Le 6-8

Plus d'infos

Il était une fois Molière… C'était il y a 350 ans !

Pourquoi parle-t-on de Molière en cette journée ?

14 octobre 1670 ! C’était il y a exactement 350 ans ! La création du Bourgeois gentilhomme, qui est une des pièces les plus célèbres de Molière. Alors pourquoi s’appelle-t-il Molière ? Tout qui a écouté les chansons de Chantal Goya sait que son nom était Jean-Baptiste Poquelin. (J.B.P.)Molière est un pseudonyme. Et pourquoi Molière ? Eh bien, il faudra se faire une raison : nous ne le saurons jamais ! Il a toujours refusé de répondre à cette question, même à ses meilleurs amis.

Il était une fois Molière

"Molière" est né en 1622 dans une rue célèbre de Paris, la rue Saint-Honoré, à l’angle de l’actuelle rue Sauval. Aucune des maisons où a vécu Molière n’a survécu. Ses deux grands-pères et son père étaient marchands de meubles et de tapis. Le père va racheter la charge de tapissier du roi. Ce qui l’intègre assez curieusement à l’équipe des valets de chambre. Trois mois par an, il doit être à Versailles tous les matins, assister à la cérémonie du lever du roi puis, avec d’autres, il fait le lit du roi. C’est considéré comme un privilège dont Molière, devenu célèbre, héritera en 1660. Jusqu’à la fin de sa vie, il fera ça aussi.

Y avait-il des comédiens dans sa famille ?

Pas du tout ! On ne sait pas grand-chose sur sa jeunesse. Il est possible qu’il ait fait des études de droit mais il n’a jamais été inscrit comme avocat. À 21 ans, il quitte la maison de son papa et s’installe dans le quartier du Marais, à Paris, où vit la famille Béjart. L’aînée des filles, Madeleine, a quatre ans de plus que lui. Elle est déjà maman mais ils tombent amoureux et vivent ensemble.

Avec son frère, une de ses sœurs, quelques copains et quelques copines, Madeleine fonde une troupe de théâtre, L’Illustre théâtre. Il n’est pas du tout impossible que ce soit par amour que Molière en soit venu à faire du théâtre. À l’époque, ils se produisent dans des salles où, en temps ordinaire, se pratique le sport le plus populaire de l’époque, le Jeu de Paume, une espèce d’ancêtre du tennis.

En 1644, ils doivent déménager. C’est Molière qui signe le bail, ce qui indiquerait qu’il est déjà le chef de la troupe. Il a 22 ans et c’est le temps où il prend le pseudo de Molière.

Il n’écrit pas encore. La troupe joue des pièces écrites pour elle par des auteurs parisiens. En 1645, c’est la faillite et Molière va faire de la prison en raison de dettes. Car oui, ça existait à l’époque. C’est son père va le tirer d’affaire.

L’AVENTURE AURAIT PU S’ARRÊTER LÀ…

Les comédiens de la troupe vont être engagés dans une autre, celle d’un certain Dufresne. C’est une troupe itinérante et, pendant treize ans, Molière et les autres vont se produire au soleil de la Provence. Ils jouent des pièces célèbres. Mais il faut croire que Molière a vu là-bas des troupes italiennes pratiquant la commedia dell’arte parce qu’il va se mettre à écrire des farces à l’italienne, qui sont des petites pièces comiques, présentées comme ce qu’on appellerait aujourd’hui des premières parties.

C’est à Lyon, en 1655, que la troupe de Dufresne jouera pour la première fois une vraie pièce de Molière : L’étourdi ou les contretemps. On est toujours dans l’ambiance Comedia dell’Arte. Molière a 33 ans. Il est mort à 51 ans. Cela signifie qu’il a écrit les 34 pièces, à peu près, de son répertoire, en 18 ans. Ce n’est pas loin de deux pièces par an. Ce qui est quand même assez impressionnant.

En 1658, pour préparer leur retour à Paris, ils s’installent pendant six mois à Rouen. Rouen, c’est la ville de Pierre Corneille, l’auteur du Cid. Il est, à l’époque, l’homme de théâtre le plus connu en France. Molière l’admire. Certains ont dit que Corneille était l’auteur véritable de quelques pièces de Molière. Mais ça, c’est un fantasme pour amateurs de versions alternatives de l’Histoire. Ce qui est certain c’est que, beaucoup plus tard, en 1671, ils écriront ensemble une pièce de cinq heures. Une tragédie. Ça s’appellera Psyché.

De retour à Paris

LE THEATRE, UNE HISTOIRE D’AMOUR ?

Ils vont revenir à Paris par la grande porte, en 1658. Molière a 36 ans. On parlera maintenant de la Troupe de Monsieur. Monsieur, c’est Philippe d’Orléans, le frère du roi. Il a 18 ans. Le 24 octobre, au Louvre, Molière joue pour la première fois devant Louis XIV qui, lui, n’a que 20 ans. Il ne joue pas du Molière, il joue du Corneille. Et cela va durer tant que Dufresne sera le patron de la troupe. En 1659, il prend sa retraite. Molière devient le boss. Pour le 16 novembre, il est prévu que la troupe donne Cinna de Corneille. Molière y ajoute, en première partie, une pièce qu’il vient d’écrire : Les précieuses ridicules. Il fait un triomphe. À ce point qu’on va doubler le prix des places.

Six mois plus tard, on se rue pour la nouvelle pièce, Sganarelle ou le cocu imaginaire. Ce n’est pas une des pièces les plus célèbres de Molière mais, de son vivant, c’est celle qui a été la plus jouée.

En 1660, la troupe se voit offrir le théâtre du Palais-Royal. Le Palais-Royal, aujourd’hui, abrite notamment la Comédie Française. C’est là que Molière a créé ses pièces les plus illustres : Le médecin malgré lui, L’Avare, Le bourgeois gentilhomme, Les femmes savantes et, bien sûr, Le malade imaginaire. Tartuffe a été créée lors de fêtes dans les jardins de Versailles. Depuis 1665, la troupe de Molière était devenue la Troupe du Roi. Molière était célébrissime et richissime. C’était un peu le Louis de Funès de son époque, sauf que son comique était plus dangereux. Ses pièces étaient insolentes et ça, ça plaisait beaucoup à Louis XIV, qui était encore très jeune, qui observait tout à sa cour, qui voyait ce que Molière dénonçait mais qui, en tant que roi, ne pouvait pas se permettre les mêmes impertinences.

Parmi les victimes de Molière, il y a eu l’Église dans Tartuffe. Le roi avait adoré mais, pouvoir absolu ou non, il devait faire avec la pression du clergé et il lui a fallu interdire la pièce pendant cinq ans. Alors, le roi trichait. Il faisait jouer la pièce pour lui, en secret.

MOLIÈRE SE MOQUAIT PAS MAL DES MÉDECINS

Un jour, à Versailles, Louis XIV s’est amusé comme un enfant quand il s’est retrouvé en présence de Molière et de son médecin traitant. Il a demandé à Molière : "Comment vous y prenez-vous avec votre médecin ?" Molière a répondu : "Nous raisonnons ensemble. Il m’ordonne des remèdes. Je ne les fais point. Et je guéris."

En réalité, Molière a été malade pendant neuf ans. Il a souffert d’une pneumonie et il en riait dans ses pièces. "Les poumons, vous dis-je !" Mais dans la vie, il suivait scrupuleusement les ordres des médecins qui, à l’époque, lui ont prescrit de ne plus boire que du lait. Il souffrait de violentes quintes de toux. Deux fois, on a cru qu’il allait mourir. Pour février 1673, il préparait une pièce, Le malade imaginaire, où la mort était un sujet traité en toile de fond. À la veille des premières représentations, il était très mal. On lui conseillait de postposer. Mais il faut savoir que plusieurs pièces de Molière, notamment celle-ci, avaient été conçues dans un esprit de spectacle total, avec des musiciens et des danseurs. Cela faisait beaucoup de monde sur scène. Il lui était difficile de les renvoyer. Il disait : "Il y a de l’honneur pour moi à jouer."

MORT SUR SCÈNE, VRAI OU FAUX ?

Contrairement à la légende, Molière n’est pas mort sur scène. Le 17 février, pendant la quatrième représentation, il a été pris de convulsions pendant la scène célèbre des Juro. Il a pu terminer la pièce mais il s’est évanoui dès que le rideau fut baissé. Des porteurs l’ont ramené chez lui. C’était à deux pas. Au 40, rue de Richelieu. Il est mort quelques heures plus tard. Et son fauteuil, dans Le malade imaginaire, se trouve aujourd’hui dans les salons de la Comédie-Française.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK