La vie du bon côté

Du lundi au vendredi de 13:00 à 15:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Que dois-je faire avec mon conjoint psychorigide ?

lvdbc
lvdbc - © Tous droits réservés

Comment garder espoir de l’en sortir et peut-être de sauver mon couple ? Le psychorigide fait preuve d’obstination, d’autorité, de perfectionnisme. Ces personnalités ont un mode de fonctionnement spécifique. Sous leur assurance affichée se cache une grande fragilité. En connaissez-vous ? Est-ce que communiquer avec un psychorigide, relève du parcours du combattant ? Etes-vous souvent aux prises avec quelqu’un qui veut tout contrôler ?...

Philippe Bétourné, catalyseur de changement nous délivre les clefs pour une vie du bon côté.

Un psychorigide désigne tout un chacun dès qu'il fait preuve d'obstination, d'autorité, de perfectionnisme, d'ordre excessif, de besoin de tout contrôler à outrance, de tout calculer... Le psychorigide souffre d'un manque de souplesse et d'ouverture à l'autre, c'est plus fort que lui. L'humour n'est pas sa meilleure amie. Il est "inapte à l'imprévu" ! Il n'est pas de nuances, tout est noir ou blanc.  Il est cependant aimant mais... destructeur ! On attire pas un avantage pour soi... La peur et l'angoisse sont les sous racines nocives de cette attitude.

Les symptômes...

Avant les symptômes il faut observer le caractère "répétitif" du contrôlant - du psychorigide. Incapacité à déléguer, il prend position sur tout, il planifie pour l'autre y compris, ... Il ne montre pas ses sentiments, il est autoritaire au quotidien, la peur - les angoisses est le réel terreau nocif du psychorigide et qui font germer son attitude rigide.

Le manipulateur quant à lui veut attirer toute chose à son avantage, il impose ses vues, ... En plus il est souvent "gentil", il sait y faire ! 

Réapprendre l'empathie, la reconnaissance, réapprendre à s'exprimer en bienveillance et à accueillir l'autre, son point de vue est une clef vers une vie du meilleur côté !

Souvent le psychorigide consulte quand il prend conscience - à force des dégâts - de ce qu'il est entrain de perdre ! : ses relations, ses amours, sa famille, ce qu'il a bâtit ...  Derrière ça le psychorigide est une personne aimante mais inconsciemment destructrice ! Il est souvent un masque mis depuis l'enfance. La rigidité dirige la vie, il n'est pas de possible pour l'imprévu, pour la souplesse, pour l'harmonie, le mouvance, ... tout est déterminé, figé, calculé, ... 

On ne répare jamais ce qui a été détruit ! 

L'addition est lourde. On se détruit son propre bonheur, on se recroqueville du coup sur soi et en vouloir au monde entier mais mais le psychorigide se remet à l'ouvrage, il avance coûte que coûte. Il creuse des galeries dans lesquelles il tombe de temps en temps ! La résistance au corps par l'esprit peut conduire à des pathologies graves. 

Eviter  l’irréparable ...

Mieux vaut venir trop tôt que trop tard !!!...

La communication doit être ré-ouverte, aller dans les deux sens en toute ouverture. Élargir son champ de vision et apprendre à accueillir positivement la différence d'idée, d'opinion, de façon de faire. Car le psychorigide ne sait pas fonctionner autrement que dans sa rigidité, sa fermeture, sa rigueur ! Mais ça se travaille avec l'hypnose, la thérapie conversationnelle, ... Tant qu'il est encore temps !  Parce que le psychorigide est aimant et en ça réside la précieuse clef réussite qui peut enclencher le processus qui vise à vivre mieux du bon côté !

VIVRE AVANT QU IL NE SOIT TROP TARD !

Les commentaires des auditeurs en image...

Virginie évoque son mari qui est psychorigide. Tout est calculé, tout doit être parfait, ... C'est d'une rigidité insupportable. Même les vacances ne sont plus des vacances ! 

Jean-Marie... était psychorigide ou l'est peut-être encore un peu ! Se dire "je ne suis pas dans la norme est un peu effrayant". Travail le lâcher-prise... C'est dur mais ça en vaut la peine pour soi, pour l'entourage. 

Valérie est elle-même et son mari psychorigide. Ils ont décidé de franchir le pas, d'aller consulter pour inviter l'harmonie en leur vie ... du bon côté ! 

Isabelle est la fille d'un psychorigide : "j'en ai bavé" - c'est surtout l'orgueil qui est à l'origine du problème. C'est une névrose familiale !