La vie du bon côté

Du lundi au vendredi de 13:00 à 14:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Nos enfants, nos ados... sont-ils tous accros aux marques ?

Nos enfants, nos ados, sont-ils tous accros aux marques ?
Nos enfants, nos ados, sont-ils tous accros aux marques ? - © Tous droits réservés

Pourquoi les marques ont-elles autant la cote auprès de nos jeunes ? Faut-il accepter leurs demandes pour qu’ils se sentent en confiance ? Est-ce important pour leur identité ? Quels sont les images et les messages qui plaisent à nos enfants et adolescents ? Le phénomène est-il présent à tous les âges ? Pourquoi certains adolescents sont-ils plus sensibles que d’autres ? Voyons avec Nathalie Vancraeynest, coach scolaire comment savoir leurs dire non, placer les garde-fous ?

L'adolescent est en recherche d'identité... Et la publicité l'a bien compris ! Le pouvoir d'achat des jeunes n'est pas négligeable et les marchés en font leur "produit" de marque ! 

L'enfant cherche à se démarquer des parents. L'opposition devient un cheminement "normal" qui résulte d'une recherche identitaire avec tous ces rêves d'émancipation, de liberté, ... Les enfants sont malléables et la proie de toutes les enseignes publicitaires, des films, des séries et médias,... Les jeunes de 8 à 12 ans aiment posséder, ils aiment avoir beaucoup, avoir une collection d'autocollants, de figurines, de baskets, ... 

Comment dire non à l'enfant ? Comment placer les garde-fous ? 

Le problème est que l'enfant ne s'identifie plus qu'à ces marques. Or celles-ci ne rendent pas plus heureux et c'est difficile de faire intégrer cela auprès de nos enfants, d'autant qu'ils n'ont de cesse de faire partie d'une tribu. 

Différencier les besoins des envies : 

Le besoin c'est général : j'ai froid, j'ai besoin d'un manteau. J'aime ce manteau de telle marque, j'en ai envie - c'est ciblé, c'est particulier ! On peut déjà travailler cette nuance avec l'enfant. Le sensibiliser à l'argent, au budget à respecter est important aussi car non l'argent ne tombe pas du ciel. Les ados doivent être conscients du fait d'autant qu'ils sont toujours "en manque", or les parents ne peuvent perpétuellement jouer la rallonge côté budget. Apprendre la limite, la gestion est essentiel. Booster l'estime de soi est fondamental... Un enfant qui a une bonne estime de soi n'a pas besoin alors de faire partie à tout prix d'une tribu qui porte les mêmes fringues. Des enfants ont l'impression de ne plus être rien sans telle ou telle marque, c'est là que cela devient dangereux, le témoin d'un mal ETRE.  

Isabelle témoigne à l'égard de l'un de ses trois enfants qui est très branché marque. Il aime autant avoir un pantalon de marque plutôt que d'en avoir trois différents plus ordinaires comme ses frères. C'est une façon de gérer. 

Je suis plus à l'aise dedans ! 

L'enfant se positionne sur cet avantage du confort même si la véritable raison est d'être raccord avec les copains. 

A nos enfants, il faut apprendre l'esprit critique. 

Ca s'apprend très peu à l'école or c'est important de développer leur esprit critique face à la consommation notamment. Travailler sur ses qualités intrinsèques est porteur de vie... du bon côté ! 

Dire NON à l'enfant doit s'accompagner d'une raison... de la bonne raison pour faire face parfois au "chantage" qui peut se hisser dans la relation ! Joseph partage avec nous son témoignage. 

Nous avons souvent envie de faire de nos enfants des petits princes - des petites princesses... Tout commence là aussi ! C'est un peu le passeport social mais il faut y faire attention à cette façon de les révéler. On entretient déjà le petit consommateur qu'il est ! On est légitime en tant que parents a développer nos valeurs face à la colère affichée par l'enfant qui se revendique d'une marque qui ne tiendra qu'une saison ! Des accessoires peuvent permettre de varier les plaisirs et d'afficher la personnalité aussi !

Définir les besoins de l'enfant est une bonne base et laisser celui-ci gérer son budget attribué à cette fin est un bon plan. 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK