beurre et à la cassonade : "j'ai envie de dire faisons-les en respectant le temps de cuisson des pâtes".

Le débat le plus bouillant : les spaghettis à la bolognaise

Autre plat de pâtes que l'on mange traditionnellement en Belgique et encore plus répandu que les deux premiers, les spaghettis à la bolognaise. Ce plat a déjà profondément divisé notre société.

Carlo De Pascale livre également son point de vue sur cette épineuse question : "il y a un bouquin qui est sorti il n'y a pas longtemps qui explique pourquoi les spaghettis bolognaise n'existent pas. Et c'est vrai que dans la culture italienne, à Bologne on ne fait pas des spaghettis bolognaise". De fait, à Bologne, "on fait des spaghettis al ragù : la sauce est différente, plus riche plus dense et on ne prend pas des spaghettis mais des tagliatelles". Il ajoute : "même le Slate avait publié un article disant que la bolognaise est le plus absurde des plats italiens".

Mais le chroniqueur nuance toutefois ces propos : "je suis d'accord, mais si on le met dans un contexte de plats italiens".

Il poursuit son raisonnement : "le spaghetti bolo est devenu un plat belge comme un plat français (…) il a développé sa propre culture intrinsèque. On oublie donc que c'est un plat italien, on respecte les codes de cuisson et puis on se fait plaisir".

Le conseil "Macaroni jambon fromage" de Carlo

Autre plat de pâtes à la sauce belge : le macaroni jambon fromage, que l'on prépare avec une béchamel. Carlo De Pascale donne son petit conseil sur la béchamel pour que ce plat soit encore plus délicieux : "mettez beaucoup de comté dedans, pas de l'emmental. Vous faites une sauce Mornay pleine de comté. Mettez un peu de crème aussi, du jambon à l'os et vous faites gratiner cela à 160 degrés, pas trop chaud donc, et juste à la fin on met un petit coup de chaud".

Que le débat soit résolu ou non, doit-on dans tous les cas en faire tout un fromage ?

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK