Le 6-8

Plus d'infos

Le jeûne, une médecine antique depuis Hippocrate mais pour qui et comment ?

Le jeûne, bon ou mauvais pour la santé ? Chantal Van der Brempt, chroniqueuse et nutritionniste, nous éclair sur le sujet dans "Le 6/8".

 Le jeûne, c’est une médecine antique depuis Hippocrate qui a déjà fait ses preuves en terme de mieux-être mais qui n’a pas encore suffisamment été étudiée par la médecine parce qu'elle a longtemps dénigré son impact sur la santé. Exception faite en Russie, en Allemagne et aux USA où il y a même des hôpitaux qui ont intégré le jeûne thérapeutique.  

Ce qui n’empêche que des milliers de gens le pratique que ce soit ici ou en France ou ailleurs en Europe. 

Intérêt grandissant du grand public pour le jeûne ?

Chantal Van der Brempt rappelle que c'est tout à fait exact et cela va de pair avec l’intérêt pour la nutrition en générale.

Bien, pas bien ? "Fabien Moine a tenté de faire la part des choses dans un merveilleux documentaire que je vous invite à regarder : Le jeûne, à la croisée des chemins."

En résumé, on le sent dans le document, jeûner n’est pas qu’une restriction calorique. C’est une autre vision sur la santé. C’est un moment de régénération pour le corps et l’esprit. "C’est un moment de rencontre… avec soi" ajoute encore notre nutritionniste.


►►► A lire aussi  Le jeûne séquentiel, la bonne idée pour se détoxifier ?


Tous sont marqués par leur expérience qui est différente pour chacun mais tous changent au minimum leur relation à la nourriture qui pour beaucoup est une façon d’anesthésier nos émotions.

Cela change la relation que l'on a avec la nourriture

Quel type de jeûne choisir ? 

Idéalement, il y a lieu de consulter un médecin ou un diététicien pour connaître le type de jeûne qui est le plus approprié car il faut être prudent.

Il est important de connaître son état de santé de base. Le jeûne semble améliorer voire guérir toutes sortes de problèmes de santé majoritairement d’ordre chronique. Son impact est large et très personnel.

"On ne peut prétendre que le jeûne guérit le cancer à ce stade même s’il y a des résultats prometteurs"

  1. Quelle intensité ? Sec/hydrique/intermittent/mono-diète
  2. Durée ? 1 jours, 5, 10, 1 mois ? "Il faut de toute manière un accompagnement."
  3. But ? prévention/minceur/prestation sportive/thérapeutique/relig.

Méthode : par palier si c’est un jeûne d’une semaine ou plus c'est à dire le la malbouffe, à la bonne nourriture santé, aux liquides à l’eau.

"Beaucoup ressentent un regain d’énergie déjà dans la descente alimentaire !"

Ne pas manger le matin, est une forme de jeûne

Est-ce pour tout le monde ? 

Certains groupes ne peuvent absolument pas jeûner, il s'agit :

  • des femmes enceintes ou allaitantes
  • des enfants et adolescents
  • des personnes âgées (risque d’arythmie cardiaque).
  • des personnes souffrant d'anorexie, l’hyperthyroïdie décompensée, l’épilepsie, la sclérose en plaques, l’insuffisance cérébrovasculaire ainsi que l’insuffisance hépatique ou rénale avancée.
Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK