La vie du bon côté

Plus d'infos

Pourquoi nos enfants mentent-ils?

Pourquoi nos enfants mentent-ils ?
Pourquoi nos enfants mentent-ils ? - © Tous droits réservés

Le tout petit n’a pas la notion du mensonge, ce qu’il pense existe ! Petit à petit, il découvre le pouvoir de son imagination. Il fabule. Ensuite, l’enfant commence à percevoir la différence entre imaginaire et réalité. Il ment pour faire porter la faute à un autre, pour ne pas décevoir, pour se mettre en avant… Comment réagissez-vous face aux mensonges des enfants ? Nous attendons vos témoignages avec Nathalie Vancraeynest, coach scolaire et parental.

Tous les enfants mentent-ils ? La réponse est OUI... Il y a toujours un petit mensonge qui arrive quelque part ! Les parents "râlent" et c'est pas la bonne solution. Il est des petites choses à faire pour ne pas être heurté du fait et pour ne pas monter dans les tours. 

Derrière le mensonge qu'est-ce que l'enfant a à nous dire ? 

Mentir ou "omettre de ne pas dire la vérité" pour ne pas blesser doit être expliqué.

Avant trois enfants l'enfant n'a pas la notion du mensonge, du vrai, du faux, ... il est dans son petit monde magique

A quatre ans il découvre le pouvoir de son imagination, le pouvoir des mots, l'enfant croit ce qu'il dit. 

A partir de 7 ans l'enfant distingue le faux du vrai, le réel de l'imaginaire... 

Derrière le mensonge il est toujours une vérité qui dérange. Une souffrance ? La peur de décevoir ?, par jalousie, ... On préfère parfois mentir pour protéger l'estime de soi. Je me sens dans la honte, la dévalorisation donc j'ai besoin de cela pour rester à flot ! 

Le cadet met souvent l’aîné en faute par jalousie : "c'est pas moi c'est lui" ! Un mensonge peut conforter une situation aussi. Après 8 ans des enfants inventent des choses pour se valoriser. Ils inventent des parents avec des métiers plus valorisants à leurs yeux, ils inventent des voyages imaginaires parce que ça le fait !

Mentir pour ne pas décevoir, pour faire porter la faute à un autre, mentir pour se mettre en avant, pour fabuler, pour s'inventer une vie qui n'est pas la sienne et fuit ainsi le quotidien...

La punition ne sert à rien derrière le mensonge. On ne fait que renforcer le mécanisme. L'enfant trouvera un mensonge plus probant par la suite pour être davantage "crédible" !  Travailler dans la bienveillance avec l'enfant permet de désamorcer. Avoir une attitude très ouverte est essentielle par rapport au mensonge et éviter à tout prix de mettre une étiquette. "Tu es un menteur" ... l'enfant va d'office se conformer à cette étiquette conférée par le parent de surcroît ! La punition nous fait du bien à nous mais ne permet pas de rétablir la confiance avec l'enfant ! Privilégier la bienveillance, l'ouverture, le dialogue. 

Il est des mensonges utiles...

On a tous un jardin secret qui doit se mettre en place pour la création de l'identité de l'enfant. Il y a un petit dialogue interne qui n'appartient qu'à eux à toute fin utile ! Au plus on est intrusif avec l'enfant au moins il souhaitera en parler. 

La confiance entre parents et enfants est basée sur la vérité. A nous de leur montrer l'exemple, de faire la part entre l'acceptable... ou pas !

A partir de quand faut-il s'inquiéter ? Si le mensonge protège le parent qui s'adonne à la drogue, si le mensonge est en raison de redorer l'image du parent. Ou encore dans le cadre scolaire, l'enfant ment pour protéger ses parents qui vivent une situation difficile. L'enfant a une charge lourde sur les épaules. Aussi dans les cas d'aliénation parentale, ... 

Le mensonge ça soulage de s'en libérer, de le dire car ils sont souvent chargés de honte, de culpabilité, ... Valoriser chaque instant de vérité est important ainsi que tout acte réparateur. Etre très encourageant à cet égard. 

Les aînés sont prompts à prendre la faute des cadets sur leurs épaules. Ne pas se tromper de cible Ne punissons pas ça ne fait pas avancer la situation. Cadrer, la réparation de la bêtise oui. 

Et oui, la confiance commence par la vérité. Mais derrière chaque mensonge il est quelque chose d'important ! 

Les commentaires des auditeurs en image...

Yannick a un fils de 19 ans qui est toujours dans le mensonge. Peut-être pour couvrir des peurs ? Le mensonge protège l'estime de soi.

Arthur a 7 ans il explique que parfois c'est pas bien et parfois c'est bien de mentir pour pas avoir la honte devant les copains. Un témoignage vraiment du bon côté !

Nadia valorise la confiance auprès de ses enfants au point où ils ont aller à la confidence sans peur aucune. Elle crée un espace de dialogue, un espace de confidence mais qui valorise la vérité. Différencier la bêtise du mensonge aussi.