Le 6-8

Plus d'infos

Comment sont fabriqués les confettis ? Retour en 1962 dans une entreprise spécialiste en la matière

Certes, les confettis ne joncheront pas les voiries comme ils en ont l’habitude à cette période de l’année. Mais comment sont fabriqués ces petits bouts de papier qui marquent assurément les festivités ?

Après s’être penché sur la tradition du chou frisé dans l’assiette pour le Mardis gras et les secrets de préparation de la fameuse salade russe du carnaval de Malmedy, place à la fabrication de confettis pour conclure cette semaine d’archives consacrées à notre folklore.

"La fabrique de confettis". En 1962, cette petite entreprise basée dans la ville de Theux en province liégeoise fabriquait par des tonnes de confettis par milliers, lancés à tout va lors des nombreux carnavals des environs.

Exit la perforatrice de l’amateur, place au brouhaha d’une machine conçue spécialement à leur fabrication.

La fabrique de confettis

"Nous recevons du papier en rouleau, nous les plaçons sur des échelles, et le papier passe sous un rouleau qui comprime le papier. Ils sont entraînés par un autre rouleau où les papiers sont perforés. […] Cela forme des cigarettes, des petits tubes qui tombent ensuite dans un mélangeur, qui les décolle entre eux et les envoie dans les cases, prêts à l’emballage", explique scrupuleusement le gérant de cette affaire "qui marche", dans l’archive en question.


►►► À lire aussi : Ambiance carnavalesque assurée avec ce morceau de Claude François… en wallon


De cette manière, 700 à 800 kg de confettis sont fabriqués chaque jour, affirme le gérant qui finira par souligner combien le papier, spécialement conçu pour les confettis, aura toute son importance en termes de qualité.

Dans l’entreprise, pas question d’envisager diverses formes de confettis. Il en va de la sécurité des carnavaliers : "Les confettis pointus risqueraient de blesser les gens, d’autant plus qu’il est nécessaire que les confettis aient un certain degré d’humidité, parce que s’ils sont trop secs, même étant ronds, ils arrivent à blesser les personnes qui les reçoivent à la figure", assure-t-elle en bonne professionnelle.

Il en va de même pour les couleurs : "Il est interdit de les mélanger parce que si les couleurs sont mélangées, on pourrait supposer qu’il s’agit de confettis qui ont été ramassés ou qui servent de réemploi", finit-elle par déclarer.

Des images à retrouver dans les archives audiovisuelles de la Sonuma sur Auvio, mais également dans la rubrique spécialement dédiée au carnaval et au folklore wallon.

1 images
© Getty Images

Pour plus d’archives, rendez-vous dans Le 6-8

Pour d’autres archives, suivez la séquence Sonuma avec Hugues Hamelynck dans Le 6-8 tous les jours de la semaine sur la Une à 7h50.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK