La vie du bon côté

Plus d'infos

Les jeux vidéo pour... l'éducation de vos enfants

Focus en ce podcast "La Vie du bon côté"sur les nouvelles formes d'enseignement scolaire.

Cette thématique est à mettre en résonance avec les "EDUC Days" : la plus grande plateforme éducative nationale en Belgique, à destination des professionnels de l'enseignement et des autres professionnels éducatifs, qui s'est déroulée à Brussels Expo.

Parmi les stands présents, il y avait celui de l'asbl Arts & Publics, qui utilise le jeu vidéo pour parler de sujets de société avec les jeunes. De fait, le jeu vidéo pourrait être développé comme outil d'apprentissage et de médiation culturelle car il semble détenir des atouts pédagogiques. Cette asbl présente d'ailleurs des outils dans ce sens.

Ekin Bal, médiateur culturel et assistant chef de projet jeux vidéo pour Arts & Publics, nous explique leur utilité et la méthode pour les employer dans l'éducation des jeunes générations.

Non, les jeux vidéo ne sont pas tous abrutissants

On a toujours tendance à trouver en tant que parent que les jeunes jouent trop aux jeux vidéo et pour certains, que ceux-ci peuvent s'avérer abrutissants.

Au contraire, Ekin Bal nous explique qu'on associe trop souvent uniquement les jeux de tirs aux jeux vidéo mais qu'il y a en réalité "une grande richesse dans le jeu vidéo qui n'est pas vue par le grand public".

Avec son asbl, il va dans les écoles pour développer différentes compétences chez les enfants au moyen de jeux vidéo. "On utilise Minecraft" annonce-t-il.

Ce jeu, écoulé à plus de 140 millions d'exemplaires dans le monde, il le surnomme "Le Lego du XXIe siècle".

Il le compare à un grand bas à sable, "dans lequel on peut créer différentes formes et structures avec des cubes". Le jeu consiste à amasser des ressources pour construire tout type d'édifice dans un monde sans limites de terrain.

"Il y a des gens qui s'amusent à faire des cathédrales ou des villes par exemple" raconte Ekin.

Dans l'école où il est actuellement, il essaie de créer "une ville idéale" avec des enfants de 10-11 ans, soit des élèves de 5e et 6e primaires, car pour participer à ce module de 4 demi-journées, il faut des débuts de notions d'éducation à la citoyenneté.

Un premier constat, l'effet, à la moindre annonce du nom du jeu vidéo avec lequel les enfants vont travailler, est sans appel : les élèves sont fous de joie.

Ekin Bal pointe donc le gros avantage de cette méthode : le plus, c'est donc la motivation directe.

"Sans s'en rendre compte ils vont faire un certain nombre de choses comme débattre parce qu'en fait j'utilise l'utopie. C'est un outil formidable car cela permet de pointer du doigt ce qui ne va pas actuellement dans notre société et d'essayer de combler ce vide et se demander "qu'est-ce que je pourrais faire de mieux" pour l'améliorer. Donc cela sous-entend qu'on doit critiquer, ensuite imaginer, proposer, et aussi, puisque c'est une utopie collective en classe, débattre comme on n'a pas tous la même utopie. Tout cela ce sont des compétences qui sont développées dans le cadre de la citoyenneté et qu'ils développent sans s'en rendre compte" détaille l'animateur.

C'est donc une motivation, mais aussi un engagement plus élevé vis-à-vis de l'enseignement.

Que font les instituteurs pendant cette activité ? Ils sont inclus dans le projet. Le module se déroule avec des petits groupes et l'animateur va demander à l'institutrice de participer au projet et d'animer un groupe car le temps sur le jeu en lui-même ne cumule au final que "30% du temps".

Minecraft, l'idéal pour développer des compétences, mais pas que

Arts&Publics ne s'adresse pour autant pas qu'uniquement aux écoles.

"On va aussi dans les écoles de devoirs, dans les maisons de jeunes car il y a une grosse demande face à l'incompréhension du temps que passent les jeunes devant les jeux vidéo". Dans ces autres structures propices à l'éducation des jeunes, ils proposent aussi un atelier Minecraft mais sous une forme différente.

Une collègue d'Ekin Bal a ainsi développé "Demopixels" pour les jeunes de 12 à 18 ans, "une sorte de jeu narratif sur Minecraft où les enfants sont confrontés à une histoire et doivent faire un certain nombre de choix qui vont venir interroger leur éthique, leur morale. Ces choix sont ensuite concrétisés dans le jeu".

On retrouve aussi des ateliers de création de jeux vidéos.

Arts&Publics utilise dans ce cas le moteur de jeu "Construct 2".

"Il permet à n'importe quel néophyte, même des personnes qui n'ont jamais touché à un ordinateur, de créer très facilement un jeu vidéo en deux trois clics" assure le médiateur culturel et assistant chef de projet jeux vidéo.

"Cela leur permet de comprendre le langage du jeu vidéo" complète-t-il. Il ajoute :

À chaque fois, on essaie de créer une réflexion sur le médium bien sûr, mais aussi sur une thématique de société comme le dialogue interculturel, le racisme, l'exil.

Ainsi, "pour pouvoir raconter une histoire sur la migration dans un jeu vidéo par exemple, il faut d'abord connaître les langages du jeu vidéo". Il faut de fait comprendre comment raconter une histoire par le biais du jeu vidéo car "ce n'est pas la même manière de raconter une histoire au cinéma ou dans une BD" affirme Ekin.

"Cela les pousse à imaginer d'autres manières de raconter une histoire et en plus ils sont motivés comme il s'agit de jeux vidéos" conclut-il.

Ekin Bal et l'asbl Arts & Publics

Ekin Bal a rejoint l'asbl Arts & Publics suite à l'envie de mêler ses différentes passions dans son travail : l'Histoire, la politique et les jeux vidéo.

Il est un adepte de ces jeux qu'il est enfant. "Ma mère me disait tu joues trop" nous dévoile-t-il, mais cela ne l'a pas empêché de réussir ses études en Histoire et en Sciences politiques à l'ULB. Se demandant comment mélanger ses passions, il est tombé sur Arts & Publics et travaille désormais pour cette asbl qui utilise le jeu vidéo pour parler de sujets de société.

Mais l'asbl propose aussi son aide pour d'autres thématiques dans le secteur de la médiation culturelle, notamment l'aide aux musées, l'insertion socio-professionnelle et le soutien aux campagnes de communication, généralement sous l'angle du jeu vidéo.

Retrouvez les différents projets d'Arts & Publics sur leur site web.

Tous les jours… Prenez la Vie du bon côté !

- Du 100% digital… Du lundi au vendredi sur Vivacite.be, Sylvie Honoré vous propose le podcast du jour ; votre rendez-vous Bien Etre en présence d’un expert en développement personnel.

- La vie du bon côté, c’est aussi un second rendez-vous quotidien dans l'émission "VIVRE ICI" dès 14h15.

- Mais La Vie du bon côté, c’est surtout tous les jours, quand vous le voulez du matin au soir, en podcast et dans la bonne humeur sur Vivacite.be




Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK