Le 6-8

Plus d'infos

La tendance est à la rénovation : tour d'horizon des offres de crédits en vigueur

On le sait, le Belge a une brique dans le ventre.  Pour l'heure, il semblerait que la grande tendance soit à la rénovation. Faut-il en déduire un "effet confinement" ? Qu'en est-il des crédits de rénovation classique ou des crédits qui s'inscrivent dans la perspective d'économie d'énergie ? Partons pour un petit tour d'horizon des crédits à la rénovation avec notre Experte du secteur Economique : Caroline Sury.

Le Belge rénove

Il semblerait que le Belge rénove plus que d’habitude, Caroline a mené l'enquête pour nous :

"Cette tendance à la rénovation m’a été confirmée à l’unanimité par plusieurs grandes banques qui m’ont parlé de hausse très nette ou d’appétit grandissant des Belges pour la rénovation et l’amélioration de l’habitation grâce aux travaux économiseurs d’énergie."

Par exemple, chez Argenta, les prêts rénovation classique ont fait +24% et les prêts écologiques +37% depuis 2019.

Attention, il faut considérer aussi les prêts écologiques, les prêts verts, les prêts énergie, les prêts économiseurs d’énergie.

Si l'on ne considère que les quatre derniers mois (juillet-octobre), l'augmentation est encore plus importante : +62% & +87%.

Peut-on clairement y voir un "effet confinement"?

Toutes les banques ne s'accordent pas sur ce point, sur cet effet confinement.

Pour CBC, il est clair que cette période a permis à certains clients d’enfin se décider à réaliser des investissements importants, que ce soit pour une piscine ou d’autres types d’aménagement dans leur jardin ou un investissement en économie d’énergie. Mais il est toutefois difficile d’affirmer que cette hausse est uniquement liée au confinement".

Pour KBC, cela a tout à voir avec la ruée sur les panneaux solaires (85% des prêts verts conclus).

De fait, peu importe la Région où vous habitez, il est cependant plus intéressant d’investir en 2020 dans l’installation de PV plutôt qu’en 2021.

Pour BNPPF, le confinement reste l’un des principaux déclencheurs pour entreprendre des travaux de rénovation. Pour eux, les crédits à la rénovation sont soutenus par 3 éléments : le besoin d’utiliser l’épargne disponible, les taux bas et le fait que pendant plusieurs mois le quotidien des Belges s’est concentré sur leur logement, ce qui a été l’occasion de repérer les travaux de rénovation à effectuer.

Ils pensent que cette dynamique va se poursuivre afin de répondre aux exigences de plus en plus strictes en matière de performance énergétique des bâtiments (PEB). Et puis, les Belges sont à nouveau confinés !

La rénovation à quel prix ?

En général, quel est le montant moyen emprunté ? Et quels sont les taux ?

  • Lorsque le Belge contracte un prêt rénovation, celui-ci emprunte généralement une somme comprise entre 10.000 et 20.000 euros (d’après un coup de sonde effectué auprès des différentes banques citées ci-dessus)
  • Notez que pour un prêt rénovation ordinaire, les montants empruntés sont généralement plus élevés que pour un prêt rénovation verts. Chez Belfius par exemple, c’est 17.000 et 12.000€ en moyenne.
  • Point de vu taux : pour un prêt rénovation classique (par exemple pour un montant de 15.000€ sur une durée d’emprunt de 60 mois), le meilleur taux bancaire, c’est 2,29% (CPH Banque), soit 265€/mois et des intérêts globaux de 880€.
  • Pour un prêt rénovation énergie, c’’est 1,19% chez CPH Banque (1,19%) : 258€ et 455€.
  • Notez que cette banque permet d’emprunter pour un montant à partir de 1.250€ et jusqu’à 10.000€ à 1,09%.
  • Si vous devez emprunter l’équivalent de 6.000€ pour faire installer des PV, vous disposez au choix d’un délai de 18 à 42 mois. Dans le premier, la mensualité s’élève à 336€ euros (et les intérêts globaux à 52€). Dans le second cas, elle s’élève à 146€ (intérêts 117€).

Y’a-t-il des conditions ?

  • Pour obtenir les taux bas du prêt énergie, il y a néanmoins lieu de respecter certaines conditions (qui varient d’une banque à l’autre). Par exemple, chez Axa, Argenta ou KBC, au moins 50% de l’investissement doit être consacré à des dépenses écologiques (chez BNPPF c’est 75%) : isolation, pose d’un double vitrage, pompe à chaleur, audit énergétique,
  • À noter : le prêt rénovation vert de Belfius peut aussi être consacré à la protection contre l’incendie et les cambriolages : portes coupe-feu, échelles de secours, détecteurs de fumée, extincteurs automatiques, extincteurs avec additifs adaptés, systèmes d’alarme et de caméra, systèmes pour sécuriser les différents accès de l’habitation (fenêtres, portes, coupoles), etc.
  • Contrairement au taux hypothécaire, les taux des prêts rénovation ne sont jamais négociables. Tant les clients actuels que les clients potentiels d’une banque peuvent donc bénéficier du même taux. D’ailleurs, "il n’est pas nécessaire d’être client pour demander un prêt rénovation chez nous", selon Pieter Kussé de KBC. Petit plus: les crédits rénovation sont des prêts à tempérament, il n’y a donc pas de frais de dossier liés à la souscription du prêt.
  • Cela dit, avant de souscrire à un prêt bancaire, renseignez-vous sur les solutions régionales de financement (de 0 à 2%).
  • Enfin, pour ceux qui disposent déjà d’un emprunt hypothécaire, il existe aussi la solution de reprise d’encours. En pratique, votre banque vous prête à nouveau un montant que vous avez déjà remboursé. Par exemple, si vous avez déjà remboursé 35.000 euros de capital sur votre emprunt, vous pouvez demander une reprise d’encours de 20.000 euros. L’avantage de ce procédé est qu’il génère peu de frais, en général simplement des frais de dossiers autour de 400 euros, selon les banques. La reprise d’encours se fait aux conditions actuelles du marché, non aux conditions de l’emprunt initial.

Retrouvez tous les bons plans de Caro, sur sa page facebook - ICI

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK