Le 6-8

Plus d'infos

Comment sécuriser au mieux les sorties de nos chats ?

Les sorties de nos amis félins ne sont pas toujours sans risques. Dans Le 6-8, Bénédicte Flament revient sur quelques solutions pour leur permettre des sorties en toute sécurité.

Nos chats aiment sortir… mais ces sorties ne sont pas forcément dénuées de risques pour eux. Sept propriétaires sur dix se posent d’ailleurs la question de la sécurité des sorties pour leur chat.

A l’évidence, le chat est un animal actif qui aura tout de même besoin pour son équilibre d’une activité extérieure allant de 4 à 5 heures d’exploration de son domaine de vie, de chasse et de promenade.

Les différents risques encourus

"Le premier risque concerne les accidents de circulation. C’est grosso modo 50% des causes de mortalité chez les chats de plus de 5 ans quand ils sont en extérieur", analyse la vétérinaire.


►►► À lire aussi : Votre chien ou chat souffre de douleurs articulaires ? Testez la rééducation fonctionnelle !


Le risque est d’autant plus accru la nuit. Or, les périodes favorites de sorties du chat sont le crépuscule et l’aube. A cela s’ajoute le risque de conflit avec des congénères, et par conséquent la transmission éventuelle de maladies comme la leucose. Mais aussi, le risque d’être attaqué par les chiens "chasseurs de chats", ou encore de possibles intoxications.

Les sorties sont-elles dès lors réellement indispensables pour le bien-être du chat ?

Nous aurions tendance à répondre de manière affirmative même s’il est vrai et reconnu que des chats éduqués dès le plus jeune âge en intérieur peuvent se satisfaire de l’absence de sortie… si et seulement si leur environnement intérieur est enrichi, souligne la chroniqueuse.

Les impératifs pour un chat qui sort régulièrement

Une étude réalisée en France a pu déterminer qu’un chat peut s’éloigner jusqu’à 500m de son lieu d’habitation et peut parcourir jusqu’à 12km par jour lors de ses sorties. Les chats non castrés sont également plus sensibles au besoin de sortie, tout comme les jeunes chats.

"La première des précautions est de faire identifier son chat, grâce à une puce électronique ou tout du moins un collier avec médaille", assure Bénédicte Flament. "On va aussi stériliser l’animal. Cela permettra de diminuer les tendances de bagarres et donc la transmission de maladies. C’est d’ailleurs devenu obligatoire pour tous les particuliers qui auraient une portée de chatons et qui voudraient les céder à une tierce personne", ajoute-t-elle.


►►► À lire aussi : Nourriture pour animaux : les Belges ont dépensé sans compter en 2020


La vaccination, la mise en place de rituels pour rappeler le chat à la maison et le collier réfléchissant pour la nuit complètent la liste des précautions.

Les astuces pour l’accompagner dans ses sorties

"La fenêtre oscillo-battante, c’est le premier danger pour le chat et c’est vrai qu’on n’y pense pas souvent. Il peut rester coincé et ça peut lui être fatal", alerte la chroniqueuse.

La solution ? L’accessoire "grille pour fenêtre oscillo-battante" qui empêchera donc votre chat de se faufiler par la fenêtre.

Dans un jardin, il est envisageable de placer des clôtures recourbées. Celles-ci permettront de sécuriser un espace extérieur dans lequel pourra s’aventurer votre chat avec moins de risques.

Enfin, la laisse pour chats est également une possibilité, selon Bénédicte Flament : "Cela lui permettra d’élargir son domaine tout en gardant un œil sur lui afin de maîtriser ses déplacements".

Une alternative qui ne s’improvise toutefois pas du jour au lendemain : "Il faut pouvoir l’habituer au collier déjà à l’intérieur. Il faut donc y aller doucement. S’il montre des signes d’angoisse, il ne faut pas insister", finit-elle par conclure.

2 images
© Getty Images / Amaia Castells

Retrouvez les conseils véto de Bénédicte Flament et bien d’autres chroniques tous les jours de la semaine dans Le 6-8 sur La Une.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK