Le 6-8

Plus d'infos

Les agences de rencontres : tendance surprenante, mais bien actuelle en matière d’amour

Les agences de rencontres ont la cote. A l’approche de la Saint-Valentin, Valérie Kinzounza s’est penchée, dans Le 6-8, sur cette tendance en matière d’amour qui connaît, depuis la crise sanitaire, un regain d’intérêt.

Ces dernières années, de plus en plus de célibataires courent les rues. Depuis le confinement et la crise sanitaire, cette situation a d’autant plus été exacerbée et toucherait davantage les seniors et les femmes, qui se tournent aujourd’hui de plus en plus vers des agences de rencontres.

"C’est assez étonnant, parce que je pensais que c’était dépassé depuis l’arrivée des sites et des applications de rencontre, mais ce n’est pas le cas, la vraie agence physique existe toujours", constate Valérie Kinzounza.


►►► À lire aussi : Pour la Saint-Valentin, régalez votre moitié grâce aux bouquets gourmands signés "Boukeat"


Pour en savoir un peu plus sur le phénomène, notre chroniqueuse s’est tournée auprès de Marie de Duve, directrice de l’agence A2, fondée par Valérie Dax, il y a 50 ans, qui se trouve être la plus ancienne agence de rencontres en Europe ayant résisté à l’arrivée des sites et applications de rencontres.

2 images
© Getty Images

Les raisons du succès

On peut dès lors se demander pourquoi faire encore appel aujourd’hui à une agence matrimoniale à l’heure où les applications de rencontres n’ont jamais été aussi nombreuses.

La première explication est la contrainte du temps : "De plus en plus de gens aujourd’hui manquent de temps ou sont lassés des sites et applis de rencontres. Ils ne veulent plus perdre leur temps avec des rendez-vous qui ne mènent à rien", explique Valérie.

La véritable plus-value de ce type d’agence, c’est de "servir de filtre par rapport aux mauvaises rencontres", mais aussi l’accompagnement personnalisé et le carnet d’adresses important de personnes célibataires motivées et sérieuses dont ils disposent.

"Il faut savoir aussi qu’il n’y a pas de profil type. J’avais cette image un peu naïve qui voudrait que les personnes plus âgées se dirigent vers ce service, alors que ce n’est pas le cas, comme Marie de Duve a pu me l’expliquer".

Très pris par leur travail, les jeunes célibataires (30/45 ans) qui souhaitent s’engager au niveau personnel sont nombreux à faire appel à l’agence. Il en va de même pour les parents solos divorcés désirant construire une nouvelle famille avec leurs enfants, mais aussi les seniors actifs ne voulant par finir leur vie seuls et ayant du temps à consacrer aux loisirs.

2 images
© Getty Images

Des garanties ?

Combien de temps faut-il pour trouver l’amour ? Il n’y a de nouveau pas de règle en la matière : "Marie de Duve me disait que parfois en une semaine, c’était plié, et parfois ça peut prendre plus d’un an", pointe la chroniqueuse. La patience sera de mise afin d’avoir la bonne personne inscrite en même temps à l’agence.

Par ailleurs, Valérie rappelle qu’il n’y a pas d’obligation de résultat dans le contrat, mais "il y a quand même un taux de réussite de 80%, ce qui est pas mal", finit-elle par conclure.

Retrouvez les idées tendances et lifestyle de Valérie Kinzounza, et bien d’autres chroniques dans Le 6-8 en semaine sur la Une.

Ne manquez pas le documentaire Agences matrimoniales : le surprenant retour dans "Doc Shot" le jeudi 11 février à 22h15 sur La Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK