Le 6-8

Plus d'infos

Les indépendants peuvent "racheter leurs années d'études" pour améliorer leur pension

Thierry Evens porte-parole de l’UCM nous parle ce matin dans le 6/8 de la possibilité du rachat des années d’études. C’est une manière pour les indépendants d’améliorer leur pension…

Si vous êtes dans le cas, dépêchez-vous car ces règles vont changer à partir du 1er décembre.

Un point positif pour la pension des indépendants

La pension des indépendants a été fort améliorée ces dernières années, mais elle reste quand même légère. "On est à 1290 euros par mois pour un isolé, 1614 euros pour un chef de ménage si on a travaillé 45 ans. Or, si vous avez fait des études jusqu’à 22, 23 ou 25 ans, c’est impossible d’avoir 45 ans de carrière." C’est pour ça que la loi autorise ce qu’on appelle le rachat des années d’études. Vous payez un certain montant et les années que vous avez passées à étudier comptent comme des années travaillées.

Combien faut-il payer ? C’est cher ?

Thierry Evens vous en parle aujourd’hui parce que le prix à payer va bientôt changer. Jusqu’au 30 novembre, c’est 1560 euros par année d’études rachetée. À partir du 1er décembre, ce sera toujours 1560 euros si vous faites la démarche dans les dix ans qui suivent la fin de vos études. Si vous êtes plus âgé, ce sera plus cher. "En fait, plus vous attendrez, plus vous payerez cher. Cela pourra coûter presque deux fois plus cher pour les personnes qui sont proches de leur 65e anniversaire."

Et donc pour l’instant, c’est très avantageux ?

C’est certain confirme Thierry, c’est une somme fiscalement déductible. En réalité, ça pourrait vous coûter moins de 1000 euros. Et le supplément de pension, il est chaque année de 280 ou 350 euros selon que vous êtes isolé ou chef de ménage. "Autrement dit, après trois ou quatre ans de pension, vous êtes gagnants. Si vous avez la chance de vivre jusqu’à 85 ans, c’est bingo. Vos 1000 euros vous en rapporteront 6000 ou 7000."

On peut racheter toutes ses années d’études ?

Pas vraiment. Les années après 18 ans bien entendu. Entre 18 et 20 ans, c’est déjà plus cher mais vous n’êtes pas obligé de racheter la totalité. "Le principe, c’est que vous pouvez racheter – valoriser pour votre pension – une ou plusieurs des années qui ont débouché sur un et un seul diplôme. Les années bissées ne comptent pas." En fait, c’est assez simple. Vous avez suivi et réussi à l’université ou dans une école supérieure un cycle d’études de cinq ans par exemple. Vous pouvez racheter cinq ans. Point. Si vous avez six ans pour terminer ou si vous avez deux ans pour un autre diplôme, tant pis…

Comment faire pratiquement ?

Pour les indépendants, c’est à la caisse d’assurances sociales que ça se passe. Il y a un formulaire, en principe disponible en ligne sur le site de sa caisse, à remplir et à envoyer par recommandé. "Je rappelle qu’il faut le faire avant le 30 novembre, sous peine de payer plus cher." Pour mesurer son avantage, on peut aller consulter son compte sur mypension.be et faire une simulation.

Les salariés peuvent aussi racheter leurs années d’études ? Le système est le même que pour les indépendants. Et il deviendra aussi moins avantageux pour les personnes les plus proches de l’âge de la pension à partir du 30 novembre. "Pour se renseigner, il faut aller sur le site du service fédéral des pensions. La demande peut être introduite par écrit ou directement via" mypension.be. Si vous avez une carrière mixte, salarié indépendant, vous rachetez vos années dans le régime où vous vous trouvez actuellement.

Et pour les fonctionnaires ?

C’est très particulier. Jusqu’en 2018, les années d’études étaient automatiquement prises en compte dans le calcul de la pension. Ce n’est plus le cas, mais l’avantage acquis en 2018 restes acquis. "Il n’y a donc pas grand intérêt, pour le moment, à racheter quoi que ce soit."

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK