Le 6-8

Plus d'infos

Pour vivre longtemps, il est bon de garder une certaine ambition !

Pour vivre longtemps, il est bon de garder une certaine ambition !
3 images
Pour vivre longtemps, il est bon de garder une certaine ambition ! - © Tous droits réservés

Le lien entre la longévité et le sport, c'était ce matin dans le 6/8 sur la Une Télé avec Gilles Goetghebuer.

Sport et longévité... Longévité et sport... Oui, le lien est évident !

La preuve avec deux exemples d'hommes qui ont réalisé leurs ambitions sportives en fin de vie : Ed Withlock et Robert Marchand.

 

Ed Withlock, canadien d'origine anglaise a établi pas mal de records en course à pied en étant très âgé.

L'an dernier par exemple, il s'est illustré au marathon de Toronto à l'âge de 85 ans. Il a couru le marathon en moins de 4 heures.

C'est une performance exceptionnelle. Ca fait plus que du 10 km/heure de moyenne.

Robert Marchand est français. Il a 105 ans. Il bat des records en cyclisme.

Au début de cette année, il a établi le record de l'heure dans la catégorie des plus de 100 ans. Il a fait 22,5 km dans l'heure.

 

Sur base de ces deux exemples, on peut dire que le secret de la longévité, c'est de nourrir une sorte de rage qui maintient en vie !

Pour vivre longtemps et en forme, il faut donc conserver ses rêves...

L'idée de s'accomplir à la fin de sa vie parce qu'auparavant c'était impossible, l'idée d'avoir une vocation inassumée pendant toute une période de sa vie puis qu'enfin on peut se réaliser, ça existe aussi en littérature - c'est la trame de beaucoup de grands romans comme le Comte de Monte-Cristo par exemple - et ça existe aussi bien-sûr dans la vraie vie.

Dans la vie du boxeur américain Dewey Bozella en tout cas.

Un gars qui a eu une enfance malheureuse, qui a fini dans la rue et sa petite délinquance et qui à l'âge de 18 ans s'est retrouvé accusé d'un meurtre et condamné à perpétuité. Tout en niant farouchement ce meurtre, tout en clamant sans cesse son innocence.

Pendant 23 années d'incarcération, il a appris a boxer. Il est même devenu un excellent boxeur. Le meilleur boxeur de toutes les prisons américaines.

Heureusement, au bout de 23 ans, des avocats ont pris son affaire au sérieux. Le dossier a été rouvert et l'erreur judiciaire mise au jour. Le véritable auteur du crime ayant avoué depuis bien longtemps.

En sortant de prison à 52 ans, il a participé à un combat de boxe comme une revanche sur toutes ces années de vie qui lui avaient été injustement volées. Il a gagné le combat. Un combat. Une victoire. Zéro défaite... Pour ensuite s'investir dans l'accompagnement de jeunes délinquants et l'enseignement de la boxe. Il a même aussi écrit un livre. 

En résumé  : Pour vivre, il faut avoir une raison... Sans raison, ça ne marche pas...