Le 6-8

Plus d'infos

Le lynx est de retour en Belgique ! Quelle place accorder à ces grands prédateurs dans notre nature ?

De nombreux prédateurs font leur retour dans notre nature et c’est une excellente nouvelle. Tout un écosystème en sera ainsi favorisé mais cela suppose bien évidemment quelques mises en place pour vivre en toute harmonie. Virginie Hess, notre dame nature nous parle de ces prédateurs qui sont réintroduits chez nous.

Le lynx est de retour en Belgique

Le lynx et le retour des grands prédateurs

C’est remarquable : le lynx a été observé il y a peu chez nous, dans la vallée de la semois. Grosse surprise générale ! Cela faisait bien longtemps que l’on n’avait pas pu entrevoir tel prédateur chez nous, c’est une très bonne chose pour la biodiversité.

Le lynx est le plus gros félin d’Europe : il peut mesurer jusqu’à 70 cm au garrot et fait maximum 130 cm de longueur de corps. On peut facilement le reconnaître avec ses oreilles pointues et ses favoris si particuliers.

Pourquoi avait-il déserté notre territoire ?

Il a disparu de nos terres en raison de la fragmentation de son habitat, on a déforesté, il s’est ainsi retrouvé sur des îlots de foret ! Impossible d’y survivre, son habitat ainsi morcelé et fragmenté, le lynx ayant besoin de grandes étendues, il ne pouvait plus y trouver refuge. Ses proies principales sont des chevreuils et là aussi, elles commençaient à manquer, leur effectif avait fortement diminué. La chasse est aussi en partie responsable de la disparition de ce prédateur en Belgique, ce sont toutes des causes qui expliquent l’extinction du lynx.

Comment se fait-il qu’il réapparaisse alors ?

On l’a réintroduit dans des pays proches de chez nous (en France et en Allemagne) et c’est pour ça qu’il arrive peu à peu chez nous. Le problème reste cependant préoccupant, notre nature reste un danger pour lui en raison des collisions routières, du braconnage, ce n’est pas gagné. Il faut donc préparer son retour.

Représente-t-il un danger pour l’homme ?

Le lynx se fond dans son univers, il est inoffensif pour l’homme. Il nous observe de loin mais ne nous attaque pas. C’est très compliqué d’en voir un d’ailleurs, c’est dur ressort de l’impossible. Donc promenez-vous paisiblement dans les bois, le lynx ne vous mangera pas !

Le défi : instaurer le dialogue avec les autorités mais aussi les usagers de la nature afin d’assurer une cohabitation harmonieuse avec l’homme.

Quelle place pour les grands prédateurs dans notre nature ?

Est-ce le retour des grands prédateurs chez nous en Wallonie ?

Oui, que ce soit l’ours, le loup, le lynx, le chacal, … Ces prédateurs font leur grand retour en Europe de l’ouest et c’est une bonne nouvelle car ils ont un rôle majeur dans la régulation des éco systèmes. C’est important pour la biodiversité.

Si vous retirez un maillon de la chaîne, c’est un désastre. C’est ce qui s’est produit avec les loups quand ils ont été éradiqués d’un parc animalier des Etats-Unis. Du coup, il y a eu une surpopulation des élans, la proie privilégiée des loups, qui ont à leur tour dévasté la végétation. Ce surnombre a déséquilibré l’éco système. La réintroduction du loup s’est imposée pour réharmoniser l’ensemble. Tout se tient.

Donc oui, les prédateurs ont un rôle dans notre nature, ils ont toute leur place chez nous. La question : comment les accueillir au mieux, comment cohabiter de façon harmonieuse ?

Le chacal doré réinvestit nos forêts aussi

Et oui, le chacal doré, originaire des balcans, fait son retour aussi chez nous. Il est un peu entre le renard et le loup : c’est un opportuniste, un charognard, il décarcasse, mange des petits mammifères aussi.

Comment expliquer le retour de tous ces prédateurs ?

Ces prédateurs sont de retour chez nous car ils ont bénéficié de plusieurs législations européennes mises en place fin des années 70 ou début 90. Les effets : la protection des animaux sauvages. Cela crée des polémiques évidemment et notamment pour la réintroduction des loups en raison des inconvénients et de l’impact sur les élevages ovins. Il faut bien évidemment mettre des choses en place, anticiper ce retour mais ils ont toute leur place chez nous, ils ont leur place dans la nature, tout autant que nous ! De quel droit d’ailleurs nous accorderions-nous la propriété du territoire ? Il faut faciliter cette cohabitation, mettre des mesures concrètes en place, … C’est un win/win.

Ces animaux ne sont pas un danger pour l’homme, il ne faut pas appréhender.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK