Le 6-8

Plus d'infos

70 ans de Jean-Jacques Goldman : découvrez ce qui lui inspira "Quand la musique est bonne"

La RTBF célèbre les 70 ans de Jean-Jacques Goldman. Bruno Tummers s’intéresse à cette occasion aux premiers succès de l’auteur-compositeur-interprète dans Le 6-8.

70 ans cela se fête ! Jean-Jacques Goldman entre dans une nouvelle décennie de sa vie ce 11 octobre. La RTBF ne rate pas un tel événement en proposant la Story Goldman, un documentaire exclusif sur le Français aux 30 millions d’albums vendus.

L’interprète d'Envole moi célèbre aussi en 2021 ses 40 ans de carrière en solo puisque sortait Il suffira d’un signe en 1981. Bruno Tummers revient dès lors sur les premiers tubes qui ont façonné cette immense carrière.

L’explosion de sa carrière

Le premier album, sans titre, paraît en 1981. Il ne s’écoule pas à un grand nombre d’exemplaires mais est fortement diffusé en radio.

Un peu plus tôt, il rencontre Michael Jones qui le remplace pour la tournée de son groupe Taï Phong. Jean-Jacques Goldman ne compte en effet pas écumer les scènes car il a déjà une famille et souhaite rester à ses côtés.

Les hommes se lient d’amitié et le guitariste gallois suit Goldman dès le départ en tournée. Ils se produisent notamment dans des petites salles avant de remplir Forest National.

Avant Taï Phong, il a été influencé par la musique anglo-saxonne et a aussi joué dans des bals avec des groupes amateurs durant sa jeunesse. Cette période lui a inspiré Quand la musique est bonne, avec notamment la référence aux paroles 'J’ai trop saigné sur les Gibson / J’ai trop rôdé dans les Tobacco Road', cette dernière appellation étant dérivée d’un titre du musicien John D. Loudermilk. "(Je cherche) Le fait que cela fasse danser les gens, que cela leur plaise au départ. Si ensuite ils peuvent réfléchir sur ce qu’il y a sur les textes, ce n’est pas plus mal, mais le plus important reste l’immédiat de la chanson, la musique" expliquait-il à l’époque sur les plateaux de la RTBF.

1 images
Michael Jones et Jean-Jacques Goldman qui ne quitte pas sa Gibson SG lors d’un concert des Enfoirés en octobre 1989 © Eric Catarina/Gamma-Rapho via Getty Image

Un artiste populaire mais un homme discret

Ce méga tube figure sur son deuxième album paru en 1982. Cette fois-ci les ventes explosent, sa carrière est définitivement lancée et sa popularité ne cessera de s’accroître.

Cette notoriété artistique fulgurante contraste avec la simplicité et la grande discrétion de Jean-Jacques Goldman sur sa vie privée.


►►► À lire aussi : Michel Sardou : une comédie musicale basée sur ses tubes, un pari risqué ?


Il révélait ainsi dans Cœur et Pique à Philippe Luthers : "Ce que je donne et ce que je sais faire de mieux ce sont les chansons et je ne pense pas que parce que je chante des choses, on doive en plus avoir des droits sur ma vie à moi".

La Story de Goldman, c'est ce samedi 9 octobre dès 20h50 sur La Une, présentée par Bruno Tummers et Joëlle Scoriels.

Retrouvez l’actualité musicale avec Bruno Tummers, et bien d’autres chroniques dans Le 6-8 en semaine sur La Une et sur Auvio.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK