Le 6-8

Plus d'infos

Le pain : ami ou ennemi de notre équilibre alimentaire ?

Le pain, bon ou mauvais pour la santé ? C’est la question que l’on se posait cette semaine dans Le 6-8 sur Vivacité. Réponse avec la nutritionniste Chantal Van Der Brempt.

Base de notre alimentation selon certains experts, diabolisé par d’autres qui affirment qu’il est grand temps de revoir notre vision, faut-il bannir le pain de nos habitudes de consommation ?

On vous rassure tout de suite, la réponse est non selon la nutritionniste Chantal Van Der Brempt. Mais vous verrez que tout est une question de qualité et surtout de quantité.

Pourquoi le pain est-il mauvais pour la santé ?

  • Son indice glycémique

L’indice glycémique est la vitesse à laquelle le glucose présent dans nos aliments arrive dans le sang. Lorsque l’on mange un féculent comme le pain, le corps va le métaboliser en molécules de glucose qui vont être déversées dans le sang. C’est ce qu’on appelle la montée glycémique et les variations brutales sont à éviter, d’autant plus si vous souffrez de diabète, de maladie cardiovasculaire ou d’obésité.

De manière générale, l’indice glycémique d’un pain est assez élevé, et particulièrement avec des pains industriels type pain hamburger, sandwichs mous, pain toast et même baguette, fabriqués à base de farine raffinée, ce qui va favoriser ce type de variations à éviter.

Pour vous donner une idée, un quart de baguette blanche correspond à 12 morceaux de sucre raffiné.

  • Le gluten

Voilà un sujet qui fait couler beaucoup d’encre. Certains y sont intolérants, d’autres non et encore une fois tous les experts ne sont pas du même avis. Certains affirment que nous sommes tous intolérants au gluten et que cela se déclarera tôt ou tard, entraînant son lot de complications pour notre santé.

Le gluten est naturellement présent dans le pain à base de blé, d’épeautre et de seigle mais il est aussi isolé et incorporé dans bon nombre de produits industrialisés (sauces, charcuteries, snacks, plats préparés…). Une omniprésence qui favorise l’intolérance.

  • La monoculture de blé

Nous consommons principalement des pains fabriqués à base de farine de blé, mais aussi des biscuits, des pâtes à la farine de blé… Les autres farines ne sont plus assez présentes dans notre alimentation (sarrasin, épeautre, seigle), alors que la clé d’une alimentation équilibrée est de varier. Les pesticides sont aussi largement utilisés dans la culture de blé, dont le glyphosate.

  • La levure

Ayant un rôle important dans la préparation du pain, la levure est un champignon unicellulaire apte à provoquer la fermentation. Le hic ? Cet acide est déminéralisant, et pose question pour notre santé.

  • Changement de notre mode de vie

"On est foutu on mange trop" chantait Alain Souchon en 1978… et il n’avait pas tort ! Si à l’époque on pouvait brûler jusqu’à 4000 kcal par jour, aujourd’hui on se situe aux environs de 1700kcal pour une femme et 2200kcal pour un homme. Nous mangeons beaucoup plus de pain que nécessaire, affirme notre spécialiste.

Rassurez-vous, à partir de ce constat, il est possible de transformer notre pain "ennemi" en pain "ami".

Comment bien consommer le pain ?

  • Index glycémique versus charge glycémique

La charge glycémique (CG), contrairement à l’indice glycémique (IG), tient compte de la quantité qui est ingérée… et le bilan est moins lourd pour notre santé.

Par exemple, la purée de pommes de terre et le pain blanc ont tous deux un IG élevé. Si vous mangez une seule tranche de pain, son impact sur le sucre sanguin sera plus faible que si vous avalez une pleine assiette de purée.

Prenons aussi l’exemple d’une pastèque dont l’IG de 72 est très élevé, "mais qui mange une pastèque entière ?" s’interroge notre nutritionniste. Ramenée à une quantité 150g, la CG passe à 7,9.

  • Revenir à des farines plus traditionnelles et bio

Nous avons évolué vers des farines extrêmement fines et raffinées, le tout est de revenir à une bonne farine traditionnelle voire meulée à l’ancienne, conseille notre nutritionniste. Si vous faites votre pain vous-même, sachez que plus le nombre à côté du T est élevé, plus la farine sera complète, T150 étant la plus complète et la meilleure pour la santé car riche en vitamine B.

Pour ne pas passer par la case gluten, il existe tout un tas d’alternatives à la farine de blé : le sarrasin, le riz, châtaigne, pois chiche, en sont dépourvus. Les farines d’épeautre et seigle en contiennent moins.

  • Diminuer la quantité

Aujourd’hui le pain est plus un accompagnement que la base de notre alimentation. Il n’est donc pas question d’en manger matin, midi et soir… d’autant plus recouvert de choco ou de confiture : " C’est cumuler les sucres ! ". Privilégiez un bon jambon, de l’hummus.

  • Le levain remplace la levure

Meilleur pour la santé, remplacez la levure par du levain. Ce dernier est obtenu lentement et naturellement de la fermentation de l’eau mélangée à de la farine. Contrairement à la levure, le levain est minéralisant. Le goût du pain sera différent, plus suret, mais c’est une question d’habitude.

En conclusion

Le pain n’est pas à rayer de votre liste de courses à condition qu’il soit :

  • un accompagnement
  • biologique
  • fait de préférence avec une autre farine que celle de blé
  • au levain

Retrouvez plus de bons conseils et d'actu dans Le 6/8, tous les jours de la semaine de 6h à 8h sur La Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK