Le 6-8

Plus d'infos

Les problèmes de surpoids chez nos chats : un fléau énorme

C’est un véritable fléau, 60% de nos chats sont en surpoids et souffrent ainsi d’embonpoint ou d’obésité… C’est énorme !

Les industriels de l’alimentation ont compris la problématique et proposent des aliments light… Mais est-ce la solution idéale pour faire maigrir son chat ? Bénédicte Flament, notre experte vétérinaire, met tous les ingrédients de poids dans la balance et nous aide à faire le point, pour la bonne santé de notre gros matou d’amour.

De l’embonpoint à l’obésité

Les chats contrairement aux chiens sont relativement de même taille quelle que soit leur race. Ils doivent ainsi avoisiner les 3, 4 kg maximum.

On distingue donc deux situations :

  • L’embonpoint : quand on calcule 10% de surpoids par rapport au poids idéal de l’animal : un chat de 4 kg en situation idéale pèse 4,4 kg
  • L’obésité : 20% et plus de surpoids par rapport au poids idéal : un chat de 4 kg en situation idéale pèse alors 4,8 kg (en équivalent humain, si votre poids idéal était de 70 kg, vous pèseriez 84 kg ou plus). Au-delà, on bascule dans ladite obésité franche et cela comporte un réel problème de santé à prendre en considération.

Les conséquences de l’obésité ou de l’embonpoint :

- Problématique comportementale : c’est une situation problématique pour l’animal car elle impacte sa situation comportementale et son intégrité physique. Le chat est un animal propre, il passe beaucoup de temps à se toiletter or un chat en surpoids réel ne parvient plus à se toiletter correctement par manque de souplesse.

- Des conséquences sur sa santé : le chat a du fait des difficultés à se mouvoir, il aura des problèmes au niveau des articulations, des problèmes cardiaques, urinaires, du diabète, …

L’alimentation est-elle la seule responsable ?

Il y a plusieurs facteurs responsables comme :

  • Le mauvais équilibre entre apport et dépenses caloriques. Aussi, trop peu de salles de sport acceptent les chats ! (rire) De plus en plus des chats d’intérieur sont seuls la journée, ils squattent plus que de raison le fauteuil. Le comportement du maître est aussi à pointer du doigt :
  • On craque et donc on donne des friandises en trop grande quantité sans adaptation de la ration quotidienne.
  • On adopte un mauvais schéma alimentaire (nourriture à volonté sans restriction de quantité). On met souvent un mauvais comportement alimentaire en place. Un chat doit avoir accès à sa gamelle en continu or il faut impérativement doser l’apport de ces aliments, il faut gérer la quantité.

Les solutions :

  • Adaptation du comportement du maître : motivation et snacking contrôlé
  • Une ration quotidienne adaptée avec :
    • Un meilleur schéma alimentaire
    • Une alimentation adaptée : On adapte donc les aliments, on peut expérimenter l’aliment light et on voit si le résultat est probant. 

Un aliment light pour mon chat… Fake or not ?

Focus sur ces aliments light, font-ils le poids ? Feront-ils pencher la balance de l’autre côté ?

Les aliments Light :

  • L’avantage : des recettes adaptées avec apport de nutriments bénéfiques. Cela aide le chat à réguler son métabolisme grâce à ces ingrédients :
    • L-Carnitine pour réguler le métabolisme des graisses
    • Des fibres (Psyllium) pour apporter un effet de satiété. Le chat mange pour répondre à un besoin au départ et non par plaisir.
  • Le hic : un "mode d’emploi" peu simple qui laisse libre cours à l’interprétation du propriétaire du chat. On omet les nuances et infos comme :
    • Quelle quantité de croquettes donner à mon chat : quel poids à considérer ? (selon le poids cible ou le poids de départ ?)
    • Adaptation de la ration selon l’activité du chat : non renseigné.

Conclusion :

Une bonne perte de poids va s’articuler autour de trois axes :

- La motivation du propriétaire et la prise en considération de tous les facteurs d’influence (activité, snacking)

- Une alimentation adaptée choisie avec le vétérinaire et un schéma de perte de poids calculé pour votre chat pour garantir une perte de poids à long terme et progressive

- Une augmentation de l’activité du chat (jeux, stimulation) pour favoriser les dépenses caloriques

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK