Le 6-8

Plus d'infos

Benjamin Biolay bien parti pour remporter le "Grand Prix", Madame Monsieur sort un double album

Bruno Tummers a analysé les sorties de l'album Grand Prix de Benjamin Biolay ainsi que Tandem de Madame Monsieur dans Le 6-8 ce 26 juin.

Les sorties de la semaine sont françaises et concernent des artistes qui se révèlent au grand public plutôt tardivement. Benjamin Biolay est de retour avec un neuvième album intitulé Grand Prix et Madame Monsieur, qui a représenté la France à l'Eurovision il y a deux ans sort un double album avec de nombreuses collaborations.

Un premier single à succès auprès du grand public

"Benjamin Biolay a déjà sorti huit albums sans avoir un vrai tube radio populaire. Il n'est pas trop client de ces tubes radios, c'est davantage un vendeur d'albums" précise Bruno Tummers.

Il revient pourtant avec une chanson qui s'annonce déjà comme un tube cet été : Comment est ta peine ?

"C'est très radiophonique avec des guitares et il y a des nappes de cordes sous les guitares car Benjamin Biolay aime beaucoup écrire pour les cordes" analyse le chroniqueur.

Le clip, sorti fin avril, comptabilise déjà 1,6 millions de vues YouTube. Le chanteur commente cet engouement autour d'une chanson au rythme très entraînant mais aux paroles mélancoliques : "Je ne m'attendais pas du tout à ce que Comment est ta peine ? touche à ce point le public puisque je n'ai jamais le bon recul sur les chansons qui seront extraites comme singles de l'album. Au-delà de la surprise, j'ai été très touché de cet accueil extraordinaire".

Bruno Tummers constate aussi que l'album Grand Prix fait référence à l'imagerie automobile, notamment dans les titres des différentes plages de celui-ci avec Comme une voiture volée, Ma route, La roue tourne. Benjamin Biolay se confie sur le choix de cette thématique : "Le point de départ de l'album n'est pas quelque chose de très joyeux. C'était le décès d'un pilote français que j'aimais beaucoup, Jules Bianchi, qui a eu un accident mortel à Suzuka (NDLR : le Grand Prix du Japon) et qui est resté longtemps dans le coma. Je voulais lui rendre hommage ainsi qu'à tous ces pilotes que j'adore qui ont eu un destin parfois heureux, parfois très malheureux". Il justifie :

La course automobile c'est comme l'amour, cela peut aller très vite, cela peut brûler, on peut avoir une sortie de route. C'est une métaphore que tout le monde peut sentir.

 

Un album déjà salué par la critique

Bruno Tummers constate un nouveau grand travail, tant musical qu'esthétique de la part de Benjamin Biolay sur cet album sorti ce 26 juin : "Chaque chanson est illustrée par différents dessinateurs et vous avez cette pochette où il est assis sur une voiture au cœur d'un grand circuit", semblable à certains films de course comme Le Mans ou Le Mans 66.

Les coloris de la pochette proposent d'ailleurs une ambiance sortie des décennies précédentes. "J'avais une imagerie plus globale, celle des années 50-60 qui est un peu le début de la société de l'entertainement où on pouvait voir même un des Beatles sur le podium à Monaco, tout était un peu mélangé et c'est une période qui me plait" déclare-t-il.

Tous ces éléments semblent assurer "un grand succès niveau des ventes" prévoit Bruno. "Il a des critiques dithyrambiques sur cet album et le public commence quand même à s'élargir" assure-t-il.

Le chroniqueur s'enflamme aussi pour la sortie de cet album : "Il propose à la fois quelque chose d'accessible et chic, ce qui est le plus compliqué à faire. Alain Souchon a réussi cela et Françoise Hardy aussi. Il y a vraiment une fièvre dans cet album et on est sur un son pop-rock. Il a travaillé d'ailleurs avec Pierre Jaconelli, l'un des principaux compositeurs et guitariste de Pascal Obispo. On retrouve un son davantage radiophonique et musicalement on est dix crans au-dessus de la production actuelle. C'est un album de musicien comme celui de Thomas Dutronc".

Un double album avec plusieurs collaborations

Eux aussi sortent un nouveau disque ce 26 juin et pourraient enfin connaître le succès populaire comme Biolay : Emilie et Jean-Karl se cachent derrière Madame Monsieur. "En couple à la vie comme à la scène, ils ont écrit entre autres pour Bilal Hassani, pour Slimane" dévoile Bruno Tummers. Emilie était la voix de badaboom, la chanson d'Hooverphonic"

Le duo est de retour avec un double album, Tandem, qui comprend de nombreuses collaborations avec notamment Black M, Soprano, Claudio Capéo, Amir, Christophe Willem, Boulevard des Airs ou encore Jérémy Frérot présent sur le single Comme un voleur.

Emilie Satt commente le message de cette chanson : "Elle raconte notre façon de faire des chansons, le fait qu'on se positionne un peu en observateurs du monde pour essayer de décrire les petites histoires dans la grande. Ce qui nous émeut c'est de voler des instants de vie. Cela peut partir d'une petite phrase, n'importe quoi, il suffit que cela nous touche et ce qui nous touche c'est ce qui fait de nous des humains".

De l'ombre à la lumière

La notoriété est arrivée tard pour ce duo. Ils ont d'abord percé sur des collaborations avec des rappeurs au début de leur carrière comme Youssoupha ou La Fouine avant de s'envoler à leur tour.

"Je pense que cela permet de savourer et d'apprécier d'autant plus et que les chansons qu'on fait aujourd'hui ne seraient pas les mêmes si on avait tout de suite été dans la lumière" commente la chanteuse.

Jean-Karl ajoute : "Cela donne de l'humilité aussi. Il faut relativiser ses succès comme ses échecs. C'est important. on sait que tout peut s'arrêter très vite, et galérer c'est très relatif aussi. C'est un métier fait de beaucoup d'échecs et de quelques succès. C'est ce qui est beau dans ce métier".

Sur les pas moins de... 25 titres présents, Madame Monsieur abordent la notoriété, le fait de profiter de la vie, la rumeur, la drague lourde en rue etc.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK