Le 6-8

Plus d'infos

Manger à sa guise sans culpabilité, le défi nutrition de l’année ?

Quand les restrictions s’imposent de plus en plus dans l’assiette, s'ensuivent presque inévitablement craquage et culpabilité. Pour Chantal Van der Brempt, nutritionniste et chroniqueuse dans Le 6/8, prendre du plaisir en mangeant reste primordial. 

"En 2021, je mange ce que je veux !" Vraiment ? Parée d'une introduction volontairement accrocheuse, l'experte nutrition du 6/8 a voulu casser les codes ce matin en "voulant apporter un peu de bien et ne pas toujours être dans le côté cassant ou restrictif".

Chantal Van der Brempt a également tenu à rappeler le but premier des chroniques consacrées à la nutrition, à savoir, renseigner sur les dernières informations pour ainsi nous permettre de faire des choix libres et non imposés par l'industrie agro-alimentaire ou des tendances.


►►► À lire aussi : Comment réintroduire le haricot sec dans l’assiette


Une culpabilité destructrice

"On a tendance à s'enfermer dans des régimes alimentaires, pour certaines personnes, c'est pratique parce qu'on est comme dans un canva, ça apporte une structure. Je peux faire ça et je ne peux pas faire ça", commence-t-elle, "mais en même temps, il y a ce côté culpabilisant et humain". Un phénomène pouvant mener à ce qu'on appelle l'orthorexie, qui consiste à s'imposer de trop nombreuses restrictions en termes de nutrition. "On finit par se flageller et ce n'est pas le but. Donc en ce début d'année, le but ici est de vous donner les grandes règles générales", pointe la chroniqueuse. 

La culpabilité ressentie après avoir craqué face à des sucreries nous tendant les bras conduit tout droit à une mauvaise estime de soi : "c'est super destructeur, à la limite plus destructeur que d'avoir ces quelques kilos en plus", rapporte Chantal. L'aspect psychologique semble primer dans noter société qui semble actuellement imposer comme seul référent possible ou valable pour être heureux de posséder la santé absolue, voire la beauté absolue. "C'est une belle tendance évidemment, mais y accéder totalement ce n'est pas possible", rappelle-t-elle.

Prendre soin de soi… au quotidien

Le message principal reste malgré tout le suivant : prenez soin de vous ! "Ce sont surtout ces petites choses au quotidien qui sont importantes, ne passez pas dans un régime pendant trois semaines de façon extrême pour passer ensuite à un autre", prévient la chroniqueuse. Une grande partie de la consultation chez un nutritionniste consiste d'ailleurs à relativiser et à apporter de petites corrections au fur et à mesure. Petit aperçu des 5 conseils alimentaires raisonnables de la nutritionniste à observer, qui plus est en dehors de toute doctrine de régime !

Les conseils alimentaires à appliquer en 2021

Bien que la considération de l'état physique de départ soit primordiale et qu'un cadre stricte sera nécessaire pour certains, les conseils suivants pourraient nous extraire de toute forme de régime : 

  • Apporter à peu près une moitié d'assiette de légumes midi et soir. "Déjà rien que ça, c'est difficile pour beaucoup de gens", relate Chantal. Une attitude à privilégier à 70% du temps tout en laissant une place de 30% pour nos péchés mignons !
  • On arrête de compter les calories, mais plutôt les vitamines, fibres et minéraux dans les fruits et légumes, les céréales et les entiers. Attention au bio industriel qui ne pratique pas toujours la rotation des cultures qui permet l'ensemencement des sols. Pas de pesticides, certes, mais peu de nutriments dans les légumes si la rotation des sols n'est pas appliquée, tente d'expliquer la nutritionniste.
  • "Je dirais également d'apporter ce qu'on n'apporte pas aujourd'hui", notamment en mettant le focus sur les bonnes graisses insaturées, qui manquent à beaucoup de monde et qui pourraient se retrouver dans l'assiette deux à trois fois par semaine. On les trouve dans "les noix, les graines, les maquereaux, les sardines, le saumon, etc."
  • On végétalise une fois par semaine ! "Le but n'est pas de transformer tout le monde en végétarien ou végan ! Chacun mange ce qui lui plaît et ce qu'il digère." C'est une ouverture d'esprit pour découvrir ce qu'on peut manger sans viande et sans poisson. 
  • On fait comme nos centenaires en misant sur la frugalité ! On se fait plaisir, mais avec modestie ! 

►►► À lire aussi : Quelle alimentation choisir pour lutter au mieux contre le stress ?


En fonction de l'âge, certains conseils seront davantage à privilégier que d'autres :

Entre 35 et 50 ans, on penchera pour le coloré avec les fruits et légumes, bio si possible.

Entre 50 et 65 ans, on veillera à assurer un bon transit et si ce n'est pas encore fait, on végétalise.

Pour les plus de 65 ans, on s'assure d'avoir des protéines et des aliments riches en calcium (légumes verts, amandes, figues séchées, graines de sésame, sardines, …) à chaque repas pour préserver sa masse musculaire et son ossature le mieux possible, conclut la chroniqueuse.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK