Le 6-8

Plus d'infos

Les conseils pour choisir le bon sapin de Noël

On y est, dans moins d'un mois c'est Noël ! Il est temps de choisir son sapin pour décorer et illuminer votre salon, mais lequel ? Un naturel ou un artificiel ? Virginie Hess a donné des solutions dans le "6-8" de ce lundi.

Virginie Hess, notre chroniqueuse nature, a livré quelques pistes pour choisir correctement son sapin de Noël, tout en pensant à la planète.

Un élément dont on se rend pas forcément compte, c'est le nombre de cultures de sapins qui existent en Belgique :

La Belgique est le deuxième plus gros producteur européen de sapins de Noël après le Danemark. On exporte 80% de notre production qui peut atteindre jusqu'à 3 à 4 millions d'arbres par an. 

Virginie développe : "cette production, elle se déroule essentiellement au Sud du sillon Sambre et Meuse dans les provinces de Namur, de Liège et de Luxembourg. Puisqu'il y a une demande importante, les producteurs de sapins doivent recourir à une culture assez intensive. Cela devient presque de l'industrie, ce qu'on appelle la monoculture : un même arbre planté côte à côte sur des surfaces assez denses avec usage de l'engrais et pesticides car il faut maximiser la production".

Évidemment, cette méthode de production paraît néfaste, notamment pour la planète : "on lui reproche toute une série d'impacts environnementaux, d'accaparer une partie des terres agricoles, de participer à l'envolée du prix des terres".

Pourtant, la chroniqueuse assure "qu'il faut relativiser car cela reste quand même une production agricole minoritaire parmi d'autres chez nous".  Elle détaille : "dans les communes où il y a le plus de cultures de sapins, on n'est qu'à 10% d'occupation de la surface agricole. Et puis cela permet aussi de valoriser des terres qui sont assez pauvres, assez acides".

La piste à privilégier : le sapin belge naturel

Pour Virginie Hess, le plus intéressant à choisir, serait le sapin belge naturel"si vous optez pour un sapin naturel, prenez un sapin belge évidemment".

Elle précise : "il y a une charte que les producteurs ont mis en place, qui s'appelle la charte véritable. Cela vous garantit un sapin originaire des Ardennes, de qualité".

Mais parmi ceux-ci, ne surtout pas prendre un sapin avec de la neige floquée dessus. "Ce sont des sapins naturels sur lesquels on a posé une espèce de couverture de neige : soit on a un effet couverture de neige, soit ils sont carrément teints en blanc ou en rouge. Pour avoir ce résultat, on utilise de la colle, des fibres textiles". Ces produits sont toxiques et donc pas bons pour votre santé et pour l'environnement.

Une autre question qui survient lors de l'achat d'un sapin naturel concerne le pied de celui-ci, sur planche ou avec motte ? "Si vous avez l'intention de replanter votre sapin, privilégiez celui vendu en pot" assure Virginie. Mais dans ce cas, il faudra rapidement le replanter, car après des semaines de vie à l'intérieur, il perd de sa vigueur.

Enfin, une tendance qui existe déjà en France mais qui n'est vraisemblablement pas encore popularisée chez nous, c'est l'usage de la charte véritable ET éco-responsable.

La chroniqueuse explique : "les producteurs de sapin comme tout le monde commencent à être sensibles aux enjeux environnementaux et se dirigent ainsi vers des cultures plus raisonnées, plus durables. Ils essaient de tester les alternatives pour réduire les pesticides, ils remplacent les herbicides par des moutons, etc. Il y a plein de choses qui sont testées".

Trois trucs pour conserver son sapin naturel

Pour le sapin naturel, si vous ne les connaissez ou ne les appliquez pas encore, Virgine Hess livre trois conseils à suivre :

  • Ne pas l'acheter trop tôt. "La première quinzaine de décembre, c'est le moment de coupe idéal pour avoir un sapin de qualité. Si on le coupe avant cette date, le sapin sera fragilisé. Hors, le problème c'est que plein d'enseignes vendent le sapin fort tôt. Mais le producteur doit compenser en mettant des fixateurs pour que les aiguilles ne tombent pas trop vite donc on réutilise des produits chimiques" précise-t-elle. 
  • Éviter de le placer trop proche des radiateurs
  • Utiliser un réservoir d'eau. Il s'agit d'un contenant dont "on fixe le tronc du sapin dedans. On verse de l'eau tiède dedans si possible. Cela va permettre aux pores du bois de s'ouvrir et au sapin de perdre moins vite ses épines et de rester bien droit" assure-t-elle.

Enfin, n'oubliez pas que le sapin est un déchet vert qu'on peut valoriser. Il ne faut donc pas oublier de le mettre au parc à conteneurs !

Le second choix : le sapin artificiel

L'alternative, c'est le sapin artificiel pour la chroniqueuse. "Évitons dans la mesure du possible les sapins en plastique parce qu'ils sont réalisés en PVC, en aluminium : des matériaux dont la composition n'est pas bonne pour l'environnement. Ils sont souvent fabriqués en Chine donc ils viennent de loin" déplore-t-elle.

Malgré tout, il faut aussi nuancer ce choix, car garder un sapin synthétique pendant plusieurs années peut s'avérer bénéfique en terme d'impact environnemental. "Une des parades c'est peut-être de le garder le plus longtemps possible pour compenser l'impact environnemental de sa fabrication, de son déplacement, et du fait que ce n'est pas déchet qu'on peut valoriser. Gardez-le alors un maximum de temps, ne le changez pas tous les ans ou tous les deux ans" prévient Virginie Hess.

L'alternative idéale ? Le sapin do-it-yourself

Mais le choix qui pourrait contenter le plus de personnes à l'avenir, c'est le sapin do-it-yourself : "il y a mille possibilités ! On voit beaucoup de gens qui fabriquent eux-mêmes des sapins avec des palettes, avec des suspensions, avec des livres etc. Même au-delà du bricolage maison, il y a de plus en plus de commerces qui se mettent aussi à vendre ces sapins alternatifs" note-t-elle. Pour cela, Pinterest regorge de bonnes idées en tout genre d'après Virginie.

Bref, cette année plus que jamais, choisissez votre sapin de façon à être le moins impactant sur notre environnement, pour que ce conifère reste encore le roi des forêts !

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK