Le 6-8

Plus d'infos

Connaissez-vous ces stéréotypes entre Flamands sur leurs provinces ?

Steven Crombez, le chroniqueur néerlandophone du 6-8 vous propose un focus sur les différences culturelles entre les cinq provinces flamandes.

Les provinces wallonnes regorgent de différences et de stéréotypes - parfois loin d'être vrais - entre elles : les accents, les Brabançons riches et bobos, les Liégeois fêtards, les Namurois lents, le Hainaut rempli de charbonnages, le Luxembourg l'endroit peuplé de scouts et de néerlandophones.

Mais savez-vous ce qu'il en est en Flandre ? Au Nord de la frontière linguistique, on constate aussi beaucoup de diversité culturelle selon la province à divers niveaux.

Les 'Dikke Nekken' d'Anvers

Si on parle en général de 'la' Flandre, celle-ci est en réalité multiple selon Steven Crombez. Il suffit pour s'en rendre compte de jeter un œil sur ses cinq provinces. "La province d'Anvers est la plus importante, du moins pour ses habitants" s'amuse le chroniqueur. "S'il y avait un Anversois à ma place, il se limiterait à dire qu'il n'y a qu'une seule ville importante en Flandre, Anvers. Le reste du territoire flamand, c'est son parking".

L'Anversois est donc généralement quelqu'un de très fier de sa ville et de sa province, au point de parler d'Anvers comme LA ville.

Flandre Occidentale et Orientale

À l'Ouest se trouvent ensuite les Flandre Occidentale et Orientale. La Flandre Orientale correspond selon Steven aux "Ardennes flamandes" avec Gent "une très belle ville qui attire aussi beaucoup de jeunes de Ypres, Bruges et Courtrai". Son rayonnement est tel qu'en Flandre, on ironise parfois en arguant que Gent est le chef-lieu de la Flandre Occidentale alors que le chef-lieu réel est Bruges.

On comprend désormais l'engouement que suscite un 'clasico' des Flandres entre le FC Bruges et La Gantoise au Nord du pays.

La Flandre Occidentale justement est connue pour sa côte chez les francophones mais surtout en Flandre pour ses "dialectes incompréhensibles". En réalité, il n'y a pas qu'un seul dialecte ouest-flamand mais plusieurs dialectes ouest-flamands. "Ils se comprennent entre eux mais le reste de la Flandre a difficile à les comprendre" souligne Steven Crombez, à tel point que l'on sous-titre leur dialecte à diverses reprises en néerlandais. Le chroniqueur glisse à ce propos une anecdote savoureuse bien connue en Flandre : "On recourt au dialecte ouest-flamand comme dans un sketch légendaire où un acteur se fâche en faisant un appel de ne plus sous-titrer les ouest-flamands mais il le dit en ouest-flamand, de sorte qu'il soit sous-titré lui-même".

Les 'gentils' du Brabant Flamand et du Limbourg

Steven Crombez vient quant à lui du Brabant Flamand, "une province dont on ne peut pas dire beaucoup de choses étant donné que ce n'est qu'une demie-province (NDLR : la scission du Brabant entre Flandre et Wallonie remonte à 1995 et la quatrième réforme de l'État)".

Leuven en est le chef-lieu et "on dit en général que ces gens sont équilibrés et modérés" s'amuse le chroniqueur.

Pour le Limbourg enfin, on dit que "les gens sont très gentils et doux" assure Steven. Mais certaines provinces considèrent les Limbourgeois comme "des simples paysans, naïfs et plus lents". Ce stéréotype est dû à leur tendance à chanter en parlant. Par exemple, pour dire un chien, een hond, ils disent een hooooond et allongent les voyelles.

"C'est pour cette raison que l'on dit qu'un livre imprimé au Limbourg est beaucoup plus gros qu'un livre imprimé ailleurs" précise le chroniqueur.

Les clichés sont donc aussi bien existants tant entre Belges francophones que Belges néerlandophones, à l'exception peut-être que le dialecte est parfois une réelle barrière de la langue au Nord du pays. "Un Limbourgeois et un Ouest-flamand qui se rencontrent ont des difficultés à se comprendre" conclut Steven Crombez.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK