Le 6-8

Plus d'infos

Confinement : préservez les bonnes habitudes de vos animaux de compagnie

Les humains ont de plus en plus de mal à rester en place avec le confinement mais nos compagnons à quatre pattes aussi. Bénédicte Flament vous donne ses astuces de vétérinaire pour préserver leur bien-être.

Avec ce troisième confinement mis en place depuis le 27 mars, la population ne sait parfois plus où donner de la tête tant ses habitudes quotidiennes se retrouvent modifiées à chaque nouvelle instauration de mesures sanitaires. Nos animaux de compagnie aussi doivent s’habituer malgré eux, à ces nouvelles tendances de confinement qui changent à plusieurs reprises ces derniers mois.

Conservez le rituel des besoins vitaux de votre animal

Depuis mars 2020, il y a des périodes où toute la famille reste à la maison et puis d’autres où les enfants retournent sur les bancs de l’école et les parents reprennent le chemin de leur bureau. Les animaux perdent ainsi "un petit peu leurs repères" observe Bénédicte Flament.


►►► À lire aussi : Le chihuahua dans tous ses états : d’où vient cette race de chien extrêmement populaire chez nous ?


Détrompez-vous si vous pensez qu’entourer au quotidien votre animal de compagnie est totalement bénéfique pour lui qui craint pourtant la solitude : le changement d’habitudes peut en effet le perturber. "On va essayer de respecter au long de la journée un certain rituel et des habitudes que l’on a mises en place" propose dès lors la vétérinaire puisqu’il est surtout important de préserver les besoins essentiels de l’animal. Si le chat et le chien peuvent peut-être plus facilement s’adapter à la présence continue de leur maître, d’autres animaux de compagnie comme les rongeurs, en général des animaux nocturnes, pourraient souffrir des bruits occasionnés par les humains dans la maison ou des sollicitations incessantes des enfants.

3 images
© Oliver Rossi

Attention aux accidents

Autre embarras que peut causer une présence humaine accrue au domicile : l’augmentation du risque d’accidents. "Au plus le temps d’interactivité entre les enfants et les chiens et les chats est longue, au plus la probabilité d’avoir des accidents domestiques augmente aussi. C’est quelque chose qu’on a réellement observé" affirme la chroniqueuse et vétérinaire. Une fois encore, les parents doivent rester vigilants : on pense que l’animal est habitué aux enfants depuis le temps qu’il vit à côté d’eux et on baisse souvent la garde : c’est à cet instant "que les accidents arrivent parce qu’on n’est pas suffisamment attentif". L’animal conserve en effet ses instincts et peut dès lors réagir de façon inattendue.

Pour continuer à vivre en harmonie entre humains et animaux, Bénédicte Flament suggère aux parents de sensibiliser les enfants sur les besoins naturels de l’animal : par exemple, ils doivent pouvoir comprendre qu’il faut parfois laisser le chien tranquille s’il va dans son panier pour se reposer. Pour toutes ces raisons, l’idéal pour la vétérinaire, c’est donc de planifier sur le long terme les moments de solitude et les moments de jeux avec l’animal, lors desquels l’un des parents peut être plus attentif, ainsi que de préserver le rituel du repas.

Prudence avec les chats

Bénédicte Flament attire aussi notre regard sur les chats. Si ceux-ci doivent toujours autant profiter de l’extérieur, à l’inverse, il faut rester vigilant aux contacts qu’il pourrait avoir avec d’autres animaux ou humains potentiellement infectées par le covid-19. À son retour à votre domicile, le chat peut être un vecteur de la particule virale.

Ce n’est pas une raison valable pour l’enfermer chez vous, mais la vétérinaire recommande des mesures d’hygiène plus strictes : si vous le caressez, lavez-vous correctement les mains ensuite, et évitez également que votre chat vous lèche le visage.

3 images
© Sara Monika / Getty Images/Image Source

Ne pas oublier l’éducation du chien

Enfin, la vétérinaire propose des solutions pour compenser le manque de développement de vos chiots permis normalement par la fréquentation des clubs canins. Beaucoup ont de fait mis leur activité en pause à cause de la réduction de la bulle de contacts en extérieur.

Deux raisons poussent les maîtres à emmener leur chiot dans ces clubs : son éducation et sa sociabilisation avec d’autres congénères et propriétaires. Il s’avère donc important de "renforcer les enrichissements" liés à l’environnement de notre chiot. Sortez-le plus que d’habitude, exposez-le à diverses situations, faites-lui renifler diverses odeurs et rencontrer d’autres animaux. Enfin, prenez contact avec votre éducateur canin pour adapter les bases de l’éducation à votre domicile.

Dans tous les cas, ne faites pas l’impasse car les semaines qui passent sont des semaines perdues pour son éducation.

Retrouvez les conseils véto de Bénédicte Flament et bien d’autres chroniques tous les jours de la semaine dans Le 6-8 sur La Une.

 
3 images
© Justin Paget / Getty Images
Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK