Le 6-8

Plus d'infos

Les bonnes manières, c'était mieux avant ?

La politesse, les bonnes manières, la galanterie, c’était mieux avant ? Ann Vandenplas nous fait voyager entre mœurs d’avant et bonnes manières d’aujourd’hui et surtout sur l’évolution de la perception de celles-ci à notre époque. Un revirement total ? Des perceptions nouvelles ? Des bonnes manières mais autrement ? Était-ce mieux avant ? Focus sur ce tableau de la galanterie, des politesses, du savoir vivre d’hier à aujourd’hui.

La galanterie

Est-ce que la galanterie est encore compatible avec l’égalité hommes-femmes aujourd’hui ?

L’autre jour, Ann échangeait avec une amie sur sa sensibilité à la galanterie masculine et cette dernière lui rétorqua : " Mais au fond, tu es un peu vieille France, toi ". Ne connaissant pas la pleine signification de ce terme à ce moment-là, Ann s’est alors précipitée pour voir la signification et de fait, c’était un peu péjoratif. " Ringard, démodée, vieille école, dépassée,… ".

Bref, ces formes de politesse que sont la galanterie et la courtoisie sont complètement dépassées pour certaines femmes. Par contre, pour Ann a, comme pour beaucoup de femmes ce paradoxe en elle. Elle nous confiera ceci : "J’apprécie ces gestes d’un autre temps comme le fait qu’un homme m’ouvre une portière, me laisse passer devant pour entrer quelque part, porte ma valise, m’offre des fleurs,…"

Mais est-ce que ce n’est pas étrange de continuer à attendre ce type de posture de la part d’un homme alors qu’on avance un peu plus chaque jour vers une égalité et une équité dans nos rapports avec la gent masculine ? Est-ce que la galanterie est une forme de sexisme bienveillant ? On peut s’interroger à ce propos aujourd’hui et il semble que bon nombre de gens soient divisés sur cette question de la galanterie.

Dans le micro-trottoir présenté et qui questionne des personnes, tous pays confondus, on les interroge sur la question suivante : Qui paye le restaurant lors d’un premier rendez-vous ?

A l’unanimité visiblement, cela semble établi, c’est l’homme !

Il est vrai que la galanterie est née à l’époque du roi Soleil dans un contexte d’inégalité entre hommes et femmes. Au XXe siècle, Simone de Beauvoir présente la galanterie française comme un système de domination des femmes, qui les empêche de s’exprimer et n’est plus qu’un modèle de séduction. Elle écrit dans Le Deuxième sexe :

" La femme est vouée à la galanterie du fait que ses salaires sont minimes tandis que le standard de vie que la société exige d’elle est très haut - il faut qu’elle plaise aux hommes pour réussir sa vie de femme. " (franceculture.fr)

Néanmoins, la frontière entre respect, politesse, séduction est mince. Tout dépend finalement du contexte. Ces gestes attentionnés ne doivent pas être forcément l’apanage des rapports hommes-femmes.

Lorsqu’il est tard et qu’un homme me raccompagne en voiture jusque devant ma porte pour s’assurer qu’il ne m’arrive rien, j’apprécie ce geste et je le trouve élégant. C’est une forme de bienveillance et finalement pourquoi en faire de la galanterie lorsque ce geste vient d’un homme ? Certaines formes de galanterie sont désuètes certes mais la bienveillance et l’élégance sont éternelles et font bien plaisir comme le souligne notre chroniqueuse.

Les codes de politesse ont-ils changé dans la société actuelle ?

Si la galanterie fait partie des bonnes manières, qu’en est-il de la politesse ?

Y a-t-il des codes désuets aujourd’hui ? Qu’enseigne-t-on encore à nos enfants sur les bonnes manières dans le cadre de l’éducation ?

Voici quelques exemples de règles de politesse qu’on laisse à votre appréciation dans ce premier temps, prêtez-vous au jeu.

Comment percevez-vous :

  • Les coudes sur la table ? Et de manière générale faire preuve de bonne manière à table
  • Retirer son couvre-chef quelque part ?
  • Répondre à une invitation
  • Etre ponctuel
  • Envoyer une carte de remerciement
  • Se lever pour accueillir quelqu’un
  • S’excuser sincèrement en personne

Pour Ann, cela rencontre positivement sa sensibilité aux bonnes manières. Pour elle, c’est du respect et des codes du bien vivre ensemble.

Je regrette que certaines choses se perdent.

Ann

Des règles qui sont de mise

Instructions pour Kagemni est considéré comme l’un des premiers ouvrages sur les bonnes manières. Ce texte pédagogique datant approximativement de 2000 avant J.-C. nous vient de l’Égypte ancienne. Il contient des recommandations à la nouvelle génération sur la façon de se comporter convenablement en société. Découvrez quelques extraits ICI (sympa-sympa.com)

- Dans les milieux plus aisés, beaucoup de règles sont encore de mise.

- Sur le site web " Letemps ", il y a un article intéressant sur l’une des dernières écoles romandes à enseigner le savoir-vivre. Peu d’Européens s’y forment et la maîtresse des lieux, Viviane Neri, semble avoir un avis tranché sur la question :

"Les ressortissants ouest européens s’imaginent supérieurs, mais ne le sont pas. L’autre jour, j’étais assise à côté d’une princesse assez connue et elle ne savait absolument pas se tenir. Elle est partie aux toilettes en laissant sa serviette ouverte sur la table. Les gens ne savent plus que ce faisant, ils imposent aux convives le spectacle des reliquats qui peuvent y être collés. Les règles les plus basiques sont ignorées."


De l’art des bonnes manières – Viviane Neri - Lire l’article complet – ICI


- A Bruxelles, il y a une école de savoir-vivre :" etiquetteacademy.be "

On peut y apprendre :

La politesse
● Les salutations
● Les présentations
● l’Art de la table
● l’Art de recevoir et d’être reçu
● Bien communiquer
● Confiance en soi
● Le maintien
● Apprendre à marcher avec distinction
● l’Élégance

De la galanterie à la politesse, Ann nous a offert ce petit voyage à travers les bonnes manières d’hier à aujourd’hui, histoire d’alimenter notre réflexion sur ce savoir-vivre, ensemble.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK