Le 6-8

Plus d'infos

Comment éviter les arnaques sur le web, vicieuses et de plus en plus nombreuses

Les arnaques en ligne ont explosé en 2020. Vicieuses, elles peuvent avoir des conséquences dommageables. Dans Le 6-8, la juriste Yasmine Lamisse met en garde et livre quelques conseils afin de les éviter au mieux.

Elles pullulent sur le web, semblent parfois évidentes, pourtant, depuis la crise du coronavirus, les arnaques en ligne sont de plus en plus nombreuses. En 2020, plus de 3 millions de messages ont été envoyés à Safe On Web, le centre pour la Cybersécurité en Belgique. "On s’est rendu compte qu’il y a eu deux fois plus d’arnaques et de messages suspicieux qui ont été envoyés par rapport à 2019", rapporte Yasmine Lamisse.

"Phishing", mules ou encore "brouteurs"

La technique la plus répandue est communément appelée "phishing", "hameçonnage" en français. Elle consiste à extraire vos données personnelles comme des mots de passe, votre numéro de carte, etc. de crédit en se faisant passer pour un tiers de confiance, comme une banque ou une administration.

"On parle aussi de mules financières ou de "brouteurs" de rencontres et amitiés. Il y a parfois des petits malins qui arrivent à gagner votre confiance sur des sites de rencontre ou sur les réseaux sociaux, par exemple", explique la chroniqueuse.


►►► À lire aussi : Les bons plans pour économiser au mieux sur l’énergie et les télécoms


Une fois acquise, les fraudeurs vont commencer à dire qu’ils ont des problèmes, qu’ils doivent venir en Belgique et qu’ils ont besoin d’argent, par exemple. "On se dit que ça ne peut pas arriver, mais c’est bien le cas. Ils peuvent même aller jusqu’à vous faire chanter à un moment donné", avertit-elle.

Quand c’est trop beau pour être vrai, c’est que ça ne l’est pas

Les jeunes et seniors pour cible

Circulant en masse sur les réseaux sociaux, les fraudeurs s’attaquent de plus en plus aux jeunes. "Sur Instagram notamment, on retrouve beaucoup de 'pornbots'. Ce sont de faux profils qui vous suivent, qui vous envoient des messages ou des commentaires un peu bizarres. Ils vous demandent de les suivre, d’aller cliquer sur des liens, etc. Et là, c’est parti ", continue Yasmine.

Malheureusement, les seniors sont aussi concernés, parce qu’on assiste notamment au grand retour de emails, habilement mis en page pour vous faire croire à des "offres caritatives", des "on a besoin de vous", ou encore vous annoncer que "vous avez gagné 5 millions d’euros".

Comment éviter ce genre d’arnaques

Sur Cybersimple, une initiative de Google et Test-Achats, il est possible de se tester. Confronté dans une simulation à une série de mails, vous serez amené à discerner les arnaques et mails frauduleux afin de vous protéger au mieux sur le web.

Mais quoiqu’il en soit, "quand vous ne connaissez pas et que vous recevez un mail suspect, ne cliquez pas sur le lien, ne répondez pas et n’ouvrez pas l’éventuelle pièce jointe", avance la chroniqueuse. Vérifiez en premier lieu l’adresse qui vous envoie le mail. Parfois, une simple différence d’orthographe, vous permettra de mettre le doigt rapidement sur l’arnaque. "Si vous hésitez, vous pouvez renvoyer cet email suspicieux à suspect@safeonweb.be. Vous serez guidé sur ce qu’il faut faire et s’il s’agit d’une arnaque ou non", conseille Yasmine.

Posez-vous la question si vous connaissez l’ami en ligne qui vient jouer avec vos émotions. Renseignez-vous toujours sur votre interlocuteur en vous rendant sur son profil afin de vérifier son authenticité.

C’est tout bête, mais essayez d’avoir un esprit critique. Dans ce cas, la méfiance est utile et bienvenue.


Enfin, n’envoyez jamais d’argent ou ne donnez jamais vos données bancaires à quelqu’un que vous ne connaissez pas. Si vous achetez sur une boutique en ligne, vérifiez les dates et les évaluations des autres acheteurs.

1 images
© Getty Images

Safer Internet Day

Le 9 février prochain, ce sera le Safer Internet Day. Il s’agit d’une célébration annuelle dans 170 pays du monde, visant à mettre en garde à être plus prudents sur internet et faire davantage attention aux arnaques.

"C’est un événement pour sensibiliser les jeunes principalement, mais aussi pour ne pas que diaboliser le net. C’est aussi pour dire qu’on peut être ludique ou créatif. Positiver et passer des messages sur un internet où l’on peut être curieux tout en étant responsable", conclut la juriste.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK